Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



dimanche 19 juin 2016

Mes magnums (8)

Champagne blanc de noirs 2008, Philipponnat 


Ce qu’il fait là 
Primo, les vins de la maison Philipponnat ont toute leur place sur ce blog, ils sont bons et bien faits. Deuxio, 2008 est un grand millésime en Champagne, malgré grâce à une année froide et humide ponctuée d’un septembre épatant. Nous, on trouve que c’est le nouveau grand millésime depuis 2002.

Pourquoi on l’aime 
Pour toutes les raisons qui le font s’avancer nimbé d’une aura flatteuse (très belle maison, production limitée de grandes cuvées, très grande rigueur dans les choix de raisins, etc.) plus le dosage extra-brut à 4 g/l, la vinosité, la pureté, la franchise.

Combien et combien 
2 008 magnums. 100 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi 
Avec celui-celle qu’on aime, deux soirs de suite, tant il est avéré que les meilleurs champagnes sont encore mieux le lendemain après une nuit dans la porte du frigo (le champagne, pas l'amoureuse).

Il ressemble à quoi 
À une bombe atomique déposée avec soin dans votre verre ou, si vous êtes épouvantablement snob, dans votre coupe.

La bonne heure du bonheur 
Pas ce soir. Il est beaucoup trop jeune. À fond de bonne cave, donnez-lui cinq ans et soyez infiniment heureux.

Le bug 
Au fond, le magnum n’est-il pas trop petit ? Passer au jéro est raisonnable.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Vineuse et raffinée, cette nouvelle cuvée impressionne par son élégance racée et sa profondeur sans rudesse. Champagne de table, mais aussi de toutes les grandes occasions. 17,5/20

Ce texte a été publié sous une forme différente dans EN MAGNUM numéro 3 (en vente chez votre marchand de journaux). Il fait partie d'une série de dix "interviews de magnums".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire