Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 23 mars 2018

Mes magnums (60) Un grand champagne rosé très bon, très cher

Champagne Veuve Clicquot, La Grande Dame, brut rosé 2004 

 

Pourquoi lui
Quand on voit ce que deviennent ses prédécesseurs, on se dit qu’il y a urgence à faire les courses. En caler douze bouteilles dans un coin de la cave et commencer à les boire dans dix ans et pendant dix ans. En garder deux pour jouer les prolongations. C’est ça, un rosé de Veuve Clicquot. On peut aussi en caler vingt-quatre.

On l’aime parce que
On comprend au premier nez qu’il est déjà bon et pour longtemps. Le charme quasi oriental des arômes d’un grand champagne rosé jeune est irrésistible et son évolution, ébouriffante. Oui, 2004, c’est jeune pour un grand champagne.

Combien et combien 
650 euros le magnum. Quantité non communiquée.

Avec qui, avec quoi 
Avec des amateurs véritables. Ou l’homme de votre vie. Si c’est une femme, ça marche aussi. Bref, avec des gens à qui il est indispensable de faire plaisir. Vous en connaissez forcément un ou deux (au-delà, c’est trop, ce n’est qu'un magnum après tout)

Il ressemble à quoi 
Aux parfums subtils de la roseraie de Bagatelle en fin de floraison. Encore une histoire d’amoureux.

La bonne heure du bonheur
J’en connais qui l’emmènerait à table. Je la réserve aux apéritifs d’hiver, feu dans la cheminée et tapis profond. Et à l’après-dîner, dans le même ordre d’idées.

Le hashtag
#pinkchampagne

Le bug
Le très haut niveau, il faut en avoir plein, mais c’est coûteux.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Élancé et brillant, d'une remarquable allonge et d'une grande finesse, ce rosé est d'un style moins vineux que le Vintage, mais sa finale saline est inoubliable. 19/20

Toutes les photos de cette série Mes magnums sont signées Fabrice Leseigneur.
Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #10.
Le numéro 11 est attendu le 30 mars chez votre marchand de journaux. Voilà la couverture de ce numéro 11. Elle fait envie.




 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire