Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



samedi 2 novembre 2013

Deux provences, mais pas de rosé




Le 8 du Château Les Valentines 
Un blanc très joli à regarder avec ses fines nuances roses. Un vin gras, ample, aromatique, avec du caillou en bouche, du caillou qui a eu chaud cet été-là, une minéralité très provençale ; plus loin, une note épicée. On est en Provence, pas à Chablis, ce n’est pas un monstre de tranchant ou de vivacité. Mais dans le suave, la partition est bien exécutée. C’est très bien fait. C’est un vin d’appellation côtes-de-provence-la-londe, sorte de surclassement de l’appellation générique locale depuis peu, 2008. Millésime 2012.




La Chapelle du Château Sainte-Roseline 
Encore un rouge qui plaide pour le rouge en Provence. À regretter qu’autant d’espace soit dévolu au rosé, mais le pli est en train d’être pris, le rouge regagne du terrain, ce n’est pas perdu. À Sainte-Roseline, ils sont bons pour les beaux rouges. Rien dans ce vin n’évoque les exagérations liées au climat, même la couleur n’est pas très dense. Le vin a de la finesse, de la précision et même une sorte de ciselé très bien venu, des tanins fondus. Avec ses six ans d’âge, il est parfait à table. Lui, c’est un côtes-de-provence tout court. Millésime 2007. C’était une bonne idée de l’attendre.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire