Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



jeudi 22 septembre 2016

Mes magnums (18)
un champagne en bio-d

Leclerc-Briant,  Réserve, champagne brut 



Ce qu’il fait là 
Une belle marque des coteaux de Champagne, reprise par un couple d’Américains intelligents qui n’ont rien altéré, au contraire, et dirigée par un passionné très concerné par ce qu’il fait et un œnologue spécialisé dans la biodynamie.

Pourquoi on l’aime 
Cette idée d’un domaine champenois en bio dès après la seconde guerre mondiale est assez ébouriffante pour donner envie d’en savoir plus. Aujourd'hui, le domaine est mené en bio-dynamie.

Combien et combien 
3 000 magnums. 75 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi 
Avec des amateurs de champagne. Les amateurs de bulles patienteront un peu.

Il ressemble à quoi 
C’est la rencontre entre la pureté et le goût. Suffisamment rare pour mériter qu’on y retourne une fois, deux fois, trois fois, qu’on essaie les autres cuvées de la maison, les sélections parcellaires aux noms merveilleux, Les Chèvres pierreuses ou La Croisette.

La bonne heure du bonheur 
L’apéritif est un bon moment ou à la fin de tout, la nuit, quand il s’agit d’un dernier verre avant d’aller dormir.

Le bug 
C’est une marque en pleine lumière, très à la mode et reconnue par les grands amateurs, mais le niveau d’exigence est tel que la progression des volumes risque de se faire attendre.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Souple et frais, ce champagne est à la fois caressant et ciselé, avec une finale saline nuancée d’anis. 15/20

Ce texte a été publié sous une forme différente dans ENMAGNUM numéro 4 (le numéro 5 est en vente chez votre marchand de journaux depuis quelques jours). Il fait partie d'une série de onze "interviews de magnums".

Voici ENMAGNUM #05, en kiosque : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire