Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération". Nicolas de Rouyn



jeudi 22 septembre 2011

Michel Bettane répond à Patrick Essa et à Vindicateur


Michel Bettane a quelque chose à dire à ceux qui critiquent le Guide Bettane+Desseauve et il a choisi de le faire ici :

« Il est sain en démocratie de pouvoir critiquer les critiques et encore plus de le faire. Les bons critiques exercent leur métier dans le respect d’une déontologie reposant sur l’équité, les bons critiques des critiques également. Il est évident que l’équipe du guide Bettane+Desseauve lit avec intérêt les critiques constructives, et en tiennent compte. Cela leur permet de corriger des erreurs, des maladresses ou des oublis, de s’en excuser auprès des producteurs, tout comme d’améliorer en permanence le travail d’enquête et de rédaction. Mais je me dois, au nom de cette même équipe, de réagir devant les critiques injustifiées ou absurdes qui peuvent être prises au sérieux dans nos pays latins où l’on aime à penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu.
Deux d’entre elles me semblent contraires au minimum déontologique. Les premières émanent d’un viticulteur bourguignon, Patrick Essa, vigneron consciencieux au demeurant, qui ne manque pas une occasion sur son site dégustateurs.com, au nom d’une vieille rancune à mon égard, de dénigrer un travail collectif, à une notable exception près, celle de notre collaborateur alsacien, Thierry Meyer. Il est vrai que celui-ci, (il s’agit sans doute d’une coïncidence) est un des piliers historiques du site. Il est vrai aussi qu’il n’a jamais accepté le reproche que je lui fais depuis longtemps d’utiliser ce site (un forum participatif ouvert à tous) pour faire la promotion de sa propre production, le plus souvent directement, sous le prétexte d’informer dans un blog personnel lié au site, parfois en faisant intervenir sa propre petite bande. Il se permet même sur ce site de porter des jugements sur les vins de ses collègues, surtout quand ils sont célèbres et voisins, ce qui n’est guère confraternel. Quant aux critiques sur les critiques, elles divisent ce petit monde en deux, de façon manichéenne, les bons, entendez ceux qui écrivent des dithyrambes sur lui, et les mauvais, ceux qui l’ignorent. Si le Bettane+Desseauve l’ignore c’est qu’il ne présente jamais ses vins à nos dégustations, au prétexte, comme il me l’a écrit à plusieurs reprises, qu’elles sont collectives, à l’aveugle, sous le contrôle des vignerons eux-mêmes, et que je serais incapable de comprendre le style et la qualité de ses vins. On appréciera la sportivité d’une telle attitude, cet homme préfère visiblement diriger les jugements depuis sa cave, surtout si le visiteur est étranger, parle et comprend moins bien notre langue et ne peut vérifier ses dires. Si on ajoute sa jalousie maladive envers des producteurs plus connus que lui et envers la confiance que 95 % (au moins) de l’élite de la viticulture bourguignonne, et même française, accorde à notre travail collectif, on comprend un peu mieux l’origine de son ressentiment.
Mais il y a plus inconséquent et d’une certaine façon plus pernicieux, même si cela s’adresse à un public très limité. Sur son site vindicateur.fr, Antonin Iommi-Amunategui s’est récemment complu à noter les guides de vin, il a moins aimé le nôtre que d’autres, et c’est son droit. Mais ses arguments sont des plus bizarres. Il nous reproche d’être des idéologues (comprendre d’une idéologie différente de la sienne) et au nom de cette idéologie, dont il est bien incapable de préciser le contenu, de ne pas donner un reflet exact ou équitable du monde du vin tel qu’il est aujourd’hui. Et si nous ouvrons le guide à plus de producteurs que la concurrence, reflet d’une enquête plus poussée et plus conforme à la réalité de la production française, c’est que nous manquons d’exigence et de sélectivité. Je lui conseille de passer plus de temps dans le vignoble, notre guide en main, pour comprendre pourquoi des centaines de producteurs inconnus de lui y sont entrés, dont des dizaines font partie de ceux qui cultivent leurs vignes dans le plus grand respect de l’environnement, ce qui ne semble pas pas incompatible avec ses idées et idoles habituelles. Et si quelques rares figures du vin naturel manquent à l’appel c’est parce qu’elles refusent, elles aussi, de présenter leurs vins, trop « différents » pour être confrontés aux autres, et même parfois de me recevoir sur place ou de recevoir des collaborateurs coupables de me fréquenter, pensant que nous sommes tous incapables de juger leur production. C’est la vie… »


