Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 9 avril 2019

Mes magnums (94) un très grand margaux

Château Lascombes, margaux 2015 



Pourquoi lui 
Chez Bettane+Desseauve, il y a longtemps qu’on aime ce margaux. Précisément depuis le millésime 2005 qui marque l’envolée de l’admirable lascombes. Dix millésimes de suite où l’excellence prévaut sur toute autre considération. Avec un patron du domaine (Dominique Befves) qui a réussi le tour de force de voir l’actionnariat changer sans céder un pouce de terrain sur le registre de la qualité.

On l’aime parce que 
Lascombes a parfaitement négocié le virage de la course à l’excellence qui est la règle désormais dans toutes les grands propriétés bordelaises. Lascombes et son terroir se rangent parmi les meilleurs.

Combien et combien 
175 euros. 1 769 magnums.

Avec qui, avec quoi 
Avec un peu de patience, pour commencer. Un lascombes, comme tous les grands bordeaux, s’attend. Même les margaux, dans leur délicatesse.

Il ressemble à quoi 
À un candidat à dix ans d’un sommeil de plomb à fond de cave. Qu’on les lui accorde.

La bonne heure du bonheur 
Le jour J, il se tiendra à table comme personne. On dira alors qu’il est bien élevé.

Le hashtag 
#jesuislascombes

Le bug 
Il ne faut pas traîner avant que les prix s’envolent. Lascombes est juste devant la porte de la notoriété.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Nez puissant, un peu compoté, corps très généreux, très grande maturité du raisin, tannin dense. Il devrait, comme souvent, se rééquilibrer avec le temps. 17,5/20

En 2011, une dégustation à l'aveugle organisée par le Grand Jury Européen avait vu sortir Lascombes en tête devant les plus grands bordeaux. Comme c'est toujours passionnant de voir vaciller les idoles, lisez donc ce compte-rendu (clic)

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #14 sous une forme différente.
Le numéro 15 est en vente chez votre marchand de journaux
depuis le 29 mars.
Voilà la couverture de ce numéro 15, consacré pour partie à Bordeaux, mais pas que.


2 commentaires:

  1. L'exemple parfait du vin pour lequel de petits esprits faisaient la moue réprobatrice alors même qu'à la fameuse session du GJE au Laurent, avec toutes les plus grandes pointures du moment, il est arrivé à l'aveugle, sous contrôle notarial, n° 1 devant l'impressionnante liste des autres noms : tous les premiers et seconds du médoc ! Rien que ça.
    La vidéo prise de cette dégustation étant totalement incorrecte, politiquement paralant, a connu une version expurgée afin que les amateurs ne puissent point connaître les sentiments profonds des dégustateurs qui n'y sont pas allés de main morte pour critiquer. Mais bon : on garde la version intégrale pour de futurs doctorants "ès aveugle".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en souviens, François, un gros scandale sur les réseaux. Et pourtant, quelle rigueur dans cette dégustation.
      Pour ceux que ça intéresse, voici le lien du sujet sur ce blog. C'était en 2011.
      https://bonvivantetplus.blogspot.com/2011/01/lascombes-leoville-poyferre-et-mouton.html

      Supprimer