Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



vendredi 10 février 2012

C’est la Saint-Valentin, on s'en fout ?

Avertissement : c'est la Saint-Valentin dans deux jours et ça va se tortiller grave dans le bout de la blogosphère assemblé à 60 % bisounours et 40 % neu-neu. On va tout savoir des performances d'après-boire de Chéri ou d'Amour. Ça va être ridicule, mais bon, on va essayer de s'en sortir ;-)

La Saint-Valentin, c’est comme l’Orient Express de Paris à Venise. On sait exactement ce qu’on vient y chercher. Et le problème est précisément là. Puisqu’on attend beaucoup, on risque gros. La déception rôde dans son long manteau gris, la mine fermée, prête à tous les crocs-en-jambe, jamais avare d’un rappel à la réalité, le râteau en pleine poire. Que la jeune fille soit d’humeur contrastée, vite contrariée, qu’un rien la perturbe, qu’au plus petit grain de sable la bourgeoise se rebiffe et la catastrophe redoutée s’abat sur la table, sur la couchette du tchou-tchou, on est bien embêté avec nos rêves de bonheur à plein tarif. C’est toujours comme ça avec les fêtes à heure fixe, il ne faut pas rater la correspondance, « les trains n’attendent jamais, jamais ».
Pour parer au pire, il n’y a pas trente-six solutions, il y en a deux. La première consiste à empoigner le bras de la candidate et à emmancher résolument les sentiers battus ; la seconde, à en sortir la mèche au vent avec le regard tonique et désespéré de celui qui joue son va-tout.
Le premier choix est jouable, il s’agit de champagne rosé et de ce genre de babioles fortement connotées, tellement évident que le risque de rencontrer un mur de plein fouet est assez faible. L’homme prudent va tout droit vers un Billecart-Salmon rosé, en vente sur le nouveau site fiable Lot 18, c’est très bon, très garanti et la livraison aussi. L'amateur ne ratera pas un Charles Heidsieck rosé, chez Lavinia. Le branché adorera le Moët & Chandon rosé avec sa bouteille revue par André, fier graffeur.
Dans le second cas, il va falloir prendre des dispositions différentes, être un chouïa alternatif. Jouer du symbole, mais par le haut. Un joli cœur, oui, mais dans la densité, dans le concentré, le suave dans la profondeur. L’œil perçant, on se propulse d’un pas ferme vers un cœur du genre y en a pas deux comme ça. D’où le risque de déplaire sur lequel vous choisissez de vous asseoir avec un bon sourire. Évitez de diriger vos verres sous le goulot d’un saint-amour, votre beau-frère et sa maîtresse font pareil.

Le dîner se fera avec un saint-estèphe classé de haut vol, idéalement de l’âge de la gamine, jusqu’à 35 ans c’est délicieux, au-delà c’est aléatoire, tant pis, un signe de moins, n’abusons pas du sur-signifiant, c’est gâché. Choisissons un calon-ségur et poussons notre avantage. Si vous n’en avez pas de buvable dans votre cave (quinze ans minimum sauf en cas de millésime petit-petit), Lavinia en propose autour de 140 euros (un bras, mais elle le vaut bien même si vous ne le saurez qu’après). Un modèle plus âgé ne sera pas beaucoup plus cher, sauf très grand millésime comme 1961. L’étiquette arbore un cœur, c'est raccord, au motif qu’un marquis de Ségur d’autrefois, qui possédait aussi quelques grands châteaux des environs (Lafite, Latour et Mouton…), aurait déclaré que son cœur était à Calon. Tout est en ordre, chandelles, allumettes, grands verres à pied d’une forme qui honore le vin (c’est-à-dire pas ceux en cristal de Bohême de votre grand-mère, avec leur détestable forme en corolle, ils ne sont rien d’autre que des verres à eau, essayez donc ceux de la nouvelle gamme Château Baccarat qui font les vins si fins), nappe, musique. Bien sûr, vous vous sentez un peu ridicule dans le rôle, mais soyez un peu sérieux, il faut savoir ce que vous voulez.
Ce calon-ségur, donc. Mené d’une main ferme par une grande dame du Médoc, disparue l’an dernier, le domaine produit un vin enchanté. Une grande race (oui, il y en a de petites et, oui, je ne parle que de vin), de l’expression, des arômes nobles, le tout ne dévoile sa belle personnalité qu’après des années de vieillissement, le boire trop jeune serait fou, ça part dans tous les sens et c'est gai comme une porte de prison. Ce n’est pas le jour, Casanova. Avec un calon-ségur, vous allez devenir envisageable dans l’esprit très critique de la personne assise en face de vous, les autres filles présentes dans le restaurant vous regarderont avec des yeux mouillés, vous serez le héros d’un soir. Ce n'est pas si fréquent.

Si vous êtes du genre à fêter ces trucs-là au resto, un certain nombre d'entre eux propose du calon-ségur à cette occasion. À Paris, choisissez Laurent, le meilleur restaurant de Paris, le plus agréable, le mieux fréquenté (pas toujours, voir actu). En Alsace, l’Arnsbourg est une bonne adresse. Sur la Côte d’Azur, c’est la Réserve à Beaulieu qui s’y colle. Si vous êtes à Megève, allez aux Flocons de sel. Mais si vous êtes à Saint-Émilion, l’Hostellerie de Plaisance est un très bon plan. Et, surtout, réservez dès maintenant pour mardi.