Voilà. Pour que chacun comprenne le sens de ce mot de Michel Bettane, il faut savoir qu’il y a un monde entre Patrick Essa et Antonin, un monde d’incompréhension, en particulier, et que, s’il fallait choisir, notre choix serait vite fait. Nous avons d’ailleurs recommandé la lecture de vindicateur.fr à plusieurs reprises, ici ou là. Si Antonin est un garçon aux opinions nettes et tranchées, il a sur Patrick Essa l’avantage de la sincérité, de l’honnêteté et de la clarté. C’est plutôt ça que je dis, moi. J'adore le caractère très aigu de l'écriture d'Antonin, même si je ne partage pas beaucoup de ses enthousiasmes pinardiers ou idéologiques. C’est sans doute pour ça qu’il y a tant de vins. Et tant d'idées.

La photo : Michel Bettane par Guy Charneau.

51 commentaires:

  1. Monsieur Bettane gagnerait à s'occuper du s.a.v. de son guide plutôt que d'engager son énergie dans des joutes verbales stériles liées à des jalousies et des problèmes d'égo.
    A en croire les fora, nous sommes un certains nombre de lecteurs frustrés à avoir dépensé 25€ et n'ayant pas accès au service en ligne du Guide 2012. OpenDisc n'assurant aucun suivi, nous n'avons aucun recours. Cela entache beaucoup plus l'image de B&D que des luttes intestines au milieu du vin pour avoir le dernier mot.

    Arnaud

    RépondreSupprimer
  2. Arnaud, nous pesons autant qu'il est possible sur OpenDisc pour que le service se remette à fonctionner, c'est une catastrophe et je peux vous assurer que nous travaillons sans relâche à une solution de remplacement. Pour le reste, merci de laisser à Michel Bettane le droit de réponse qu'on accorde à chacun de ceux qui sont mis en cause publiquement. C'est bien la moindre des choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement, quelle est la valeur ajoutée d'OpenDisc? La dernière fois que je l'ai consulté (c'est vrai ce n'est pas récent) je n'ai pas trouvé d'index (digne de ce nom) à tous les articles, souvent très bien rédigés, du TAST.

      Supprimer
  3. J'ai reçu en MP sur Facebook ce message de Patrick Maclart que je reproduis in extenso, bien sûr :
    « Écoute, je te mets le commentaire joint, et tu peux le publier en mon nom, no soucy. Je suis certain de ta déontologie et le texte sera respecté.

    Je me permets de donner mon avis sur cet article, vu que sur Facebook tout semble bouillonner, et pas forcément être pertinent ou de bon goût.

    En ce qui me concerne, j'ai lu le Bettane & Desseauve. Par rapport aux premières éditions, beaucoup de progrès. Il y a certes bien des choses à dire (qui donneront lieu prochainement à un article sur mon blog), mais j'admire plutôt le nombre croissant de nouveaux domaines, et certaines valeurs étonnantes que je croyais à jamais dévolues aux limbes des amateurs perspicaces uniquement.

    Sincèrement, je ne trouve pas le post d'Antonin contre le guide. Il a donné son opinion et MB a répondu. Je m'interroge par ailleurs de la nature de ce post.

    En ce qui me concerne, je suis plutôt content de la variété des guides et que le consommateur fasse son choix. Personne n'est gardien du temple et personne ne détient de vérités. Seule la prétention peut en éclairer certains, et bannissons-les.

    Ce que je déplore : le fait de consacrer du temps et de l'énergie pour parler de ce qu'on aime pas, pour passer à côté des belles choses de la vie.

