Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 12 mai 2020

Mes magnums (126)
Un rosé de Provence pour énerver les snobs

Commanderie de Peyrassol, Le Clos Peyrassol,
côtes-de-provence 2018 




Pourquoi lui 
Peyrassol est un endroit unique au monde. Mille hectares de sauvagerie pour une centaine d’hectares de vignes. Vous la voyez, la bio-diversité, ses pins, ses garrigues, ses sangliers ? Le tout à quelques kilomètres des spots les plus courus de la Côte d’Azur. Pour compléter le tableau, c’est aussi un parc d’art contemporain qui rassemble une statuaire hors norme.

On l’aime parce que
Il est temps d’encaver quelques beaux magnums de rosés, format minimum, l’été approche et vous l’attendez. Il y a déjà longtemps que l’équipe en place travaille à sortir de beaux rosés fins et délicats, elle y parvient sous plusieurs étiquettes dans une gamme somme toute assez courte. Pour les rouges, c’est Stéphane Derenoncourt qui s’y colle avec succès.

Combien et combien 
1 089 magnums
64,50 euros

Avec qui, avec quoi 
Ces grandes propriétés provençales ont cessé depuis des siècles de faire n’importe quoi avec leurs cuvées de rosé. Aujourd’hui, les vins sont précis, même quand ils sont simples.

Il ressemble à quoi 
Un vin de grandes tablées, un rosé qui ne se moque de personne, pas de nom de cuvée exotique pour exciter l’Américain, du style, une présence.

La bonne heure du bonheur 
J’attends toujours les rosés un an au moins, c’est meilleur l’été d’après. Faites comme vous voulez, mais gardez quelques flacons pour l’été prochain et vous verrez. Si j’ai raison, dites-le nous.

Le hashtag
#summerispink

Le bug
J’ai entendu dire qu’il y a des gens qui ne boivent pas de rosé. Ce qu’ils sont drôles, les snobs.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Rosé de soif, simple, frais et sur son terroir.


Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #19 dont la sortie a été retardée pour les raisons que vous savez. Il devait être disponible chez votre marchand de journaux à partir du 7 mai, il le sera à partir du 13, le diffuseur étant dans un léger vrac ces jours-ci. D'ici là, il est en accès gratuit sur le site enmagnum.com, sous forme de flipbook, une technologie très confortable pour lire un beau magazine, en attendant le vrai, celui qui sent bon le papier imprimé. Voilà la Une de ce numéro bien chahuté par les événements :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire