Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mercredi 21 mars 2012

Les primeurs en primeur. 3, le producteur de saint-émilion


Au tour de Stephan von Neipperg, l’heureux propriétaire d’un beau portefeuille de vignobles dans le Bordelais et ailleurs (Château Canon-La Gaffelière, Clos de l'Oratoire, La-Mondotte, Château d’Aiguilhe, etc.) et co-propriétaire d’un magnifique sauternes, le château-guiraud. Sa base : Saint-Émilion. À son actif, deux choses qui nous intéressent : une expérience élargie et un grand talent. Écoutons cet aristocrate allemand nous parler du millésime 2011 sur la rive droite, puisqu’il le fait très bien.




Demain, c'est Stephen Carrier, directeur du Château Fieuzal, un cru en pleine amélioration depuis trois ans, qui témoignera des qualités du millésime en Pessac-Léognan

8 commentaires:

  1. c'est tout de meme impressionant comme en general, il y a une espece de malaise lorsque il faut pratiquer une baisse des prix !
    j'adore le comte de Neipperg, toujours si agreable a ecouter, grand monsieur.

    Fredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fredi, quel chef d'entreprise accepterait le coeur léger de voir son chiffre d'affaire baisser ?

      Supprimer
  2. Ce qui est sympa chez Monsieur le Comte, c'est qu'il a toujours eu des crus de sa vaste gamme à des prix dédiés aux vrais amateurs, ceux qui boivent les vins.
    De façon générale, il est vrai qu'avec les soins apportés aux vignobles et aux techniques subtiles de vinification, Bordeaux est capable d'offrir chaque année des crus a minima "décents", à boire plus jeunes, sur le fruit, sans en attendre une évolution type Mouton 45 ou Cheval-Blanc 47.
    Mais qu'on arrête aussi de dire - comme ce fut écrit dans Sud-Ouest, qu'on attend les européens pour acheter ces "petits" millésimes. On aime aussi les grandes années, pour autant qu'elles nous soient proposées à des prix abordables.

    RépondreSupprimer
  3. belle censure de mon message hier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet.
      Le tissu de sottises confuses et de contre-vérités insultantes que vous prétendez voir s'inscrire dans ce fil de commentaires a eu le malheur de me lasser beaucoup.
      Je ne réserve d'ordinaire cette censure qu'aux extrêmes grossièretés. Voilà que je l'élargis à l'imbécilité. Les temps changent.

      Supprimer
    2. Pan sur le goulot Anonyme du 21 mars à 09h12pm, quand on utilise "le merveilleux outil à cultiver la lacheté qu'est internet"

      Supprimer
  4. Dites moi précisément ou sont les insultes ou alors être d'avis contraire est une insulte pour vous.
    Tout ce que je dis son des faits réelles et données réelles.
    Par contre vous n'hesistez pas à insulter quelle bassèsse d'esprit ....
    J'en prend copie de tout ces messages idéfiants de votre part.

    Je prends

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà.
      La réponse est dans la question.

      Supprimer