Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 19 juillet 2019

Mes magnums (101)
un rouge de Provence adorable

La Ferme des Lices, côtes-de-provence 2013 


Pourquoi lui 
C’est un très beau vin de Provence. J’ai beaucoup hésité entre le rouge et le blanc, de même niveau. Il est encore à peu près inconnu. Le caviste est timide.

On l’aime parce que 
L’histoire du domaine est unique. Elle est signée Laurence Berlemont, l’œnologue qui a inventé la Ferme des lices en ralliant, pour faire vite, à son idée quelques résidents secondaires propriétaires de jardins de vignes. À la fin, c’est le seul domaine privé de Saint-Tropez. La perf ? Respecter des vignes dans un secteur à haute valeur immobilière.

Combien et combien 
53 euros
400 magnums

Avec qui, avec quoi 
Des bronzés retour de Maurice (l’île, pas ton beau-frère) avec une vraie envie de découvrir un vin épatant.

Il ressemble à quoi 
C’est un peu comme une bonne nouvelle. Le sourire de l’amateur se forme à la première gorgée.

La bonne heure du bonheur
C’est l’assemblage bien connu de la syrah et du cabernet-sauvignon, mais à très forte proportion de syrah. On ne l’attendra pas vingt ans, mais cinq oui. Au moins.

Le hashtag 
#idosainttropez

Le bug
Si vous n’habitez ni Saint-Tropez ni Sainte-Maxime, vous avez peu de chances de tomber dessus par hasard. 4 000 bouteilles et dix fois moins de magnums, c’est peu. C’est aussi ça qui est bien.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Le vin séduit par ses accents d’herbes aromatiques, de mûre et de chocolat. En bouche, c’est ample et harmonieux, d’une intensité puissante. Une longueur plus persistante que fraîche.



Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #15 sous une forme différente.
Le numéro 16 est en vente chez votre marchand de journaux
depuis le 14 juin.
Voilà la couverture de ce numéro 16, finement consacrée à l'été.


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire