Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 15 mars 2019

Mes magnums (91)
un nouveau châteauneuf-du-pape,
c'est un événement

Château de Nalys, châteauneuf-du-pape 2016 



Pourquoi lui 
C’est une arrivée récente dans le monde enchanté de Châteauneuf-du-Pape.
Mais la famille Guigal nous semble mieux armée pour y réussir que d’autres débarqués depuis un peu plus longtemps et qui n’y arrivent toujours pas. En attendant, curieux, de voir les performances des plus récents impétrants, je pense à notre cher Bernard Magrez.

On l’aime parce que 
L’appellation cultive un sens rare de la liberté. Treize cépages, en rouge et blanc,
le vigneron fait ce qu’il veut, il assemble au gré de son encépagement, du millésime, de ses envies, de ses lubies, de ses convictions, quand il en a. Il apparaît que les Guigal, qui sont les rois de l’assemblage gagnant, ont toutes leurs chances. Déjà, c’est bien parti.

Combien et combien 
120 euros. 1 000 magnums.

Avec qui, avec quoi 
Avec des curieux, des explorateurs,
des découvreurs, des Christophe Colomb
du rouge ciselé. Pour les autres, les prudents, les dubitatifs, il y a Rayas, Beaucastel et plus.

Il ressemble à quoi 
À un châteauneuf-du-pape moderne et fin. C’est une tendance de plus en plus marquée dans cette appellation, comme d’ailleurs chez le plupart des amateurs exigeants.

La bonne heure du bonheur 
À table. Ce n’est pas du tout un vin d’apéritif, malgré sa délicatesse.

Le hashtag 
#c9dpfirst

Le bug 
Comme toujours dans ces cas-là, il faudra quelques années pour que les nouveaux opérateurs trouvent leurs marques, même si le départ est déjà réussi.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Nez réducteur, fond sur l’élevage. Bouche qui manque un peu de chair aujourd’hui. Finale très délicate, bonne persistance. Retour ciselé. Bon vin. 14,5/20



Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #14 sous une forme différente.
Le numéro 15 sera en vente chez votre marchand de journaux
le 29 mars.
Voilà la couverture de ce prochain numéro.