Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 30 novembre 2020

Mes magnums (130) La créative du Pic

 

Domaine de la Chouette du Chai, Rien ne m’effraie, pic-saint-loup 2016



Pourquoi lui
Tout est plutôt sympa, du nom du domaine à l’histoire de cette néo-vigneronne qui a commencé en 2008, la modernité de la démarche jusqu’aux étiquettes. En passant par ce joli rouge, bien identitaire, du bon côté de l’identité, bien sûr.

On l’aime parce que
Chaque jour qui passe impose une nouvelle raison de se pencher sur ce Languedoc producteur de tant de bonnes surprises. Ce vin, parmi d’autres, en est une. L’expérience des autres cuvées de la maison nous enseigne que le potentiel d’un vieillissement harmonieux est là.

Combien et combien
30 euros.

500 magnums.

Avec qui, avec quoi
Les vins de soleil se boivent frais (15°C), cette chouette que rien n’effraie ne fait pas exception. On veillera à l’apparier à une gastronomie simple et goûteuse, qu’elle ne soit pas perdue. Convives en rapport.

Il ressemble à quoi
D’une certaine façon, à ce qu’on aurait rêvé de boire il y a longtemps, quand ces vins-là n’existaient pas. La puissance qui remet le facteur sur le vélo et l’équilibre qui enchante l’amateur un peu éclairé.

La bonne heure du bonheur
Forcément, attendre. Pas des siècles, trois ou quatre ans.

Le hashtag
#Languedocisback

Le bug
Je cherche encore.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Ceux qui cherchent un exemple d’équilibre en rouge du Languedoc pourront venir ici vérifier cette notion. À la croisée idéale des chemins entre densité et juste maturité d’un millésime chaud et enrobé des tannins.

 

Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #20 sous une forme différente. Le prochain, le numéro 21, le scandaleux paraît-il (un dessin de Régis Franc a déchaîné l'indignation des fâcheuses), est disponible chez votre marchand de journaux depuis trois jours. 

Voici la couverture de ce EnMagnum#21 photographiée par Fabrice Leseigneur :