Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 22 mai 2023

Dom Pérignon dans le viseur des prohibos

Les faits

L’organisation prohibitionniste Addictions France (ex-ANPAA) fait un procès à Dom Pérignon, l’accusant d’un contournement de la loi Evin, réveillée pour l’occasion. En raison de sa collaboration avec Lady Gaga. Ainsi, l’artiste américaine aurait « co-créé » l’habillage d’une série limitée de Dom-P et dédié une chanson à la bouteille et son étiquette à reflets évoquant l’univers à paillettes dont elle s’est fait une spécialité. La belle affaire.

 

C’est quoi, Addictions France ?

Comme beaucoup de marques soucieuses d’effacer l’historique de ses manquements, c’est l’ANPAA qui a changé de nom. Cette association est lourdement subventionnée par l’État pour lutter contre l’alcoolisme, le tabagisme et toutes sortes d’addictions. La subvention ? On parle de 80 à 100 millions d’euros. Oui, par an. Mais, ce n’est pas sûr puisque tout ceci est toujours très opaque. Depuis que l’association existe, elle a toujours failli dans sa mission. Depuis ses débuts, sa cible est le vin et la filière. Comme si le vin présentait un danger d’addiction à l’alcool. Addictions France n’a jamais renouvelé son logiciel depuis L’Assommoir de Zola.

 

Le détournement sémantique

On parle toujours d’une association « hygiéniste ». La santé publique n’est pas du tout l’objectif de Addictions France. C’est une organisation prohibitionniste qui veut diaboliser les vignerons, les traiter comme des dealers et le vin comme une drogue. Très peu d’hygiène là-dedans. Les mots ont un sens.

 

Le grotesque de l’affaire Dom Pérignon x Lady Gaga

Puisqu’il s’agit de lutter contre l’alcoolisme, le travail devrait consister à protéger plutôt la jeunesse. Commencer par le commencement, quoi. Pourtant, les prohibos n’ont jamais vraiment levé de boucliers contre les producteurs de bières fortement alcoolisées ou de spiritueux fantaisie à base de rhum ou de vodka et tous ces alcools « festifs » et pas chers qui permettent aux ados de se défoncer à bon compte. Pour mémoire, une bouteille de Dom Pérignon x Lady Gaga coûte 310 euros en blanc et 460 euros dans sa version rosée. Avant de rouler sous la table avec un vin à 12,5° d’alcool, il va falloir aligner un sacré budget. Une fois de plus, dans sa folie paranoïaque, Addictions France se trompe d’ennemi. À moins que le débat se passe ailleurs. À moins que ces attaques ne servent d’autres intérêts. Souvenons-nous de l’affaire Cahuzac puisque nous avons de la mémoire.
Allons, ne soyons pas exagérément complotiste. Sinon, on va finir au tribunal.

 





Bravo à Sophie Claeys qui a sorti ce sujet sur son blog ce matin. La première, comme souvent.

La Champagne de Sophie Claeys se consulte sur ce lien :

https://lachampagnedesophieclaeys.fr