Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 25 avril 2022

Grosses notes et commentaires automatiques

96 sur 100, c’est plus que 92. Fort de l’imparable constat, un petit troupeau de dégustateurs a flairé la bonne affaire et s’est engouffré dans la porte laissée entrouverte par le retrait en pleine gloire de Robert Parker.

 

La chasse aux primeurs est ouverte.

Avril 2022. Bordeaux présente au monde ébahi son millésime 2021. Une étape indispensable dans le système particulier de la mise en marché des vins des appellations désirables. Très bien, chacun ses méthodes. Que le vin ne soit pas prêt à être jugé n’a que peu d’importance, c’est vrai pour tous les vins. Que certains échantillons soient préparés pour les dégustations, c’est le jeu. Que le marché des primeurs ne concerne qu’une petite partie des marques bordelaises, c’est la loi du commerce qui vend ce qui s’achète.

Venons-en aux notes de dégustation.

Longtemps, les experts notaient les vins sur 20. Maintenant, ils notent sur 100. À l’américaine. Longtemps, le bon sens a prévalu. Maintenant, c’est l’inflation qui prend le dessus, comme chez le pompiste. Tel château qui produisait des vins autour de 92 voit sa production gagner trois ou quatre points et ce n’est pas l’amélioration des vins qui lui vaut ça, puisque cette progression qualitative est à peu près partagée par ses voisins, sauf négligence. Il y a aussi ceux qui vivent sur leur réputation, j’en connais.

Alors quoi ?

Une bande de dégustateurs a bien compris ce qu’attendent les châteaux. La « grosse note » est indispensable pour une commercialisation réussie du millésime frais émoulu des chais. Autant la donner et devenir peu à peu l’incontournable allié, reçu, choyé, nourri, logé, payé parfois, même si on le mérite peu. Ces châteaux publient les grosses notes dans la grande presse et contribuent ainsi à la notoriété de ces néo-dégustateurs sortis de nulle part. On voit bien mieux le gros chiffre que le nom de celui qui l’attribue et dont tout le monde se fout. Comme ces aigrefins sont habiles, ils ne participent d’aucune déstabilisation et l’on verra sans surprise les grandes marques, les grands châteaux, les premiers des classements obtenir les plus belles notes. Pas de surprise, c’est dommage, chacun sait que certains parmi ces premiers de la classe ne sont plus au niveau des notes obtenues, ceci à tous les niveaux de la notoriété. En réalité, c’est le deuxième rideau qui profite à plein de ce nouveau système. Les châteaux approximatifs et généreux voient leur valeur grandir par un curieux mélange où le manque de notoriété du château allié à celui du dégustateur profitent aux deux. De cet attelage mal né adviendra ce que pourra.

Tout le monde ?

Non, pas tout le monde. Quelques dégustateurs, des vrais, avec le talent, l’expérience, ne jouent pas dans cette basse-cour. Parmi quelques autres, Michel Bettane a décidé il y a peu de recadrer la notation publiée par Bettane+Desseauve au risque assumé de ne plus voir les notes B+D publiées par les châteaux. Il a mis un arrêt net à l’inflation des notes, au superlatif des commentaires. Quelques Anglo-Saxons aussi, d’autres Français, très peu, un Suisse sur deux, etc. Des noms ? Neal Martin, Antonio Galloni, le nouveau William Kelley du Wine Advocate, deux ou trois gars du Comité de dégustation de la RVF, Yohan Castaing le franc-tireur, Jacques Perrin en Suisse, deux ou trois experts de chez B+D, on a vite fait le tour. En tout, ils sont très peu nombreux et on peut ajouter quelques courtiers et autant de négociants, de grands commerçants et commerçantes, c’est une affaire d’expérience immense, ces professionnels sont légitimes. Les autres… Disons qu’ils le sont moins.
pourtant, ils sont près de 6 000 professionnels, dégustateurs, acheteurs, importateurs, journalistes qui font le voyage de Bordeaux à l’occasion de la Semaine des primeurs. Beaucoup publient leurs commentaires et notes où ils peuvent, jusque sur Facebook. Qui sont ces gens ?

