Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 24 janvier 2020

Mes magnums (114) Le haut de gamme
d’une coopérative qui travaille très bien

Champagne Pannier, Egérie 2006 



Pourquoi lui 
Ici, on a du goût pour les coopératives, leur nécessité sociale, leur activité professionnelle, le sens qu’elle donne aussi au travail et la palette de crus uniques qui sont à leur disposition pour bien faire. Ce qui n’est pas toujours le cas, hélas. Mais là, oui.

On l’aime parce que 
C’est une grande bouteille, un grand champagne qui a passé neuf ans minimum en cave avant d’être mis sur le marché. Un vin généreux et racé.

Combien et combien 
182 euros.
500 magnums.

Avec qui, avec quoi 
À ce niveau, c’est évidemment un champagne de gastronomie. Cela posé, convenons que c’est aussi un grand vin d’apéritif. On lui confiera des éclats de parmesan, ça marche très bien. Pourquoi les fromages italiens vont-ils si bien avec le champagne ? Mystère.

Il ressemble à quoi 
À un autre grand champagne de la même catégorie, c’est-à-dire à un don du ciel, cette chance inouïe de toucher du bout de la langue la perfection vinique.

La bonne heure du bonheur 
C’est un 2006, il est prêt à boire, évidemment. Il a encore un bel avenir. Pour élargir les plaisirs, attendez-le encore quelques années.

Le hashtag 
#drinkmorechampagne

Le bug 
Une bande de snobs n’aiment pas les coopératives, ne tenons aucun compte de leur avis.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Beau champagne viril et droit, au fruit très expressif, à la bouche vigoureuse, intense, de grande pureté. Haute saveur.


Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #17 sous une forme différente.
Le numéro 18 est en vente chez votre marchand de journaux
jusqu'en mars.
Voilà la couverture de ce numéro 18, une vision
inattendue de la saison.