Par le plus grand des hasards, mon cher ami et grand dégustateur Denis Hervier a choisi de sortir un billet sur Calon au même moment que moi, ce samedi après-midi. Son blog, ici. Comme toujours, c'est très érudit, donc passionnant

29 commentaires:

  1. poney express reader11 février 2012 à 22:07

    A priori, oui

    RépondreSupprimer
  2. Le commentaire suivant a été supprimé pour cause de mauvaise manip (les gros doigts et l'iPhone qui bouge, etc.). Le voici copié-collé du mail d'alerte :
    "poney express reader a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "C’est la Saint-Valentin, on s'en fout ?" :

    Une pensée émue pour le nombre de mecs qui ont décidé de suivre leur voix propre, au son de cette mélodie merdique; a priori"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ayons une pensée pour tous les bons garçons te les gentilles filles qui se laissent embarquer sur ces radeaux de fortune…

      Supprimer
  3. Les épisodes, c'est pas forcément linéaire

    RépondreSupprimer
  4. Encore faut-il que le fil de l'histoire ne soit pas rompu

    RépondreSupprimer
  5. Je reçois à l'instant un sms fumant. Une amie que j'ai trouve que la phrase suivante prête à confusion (elle, elle dit "injurieuse") : "Le dîner se fera avec un saint-estèphe classé de haut vol, idéalement de l’âge de la gamine, jusqu’à 35 ans c’est délicieux, au-delà c’est aléatoire."
    Comprenons-nous, quand je dis "au-delà de 35 ans", je ne parle pas des filles, Dieu et le diable m'en sont témoins, mais de vin. Chacun sait qu'au-delà d'un certain âge, il n'y a plus de grands vins, il n'y a plus que de grandes bouteilles.
    C'est mieux, comme ça ?

    RépondreSupprimer
  6. Fan tas tic !!!!(comme disent ou hurlent mes copines de Floride) Avant 35 ans en effet les messieurs arrivent encore à présenter un millésime égal au nôtre et se trompent parfois de 4 à 6 ans et toujours à notre avantage! Et oui, à partir de 34 ans, le vin est souvent plus jeune!
    Et puis c'est bien connu, à partir de 35 ans (nous, les filles), on les préfère jeunes, un rien fougueux, les vins, pas les hommes! On ne va pas attendre encore 20 ans! Joyeuse Saint Valentin!pas une fête à date fixe, juste une autre occasion de faire la fête et de sortir les grands vins un mardi soir ;-) Irène Béatrice

    RépondreSupprimer
  7. On peut être romantique et cynique, well done !
    Peut-être un nouveau buddy au Huff ?
    http://www.huffingtonpost.com/peter-greenberg/the-travel-detective-guid_b_1252473.html?ref=tw
    NicoCIVS

    RépondreSupprimer
  8. Encore une mauvaise manip (iPhone qui bouge, etc.), voilà le commentaire refusé par erreur :
    Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "C’est la Saint-Valentin, on s'en fout ?" :

    Petite question : c'est quoi ce site Lot 18?? Je le trouve pas sur le net.
    Merci

    RépondreSupprimer
  9. Lot 18 est le leader de la vente de vin sur internet aux USA, qui vient de s'implanter en France. Gros moyens, grosse charte éthique, grand sens du service consommateur à l'américaine. L'adresse : http://fr.lot18.com

    RépondreSupprimer
  10. L'avantage avec Calon, c'est que si à moins de quinze ans faut pas y aller, c'est raccord avec l'âge limite de la gamine.
    Une amie que vous avez aussi.

    RépondreSupprimer
  11. C'est fou ce que la Saint-Valentin déclenche chez les esprits spirituels. Mes fines amies sont très drôles, quelle chance.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne comprends pas pourquoi on ne conseille pas de boire du Champagne dans un nombril pour la st Val.
    J'aime beaucoup ce post, lecture à retardement. De toute façon, wtf, le 14 c'est juste un jour entre le 13 et le 15. Non à la romance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, tu devrais faire un blog avec un esprit pareil. Le champ' dans un nombril, j'avais oublié…

      Supprimer
  13. C'est toujours moins con que des mon chéri... :)
    pour le blog, merci, j'y pense!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ami lecteur qui suis cette conversation avec un gentil sourire, saches que Georges a déjà un blog. Un beau, un très beau blog. Tu le trouveras sans difficulté dans la colonne de droite de cette page, rubrique Tous ceux que j'aime. Son dernier billet sur la neige est sublime. Surtout maintenant que la neige a fondu.

      Supprimer
  14. La romance c'est la face B de l'intense (n'en rien souffler à quiconque)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne dirons rien à personne. Promis

      Supprimer
    2. Mais l'Etranger, un classique du genre, eut pu convenir, en creux, lisse comme il peut, fait machine, quoi

      Supprimer
  15. Bouffer au restaurant le soir de la Saint-Valentin, c'est comme prendre l'A6 un 30 juin dans le sens nord-sud. Que des emmerdements…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout cette impression tenace d'être profondément ridicule dans le resto ac ta meuf, genre après on baise. Beurk.

      Supprimer
  16. Réponses
    1. Ya des raccourcis que je ne saisis pas toujours

      Supprimer
  17. Pour Montaigne, voyez ça entre collègues

    RépondreSupprimer
  18. Écrit au petit point, comme d'habitude.
    J'aime, comme dab.

    RépondreSupprimer