    Donc, l'article qui paraîtra bientôt sur mon blog s'intéressera surtout à la sélection des vins de Bourgogne de quatre revues, dont le B&D. Pour moi, ce n'est pas le pire, loin de là.

    Donc, B&D, longue vie à vous, car j'aime la diversité et le droit à l'expression avant tout. Gardez votre énergie pour creuser encore et encore, pour aller nous chercher ces vignerons qui dans l'ombre, font un travail énorme pour le plaisir simple mais ô combien généreux de nos papilles. »
    Patrick Maclart

    Merci Patrick.

    RépondreSupprimer
  4. @ Anonyme :

    Si effectivement le site mérite la redoutable note de la plus belle lenteur et le diplôme du "pourquoi faire simple alors qu'on peut faire compliqué", il eût été sage, dans le BD d'indiquer que la chose était en zone de lourds travaux dont nous attendons tous le jour J.

    Quant au fait que Michel Bettane intervienne ici, non seulement je le comprends, mais je le défends bec et ongle. En effet, l'internet et les multiples sites, forums, blogs qui parlent du vin, du parfait au débile profond, cet internet ne peut pas ne pas être, de temps en temps, remis dans des perspectives correspondant à des réalités trop souvent ignorées.
    Michel Bettane gardera toujours un côté professoral qui plaît ou déplaît, mais, disons qu'une fois l'an, il a le droit de remettre un peu les choses en place.
    Et ici, je trouve son texte d'une rare élégance, équilibré, sage, en totale retenue alors qu'il aurait pu sortir un beau bazooka.
    Pour avoir essuyé également les foudres d'Essa, disons que Michel lui répond avec une hauteur de vue certainement pas au niveau des diatribes écrites par ce producteur bourguignon. Je suis loin, très loin d'avoir cette sagesse :-)

    RépondreSupprimer
  5. Il se trouve que OpenDisc marchait très bien l'an dernier sur le BD 2011. Depuis, cette entreprise a été rachetée et rien ne fonctionne plus comme avant. Mais ça, nous l'avons découvert quelques jours après la sortie du BD 2012. C'est insupportable, mais hélas, nous en sommes les prisonniers au même titre que nos lecteurs.
    Pour le reste, nous avons tous essuyé les insultes de ce Essa, qui déteste à peu près tous les blogueurs, tous les dégustateurs, tout le monde, tout le temps. Mais on s'en fout complet.

    RépondreSupprimer
  6. " Patrick Essa, qui déteste à peu près tous les blogueurs, tous les dégustateurs, tout le monde, tout le temps " !!! ... quel beau courage de dire cela! des mots qui prouvent en plus que vous ne connaissez ni l'homme, ni l’éducateur, ni le vigneron, des mots juste dits pour polémiquer encore un peu plus,ou pour se faire briller peut-être !
    Vos propos sont ridicules, partisans et dangereux et de plus ils ne servent personne et vous abaissent à un niveau que je ne vous connaissais pas, je vous lisais plus inspiré et plus intelligent jusqu'à ce jour...ne tombez pas dans l’arène laissez les fauves régler leurs comptes... ayez plus d'humilité et moins de certitudes sur la valeur humaine des autres.
    Didier BLANC

    RépondreSupprimer
  7. une question n'étant pas un exégète de la littérature bettanienne: est ce que dans sa phrase digne de Proust il flingue thierry Meyer ou pas.

    par ailleurs je confirme les propos d'Arnaud l'accès au service en ligne du bettane desseauve est inaccessible: l'année dernière il avait fallu aller jusque chez opendisk pour que cela marche et on m'avait finement suggéré que si ça ne marchait pas c'est que le budget alloué pour ce site était riquiqui. cette année la standardiste de chez BD n'a pas nié le problème mais s'est bornée à me conseiller de téléphoner à opendisk, c'est moi qui lui ai ri au nez!

