Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



jeudi 19 juillet 2018

Mes magnums (71)
vous n'avez jamais bu de rasteau rouge

Domaine du Trapadis, Les Adrès, rasteau 2015, Helen Durand

Pourquoi lui
Je connais Helen Durand depuis longtemps. J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour son travail remarquable et la manière dont il assume son statut de meilleur de l’appellation alors que le plus brillant de tous, Jérôme Bressy, est parti faire cavalier seul. Pas simple, mais Helen est un garçon qui sait faire le dos rond et à Rasteau, le référent c’est lui. Jérôme Bressy ne dit pas autre chose, d’ailleurs. Un garçon qui a commencé au domaine familial à l’âge de 16 ans et qui, en six ans seulement, vend tout son vin en bouteilles (et plus en vrac) et entame la conversion en bio des 35 hectares du vignoble, forcément, ça force le respect.

On l’aime parce que
Il livre une lecture assez limpide de ses sols et de ses cépages. Ses vins sont de bons candidats pour la garde. Déjà vers six, sept ans, le grand jus est là.

Combien et combien ?
148 magnums. 38 euros le magnum.

Avec qui, avec quoi ?
Ce n’est pas un vin d’apéritif à l’ombre des cyprès, c'est un côtes-du-rhône qui a gagné son appellation, un vrai jus.

Il ressemble à quoi ? 
C’est un assemblage très sud, carignan, grenache, mourvèdre. Il en a toutes les caractéristiques parfaitement interprétées.

La bonne heure du bonheur 
À table, rien d’autre. Avec une gastronomie de compagnonnage.

Le hashtag
#rasteaubio

Le bug
Pas assez connu, mais pourrait devenir à la mode. Il a tout pour. Le nouveau Rhône sud ne fait que commencer.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Nez encore discret de fruits mûrs, bouche ronde avec une belle structure, finale sur les épices.


La photo : Fabrice Leseigneur
Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #11 sous une forme différente.
Le numéro 12 est en vente chez votre marchand de journaux.
Voilà la couverture de ce fameux numéro. Elle est belle, elle est bio.