Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



dimanche 3 juillet 2011

Primeurs d’ailleurs pour changer


Pour continuer à jouer aux primeurs, il faut passer à autre chose. La sortie des premiers de Bordeaux nous hérissent les poils des bras. On nous demande à peu près 12 000 euros TTC la caisse de douze ? Allons voir ailleurs si on y est mieux. Et faisons nos courses avant de partir en vacances. En plus, entre les primeurs et Vinexpo, voilà trois mois que Bordeaux ne veut pas lâcher le micro, parlons d'autre chose.
Ailleurs, c’est où ?
Dans les autres régions viticoles de France, tiens.
Depuis peu d’années, ils s’y mettent tranquillement.
En Bourgogne, par exemple, pour le prix d’un mouton (le vin, pas l’ovin), t’as une caisse de six grands crus sublimes. Chez Lavinia, ils proposent le clos-vougeot grand-cru de Louis Jadot à 76,50 euros HT le col ou l’excellent clos-des-mouches premier-cru blanc du Domaine Chanson à 39,90 euros HT. Chez Millesima, penchons-nous sur l’extraordinaire latricières-chambertin grand-cru du Domaine Faiveley à 489 euros HT la caisse de six ou sur le très joli corton-grancey grand-cru de Louis Latour à 294 euros HT les six, un vin qui vieillit si bien. Voilà quatre grandes maisons qui, malgré les très petites quantités produites, tiennent les prix « grands vins » encore un peu à la portée des amateurs français.
Et la vallée du Rhône ? Millesima propose l’ermitage le-méal de M. Chapoutier à 648 euros HT les six. Attention, c’est un très grand vin et un vin rare. Même pas cher. Pour retrouver des prix plus doux, chez Lavinia et du même M. Chapoutier, le côte-rotie les-bécasses à 27 euros HT est une émotion très différente de ce que vous avez l’habitude de boire, à 12,5° en plus, il vaut le détour.
En Provence, le bandol rouge château de Pibarnon à 17,90 euros HT vous rendra heureux pendant longtemps (Lavinia).
En Roussillon, c’est bien sûr vers l’ami Bizeul et son Clos des fées que les têtes se tournent. Lui, il vend en direct du domaine. Et pour complaire à l’amateur de vins en primeurs, il propose de préférer un format hors commerce, le magnum ou le jéro. Son vieilles-vignes est à 20 euros TTC, son clos-des-fées est à 40 euros TTC et la-petite-sibérie, à 160 euros TTC. Pour le magnum, doublez.
Voilà, il suffit de fureter un peu sur le web pour trouver des choses magnifiques qui font ricaner les mauvais esprits quand ils voient le prix des grands bordeaux, et pas seulement des premiers. Cela dit, heureusement, le médoc château-haut-condissas à 28 euros HT (en vente au château Rollan-de-By) est une très, très bonne affaire. Et haut-carles à 23,35 euros HT, aussi.
Tous les vins cités ci-dessus sont des 2010.

Pour voir toutes les autres offres primeurs hors bordeaux, tapez lavinia.fr et millesima.fr
Les vins d’Hervé Bizeul en primeurs : tapez lapetiteepicerieduclosdesfees.com
Château Haut-Condissas en primeurs : appelez le 05 56 41 58 59
Pour haut-carles, appelez chez Thunevin au 05 57 55 09 13


Nos autres recommandations de bordeaux en primeurs : ici et .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire