Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mercredi 16 janvier 2019

Mes magnums (87)
un nouveau côtes-du-rhône épatant

Domaine de l’Odylée, cuvée La Tempétueuse, côtes-du-rhône 2016 



Pourquoi lui 
C’est le premier millésime de ce domaine reconstruit par Odile Couvert et fièrement nommé L’Odylée. Avec ce qu’il faut d’humilité, le domaine s’est fixé comme objectif de produire des côtes-du-rhône « d’exception ». Nous sommes pour.

On l’aime parce que 
Un assemblage syrah-grenache très marqué syrah, c’est un voyage dans les profondeurs de ces vins-là. De l’ampleur pour exprimer la puissance. C’est drôlement bien, les côtes-du-rhône. En plus, il a tout à gagner avec un peu de patience. Allez, trois ans minimum.

Combien et combien 
100 magnums, 45 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi 
Avec ce qu’il faut de simplicité, sans en faire des tonnes dans le registre « copains ». Ce magnum mérite mieux que juste ça.

Il ressemble à quoi 
À l’idée qu’on se fait d’un vin du Rhône quand il est bien fait.

La bonne heure du bonheur 
Tout est dans la perspective. Qu’est-ce qu’on attend ? Des tannins arrondis, des saveurs confirmées, des longueurs remarquables. Alors, on attend. Si on veut le vin fougueux, en avant maintenant.

Le hashtag 
 #thenewrhone

Le bug 
Production confidentielle, comme souvent.

Le statut 
En conversion bio.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Une grande dominante de syrah complétée de grenache structure ce vin assez puissant. Sans la fraîcheur et l'immédiateté de La Talentueuse, autre cuvée de l’Odylée, mais avec plus de structure et une matière plus affirmée. On le réservera aux viandes en sauce.

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #13 sous une forme différente.
Le numéro 14 est en vente chez votre marchand de journaux.
Voilà la couverture de ce fameux numéro. Strass et diamants, c'est très EnMagnum ? Pour une fois, oui.


 

lundi 14 janvier 2019

Mes magnums (86) Cuvée prestige + magnum, tout y est

Nicolas Feuillatte, cuvée Palmes d’or, champagne brut 1999 



Pourquoi lui 
La cuvée de prestige de la plus grande réunion de coopératives de France est forcément un passage intéressant. Surtout dans ce millésime.

On l’aime parce que 
Parce que l’âge est passionnant et la fraîcheur de cet âge est surprenante. Parce que le chef de caves a tous les moyens de choisir le meilleur pour cette cuvée, coopérative oblige. Comprendre que le principe d’une grande coopérative est de multiplier le nombre de coopérateurs et donc de terroirs différents.

Combien et combien 
Quantité non communiquée, 150 euros le magnum

Avec qui, avec quoi 
Bien sûr, à l’apéritif avec le palais vierge encore de toute saveur et, dans le même mouvement, on passera à table avec un vrai grand vin.

Il ressemble à quoi 
Pile à l’idée qu’on peut s’en faire, pourvu qu’on ait déjà goûté ces champagnes de vingt ans. Un riche mélange de miels et de sous-bois, une longueur saline, des trésors de saveurs qui s’entremêlent.

La bonne heure du bonheur 
Bien sûr, il en a encore sous le pied. Cela dit, ne vous privez surtout pas de faire sauter ce bouchon dès maintenant, c’est très bon.

Le hashtag 
#coopfirst

Le bug 
Une cuvée qui n’a pas l’image qui correspond à ses performances.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Dense et intense, encore marquée par une amertume qui s’épanouira avec le temps, c’est un champagne consistant et profond. 15,5/20

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #13 sous une forme différente.
Le numéro 14 est en vente chez votre marchand de journaux.
Voilà la couverture de ce fameux numéro. Strass et diamants, c'est très EnMagnum ? Pour une fois, oui.


 

lundi 7 janvier 2019

Mes magnums (85) le grand blanc de Régis Franc

La Cocotte Blanche 2016, Domaine Chante-Cocotte 

 
Pourquoi lui 
C’est Régis Franc, le bande-dessinateur
à lire dans les dernières pages de En Magnum, qui a créé ce petit domaine
à Fontcouverte dans les collines des Corbières. Là, il a repris des vignes de merlot et de grenache pour les rouges et une très ancienne parcelle de macabeu plantée en 1907 de laquelle il obtient ce blanc unique par assemblage avec
10 % de grenache blanc.

On l’aime parce que 
À l’aveugle, difficile de dire d’où vient cette élégance puisqu’il n’a pas vraiment les caractéristiques des blancs de soleil. Ce vin fondant et tendu a enchanté les dégustateurs et, dès le premier millésime,
il a reçu ce qu’il faut de notes et de commentaires élogieux.

Combien et combien 
45 magnums, 84 euros le magnum

Avec qui, avec quoi 
Comme ce vin est très réussi, il mérite le mieux en gastronomie et en tour de table. Vive l’amateur curieux et sensible, c’est à lui qu’il faut faire l’hommage de ce magnum.

Il ressemble à quoi  
Aux meilleures productions du sud de la France, Provence et Languedoc réunis.

La bonne heure du bonheur 
C’est dommage d’en faire un apéritif quand c’est un tel compagnon de la belle assiette. Malgré le peu de bouteilles (900) mises en marché, on veillera à ne pas tout boire et lui donner quelques années de cave.

Le hashtag 
#newsouth

Le bug 
Toute, toute petite production

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Arômes très épanouis de fruits blancs, pêche et pâte d’amande. Bouche large et opulente.

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #13 sous une forme différente.
Le numéro 14 est en vente chez votre marchand de journaux.
Voilà la couverture de ce fameux numéro. Strass et diamants, c'est très EnMagnum ? Pour une fois, oui.