Et toi, et toi, et toi ?

J’ai joué le jeu de la dégustation des primeurs quelque temps avant de comprendre que ce n’était pas mon rayon. Je ne saisis rien de ces vins à peine sortis de l’œuf (béton), je n’aime ni leur goût, ni leur puissance-violence, ni leur caractère échevelé, poilu. Je ne vais plus à Bordeaux à cette occasion depuis longtemps. Je considère qu’il n’y a que 25 dégustateurs capables de juger ces vins et de nous apprendre quelque chose sur leur capacité à se développer, que les autres sont des imposteurs, que je ne fais partie ni des uns ni des autres, qu’un peu d’humilité ne nuit pas. Quand j’explique ça aux propriétaires et aux patrons de châteaux qui m’invitent et dont je décline l’invitation, ils sont toujours d’accord avec moi avec le fond de l’œil rieur. Ils savent que j’ai raison, ils le disent. Ils savent déjà ce que leur réserve l’avenir. Des influenceuses qui feront des selfies en poussant des petits cris de ravissement avec les lèvres noircies par les tanins, en parasites des gros malins sus-cités. Ce qui ne fait rêver personne.

À quoi s’attendre ?

Sans consulter une boule de cristal, on peut prédire un gros embouteillage entre 94 et 97 points. Au-delà, certains osent, toute honte bue, 98, 99, 100. On attend, haletant, les 101 points. En deçà, personne ne verra les notes. Ce qui montre à quel point ces notations sont illisibles. La mémoire de l’actu étant ce qu’elle est, tout le monde aura oublié les notes « primeurs » quand les notes « en bouteille » sortiront dans deux ans, aucun parallèle ne sera établi, les imposteurs ne seront pas dénoncés. Sujet suivant.

 


 

 

5 commentaires:

  1. Tu sais que (décidément) je t'aime, toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur ce coup, vous ne serez pas très nombreux

      Supprimer
    2. Alors ce sera bien dommage, car un peu de bon sens serait salutaire

      Supprimer
    3. Hé bien, sans surprise, nous sommes deux. Vous vous souvenez de ce champion du monde qui avait écrit que l'engouement pour 2018 était une erreur et qu'il savait, lui, que 2017 était bien meilleur ? Voilà un exemple de ces polluants, entre autres.
      Par ailleurs, j'adore la tête d'Aladin quand il pose sur les selfies sus-cités avec une moue de presque colère. Alors qu'il sait sourire sur les photo. avec les gens dont le rôle important est généralement reconnu. Je ne parlerai pas de celui qui, après plusieurs années de complicité que tu croyais non feinte, des heures de dégustation consacrées à des centaines d'échantillons, t'oublie sous prétexte qu'il est très occupé et te glisse qu'il serait bien que tu reprennes un abonnement sans tenir compte de ton changement de situation ni des complications qui lui sont liées. Aujourd'hui, c'est le retour en fanfare du grand défilé, avec démonstration de celui qui sortira le plus gros flacons du plus vieux millésime. Le lendemain, le mal au casque et la fatigue n'empêchent pas les rendez-vous, les dégustations, les notes et les commentaires, malgré leur pertinence discutable après cet enchaînement de soirées orgiaques. Ce n'est pas grave. Les vrais sérieux ont déjà fait le job, loin de toute cette débauche, dans le calme et la concentration d'un travail honnêtement fait. Bisous les Amis.

      Supprimer
  2. Vous mentionnez un possible 101/100, mais je me souviens encore du ****** (6 étoiles/5) que Michel Bettane attribua au Romanée Saint Vivant 1993 de Lalou Bize Leroy. Le connaissant je suis certain que c'était mérité

    RépondreSupprimer