Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 12 mars 2018

Mes magnums (59)
un grand champagne non dosé


Champagne Ayala, Brut Nature

Pourquoi lui
Parce que Ayala, parce que Bollinger, parce que l’équipe en place trace sa route loin de la maison-mère, parce qu’il n’y a pas d’erreur, parce que les vins sont bons, de plus en plus. Ayala, c’est un succès à verser au chapitre Redressements spectaculaires.

On l’aime parce que
C’est un champagne franc du collier, vif, désaltérant, le genre qui se boit tout seul, les amis aux anges, les anges sont des amis. C’est un champagne non dosé (sans sucre ajouté) et on aime ce coup de fouet-là.

Combien et combien ?
Environ 1 500 magnums, 75 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi ?
Pour lui-même, avec des éclats de parmesan ou des gougères de la Maison Pou. Même les buveurs d’étiquettes vont adorer l’étiquette.

Il ressemble à quoi ?
À un outsider revenu du fond du classement. Ce qui fait plaisir à voir, à boire. Un bon champagne abordable, aussi. Un beau non dosé, enfin.

La bonne heure du bonheur
À l’apéritif, définitivement. Ou après dîner, pour se refaire un palais tout neuf.

Le hashtag
#champagnediet

Le bug
Le rosé du même Ayala est parfait, faut-il choisir ?

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Impeccable brut non dosé, sans la raideur que l’on retrouve pour tant de ces cuvées, mais au contraire un fruit remarquablement exprimé et une allonge en souplesse. Idéal pour concilier les esthètes du champagne et les gourmets. 16/20


Cette chronique a été publiée dans En Magnum #10.
Le numéro 11 est attendu le 30 mars chez votre marchand de journaux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire