Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



jeudi 12 juillet 2018

Mes magnums (69)
Ce fameux Marcel Richaud

Domaine Marcel Richaud, L’Ebrescade, cairanne 2014 

 

Pourquoi lui 
D’une certaine façon, Marcel Richaud est la mère de tous les vins du sud. Ce fin vigneron et grand vinificateur est depuis longtemps au sommet de son art et un modèle pour ses pairs.

On l’aime parce que 
Ses cairannes sont parfaits, y compris au bout de dix ans. Cette cuvée L’Ebrescade est une obligation pour toute cave qui se respecte.

Combien et combien 
750 magnums. 40 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi 
Tout le monde aime les cairannes de Richaud. Ajoutez que c’est un vin bio et tout le monde s’évanouira de bonheur.

Il ressemble à quoi
C’est le Sud dans sa pureté quand elle existe. Quelque chose d’assez bouleversant, même.

La bonne heure du bonheur
Lui laisser au moins cinq ans. Huit à dix ans, c’est mieux. C’est très beau, un grenache finement assemblé.

Le hashtag
#easycairanne

Le bug
Je cherche encore.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Bien en place, au toucher doux et soyeux, il reste civilisé et juteux jusqu’en finale. L’élevage est bien intégré et le vin prêt pour la table. 15,5/20


Ce magnum de cairanne est photographié par Fabrice Leseigneur.
Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #11 sous une forme différente.
Le numéro 12 est en vente chez votre marchand de journaux.
Voilà la couverture de ce nouveau numéro. Elle est belle, elle est bio.


 

mercredi 4 juillet 2018

Lanson, le bon choix du bio



Lanson, c’est le patrimoine champenois, une marque-phare dans l’histoire du grand vin blond. Son histoire se confond avec celle de la Champagne et voilà que Lanson sort, sans tambour ni trompettes, une cuvée bio sobrement baptisée Green Label. Un vrai vin bio, c’est-à-dire issu d’une unique parcelle de seize hectares de vignes menée en bio et en biodynamie depuis très longtemps et achetée en 2011 à Leclerc-Briant, maison pionnière en la matière.
On est à Verneuil, dans la vallée de la Marne. Les vignes dévalent les collines entre les bois et les bosquets, c’est un décor en pente douce. Thierry Desseauve, dégustateur et co-auteur du guide Bettane+Desseauve des vins de France (à paraître le 25 août), l’œil attentif aux reflets d’or nuancés de vert, forcément, de ce joli champagne, a l’air conquis. « Ce vin dégage avant tout de l’énergie et c’est sans doute ça la bonne piste du renouveau de Lanson. Il s’agit d’un grand vin d’apéritif dont la tension ouvre l’appétit sans l’ombre d’une hésitation, sans un poil de lourdeur, sans même le souvenir d’une certaine austérité passée. Du grand Lanson. »
Pendant qu’il y était, Hervé Dantan, chef de caves de Lanson, a poussé la logique écologique jusqu’à son terme. Il a retenu des bouteilles légères pour Green Label, des étiquettes eet emballages en papier et carton recyclé. Jusqu’au bout. Et Lanson d’annoncer que « C’est le premier champagne biologique de la Maison ». Comprendre qu’il y en aura d’autres. Peut être. On se prend à rêver d’un rosé explosif ou d’une solera onctueuse. Mais le problème n’est pas simple, il faut des raisins bio pour faire un champagne bio. La viticulture champenoise, auprès de qui s’approvisionnent les grandes maisons comme Lanson, produit peu de raisins bio. Et même s’il semble qu’un mouvement de fond s’avance, il est probable que la demande de champagnes bio va aller s’accentuant. Sans doute un peu plus vite que les volumes de production, la grande diffusion attendra, le temps de la vigne est toujours très long. Ce qui explique sans doute le peu d’entrain que montrent la plupart des grandes maisons de Champagne à entrer dans le jeu du bio. Chez Lanson, cette unique parcelle de Verneuil a produit 40 000 bouteilles seulement. Il n’y en aura pas pour tout le monde.


Cet article a été publié sous une forme différente dans le supplément Vin de Paris-Match daté du 21 juin 2018.