Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 7 juillet 2017

Mes magnums (40) un grand chambolle-musigny

Pousse d'Or, chambolle-musigny premier cru Les Groseilles 2014 



Pourquoi lui
Parce qu’une vie ne se passe pas sans quelques magnums de bourgognes d’anthologie. Ceux du domaine de la Pousse d’Or, à Volnay, jouent dans la catégorie top of the shelf depuis l’invention du vin rouge. Le IVe siècle pensent quelques experts. L’an de grâce 1100 annonce le propriétaire, plus mesuré.

On l’aime parce que
Ce chambolle est une leçon de pinot interprété par des virtuoses de la ciselure et de la grande dentelle. Nos experts à nous, les Bettane+Desseauve, pointent une « précision de montre suisse dans l’expression des terroirs ». J’adore l’idée. Serait-ce un modèle du genre ?

Combien et combien
60 magnums. 146 euros TTC départ Volnay.

Avec qui, avec quoi
Avec de grands amateurs, fins, spirituels. Et un pâté en croûte façon Oreiller de la belle Aurore chez Gallopin, ou celui de Westermann, aux trois viandes, dans son bar à champagne du haut de la rue Lepic ou n’importe quel jambon persillé de bonne venue.

Il ressemble à quoi
À un de ces grands bourgognes dont ne voit presque jamais la couleur.

La bonne heure du bonheur
C’est un vin qu’on ne siffle pas en pensant à autre chose. Un vin de dîner, plutôt. Et pas demain soir. 2014 est un beau millésime et un chambolle comme ça, on l’attend. Oui, le temps qu’il faut (rien avant 2024).

Il fait penser à
Un ballet classique à l’Opéra-Garnier quand on se laisse porter enfin.

Le hashtag
#pateencroute (j’ai hésité, pour les accents, mais non finalement).

Le bug
Il existe (existait, ça part à toute allure, ces choses-là) 60 magnums, on compte 365 dîners par an. Cherchez l’erreur.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Situé à l'intersection de trois chemins de vignes et sous les Gruenchers, c'est un climat qui signe ici un joli vin, profond, charmeur, tout en longueur, velouté, qui se démarque par des tannins patinés et par sa superbe finesse de grain, avec une allonge sur un fruit dense et épuré.


Ce texte a été publié sous une forme différente dans ENMAGNUM n° 7. Le numéro 8 est en vente depuis peu chez votre marchand de journaux. La photo du magnum est signée Fabrice Leseigneur. Voici la couverture de ce nouveau En Magnum #08 :


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire