Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 19 février 2021

Mes magnums (135)
L'histoire de fou du Clos Cristal

Clos Cristal, saumur-champigny 2018

 

 

Pourquoi lui

C’est une folle histoire qui remonte à 1929. Un mécène doublé d’un inventeur, Antoine Cristal, acquiert une grande parcelle close de murs et y installe d’autres murs orientés nord-sud. Il plante la vigne au nord des murs, perce un trou par pied, fait glisser la liane dans le trou et elle s’épanouit au sud. Bon, c’est une idée. Le temps passe, les vins sont bons, le clos peu rentable et vers 2016, tout part en quenouille, le lieu est repris par l’État propriétaire et confié à une excellente coopérative locale.

 

On l’aime parce que

On aime l’histoire autant qu’on a aimé les vins jusqu’à présent. La suite semble bien engagée et ce magnum est
le premier millésime de la nouvelle équipe en charge.

 

Combien et combien

108 euros

740 magnums

 

Avec qui, avec quoi

Avec de grands enfants qui aiment les belles histoires et les jolis vins, ce couple idéal avant d’aller dormir.

 

Il ressemble à quoi

C’est un vin de Loire, berceau des cabernets francs qui vont bien (avec Pomerol, bien sûr). Il en a la fraîcheur, l’élégance, l’amabilité.

 

La bonne heure du bonheur

À ce stade, nous n’avons goûté qu’un bébé-vin. Il présente à peu près ce qu’on est en droit d’attendre. Ce magnum réclame cinq ans de cave pour commencer.

 

Le hashtag

#ovni

 

Le bug

Où trouver ces magnums ? Au domaine, sûrement.

 

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve

Le cabernet franc a encore besoin de se densifier pour gagner en élégance. On apprécie la vinification proche du fruit qui permet de signer un vin souple, agréable par sa fraîcheur en bouche. Premier « nouveau » millésime très prometteur.

 

 

mardi 9 février 2021

Mes magnums (134) Le super-bandol qu'on connaît moins

 

Domaine de Terrebrune, bandol rouge 2017

 

Pourquoi lui
Il n’est pas le plus connu, ni le plus diffusé. Pourtant, c’est l’un des meilleurs et l’histoire récente du cru donne envie d’y goûter, d’en parler.

On l’aime parce que
Nous aimons les bandols. Cette appellation abrite un grand nombre d’excellents faiseurs. Terrebrune tient son rang avec talent.

Combien et combien
61 euros

1 000 magnums

Avec qui, avec quoi
Un bandol, un rouge surtout, est un vin qui réclame quelques attentions. Et Terrebrune fait partie depuis longtemps du Top 5 de l’appellation. Les vins se goûtent très bien avec une gastronomie solide et goûteuse, sans forcément faire appel aux fondamentaux de la Provence.

Il ressemble à quoi
C’est un vin qui développe une pointe de sauvagerie, maîtrisée certes, mais quand même. Des notes de garrigue, évidemment, assemblée à des touches animales et des finales salines qui nous rappellent que cette vigne regarde la Méditerranée, du haut de ses restanques.

La bonne heure du bonheur
Un grand mourvèdre s’attend. Chez Terrebrune, on sait aussi attendre les rosés. Et vous, vous n’êtes pas pressé.

Le hashtag
#provenceterrederouges

Le bug
Le nouveau propriétaire a été l’équipier d’Olivier de Kersauson. Non, je rigole.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Ici, on mène avec sensibilité ce terroir très spécifique d’Ollioules qui exprime des bandols tout en délicatesse, vieillissant merveilleusement bien, aussi bien en rouge qu’en rosé. Ce domaine discret de 30 hectares, niché dans un coin bucolique de l’appellation, mérite toute notre attention. Les vins sont à l’image du lieu. Aérez-les bien à l’avance, rouges comme rosés, c’est là qu’ils livreront tout leur potentiel
.

lundi 1 février 2021

Mes magnums (133) Une syrah d'Ardèche, mais pas au bord du Rhône

Vignerons Ardéchois, Terra Helvorum, IGP ardèche 2015

 


 

 

Pourquoi lui

Les vignes qui produisent ce Terra Helvorum sont situées sur la commune ardéchoise d’Alba-la-Romaine. Déjà, on se prend à rêver. Il suffirait qu’une truffe blanche passe pas loin et le bonheur est là, tout près.

 

On l’aime parce que

On aime la syrah dans tous ses états. Et quand elle est mise en œuvre par une coopérative compétente, capable d’expliquer à ses adhérents l’intérêt de travailler soigneusement, on a toutes les chances d’avoir un joli vin à l’arrivée. C’est ce que fait Vignerons Ardéchois avec ses 1 500 adhérents du sud du département. Cette nouvelle gamme est un bon résultat.

 

Combien et combien

30,90 euros.

288 magnums.

 

Avec qui, avec quoi

Plutôt pas des snobs. De vrais amis capable de faire belle figure devant une gastronomie solide et les vins qui vont avec.

 

Il ressemble à quoi

La syrah est un marqueur fort de l’Ardèche, du nord au sud. Ce vin en est une autre expression, pas moins passionnante, pas chère du tout. Pour la syrah, il n'y a pas que les rives du Rhône-nord.

 

La bonne heure du bonheur

Un peu de temps est requis pour que ce rouge arrive à parfaite maturité dans votre verre, que les tannins s’arrondissent. Le moment venu, carafage pendant une heure et température fraîche, mais pas en deça.

 

Le hashtag

#anotherfrenchsuccess

 

Le bug

Comme souvent, la coopérative devrait expliquer la complexité des sélections parcellaires sur un terroir de 6 500 hectares et comment ils arrivent à produire une belle bouteille comme celle-là.

 

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve

Rond, charnu, gras. Très belle bouteille. Tannins à assouplir. De belles épices.

 

 

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum#20 sous une forme différente.
Le prochain, le numéro 21, le scandaleux paraît-il (un dessin de Régis Franc a déclenché une certaine agitation sur les réseaux sociaux), est disponible chez votre marchand de journaux. 

Voici la couverture de ce EnMagnum#21 photographiée par Fabrice Leseigneur :