    RépondreSupprimer
  8. @Didier : je sais, Didier, que Patrick Essa est en guerre ouverte avec à peu près tous les blogueurs qui comptent un peu dans la blogosphère. Aussi, ce ne sont pas des fauves, heureusement. Juste des personnalités fortes.
    @Anonyme : non, Michel Bettane ne flingue pas Thierry Meyer. Pour Opendisc, lire plus haut, cette histoire nous mine à fond.

    RépondreSupprimer
  9. Vous vous êtes relu, Monsieur Didier Blanc ?

    Vous devriez : quelle belle leçon de mesure !

    RépondreSupprimer
  10. au nom d’une vieille rancune à mon égard, de dénigrer un travail collectif, à une notable exception près, celle de notre collaborateur alsacien, Thierry Meyer. Il est vrai que celui-ci, (il s’agit sans doute d’une coïncidence) est un des piliers historiques du site.

    je me permets d'insister car ce texte est incompréhensible si il ne vise pas thierry meyer

    RépondreSupprimer
  11. Explication de texte : Thierry Meyer est un des membres historiques du forum de Patrick Essa. Il est aussi l'un des dégustateurs du Guide Bettane+Desseauve, en charge de l'Alsace. Donc, Essa ne dénigre pas son travail. Ce qui ne signifie pas que Bettane le flingue. Et, renseignements pris, Bettane ne le flingue pas, aucune raison. C'est bon, là ?

    RépondreSupprimer
  12. Le 22 à Asnières
    may you will

    RépondreSupprimer
  13. Si je puis me permettre, vous surinterprétez, Bon Vivant.

    Pour la BO en VO sous-titrée, je vous fais néanmoins confiance.

    RépondreSupprimer
  14. Pas mieux, désolé.
    Là, je comprends rien de rien.

    RépondreSupprimer
  15. Hou lala! Cette « discussion » ne fait pas honneur au monde du vin et m’attriste un peu car deux des protagonistes sont des amis, même de très bons amis. Je ne connais pas le Vindicateur que je n’ai jamais lu. Je connais par contre Michel Bettane de longue date et, en plus de la profonde amitié que je lui porte, j’ai beaucoup de respect pour son œuvre. L’homme n’est pas parfait mais il demeure l’un des « grands palais » de notre temps et un pilier de la critique viti-vinicole mondiale.
    Je connais Patrick Essa depuis moins longtemps mais pour l’avoir côtoyé beaucoup au cours des dernières années (j’importe les vins du Domaine Buisson-Charles au Québec depuis quelques millésimes ainsi que ceux de ses illustres voisins), il est aussi devenu un ami. Le portrait que Michel ( tout comme François Mauss et Bon Vivant) présente ici me semble bien loin de la réalité. Il ne déteste pas la polémique mais de dire qu’il déteste tous les blogueurs et les dégustateurs relève de la médisance. Qu’il déguste et parle les vins de ses collègues, je trouve cela, au contraire, très sain pour un vigneron. Voir et goûter ce qui se fait ailleurs est un atout de mon point de vue. Pour lire assez régulièrement ce qu’il écrit sur Dégustateurs.com, je n’ai rien trouvé dans son blogue personnel, que ce soit « Le journal de Patrick Essa » ou ses « Carnets de Patessa », de méchanceté adressée à ses collègues vignerons.
    Je sais que c’est beaucoup vous demander messieurs Mauss et Bon Vivant et toi aussi Michel mais je vous invite à lire ses commentaires et notes de dégustations qu’il a écrites au cours des deux dernières années pour relever les commentaires déplacés voire vicieux qu’il aurait émis au sujet de ses confrères vignerons. Vous n’en trouverez pas. Si vous aviez le bonheur d’en relever, je prie de m’en faire part.
    Lorsque Michel Bettane écrit à propos de sa « jalousie maladive envers des producteurs plus connus», je vous avouerai mon incompréhension totale. Pour avoir arpenter le vignoble de Meursault et de Volnay en compagnie de Patick Essa (très agréable en passant), il n’a cessé de vanter la qualité du travail et des vignes de ses voisins. Combien de fois m’a t-il avouer que la parcelle du vigneron X était de loin la meilleur du climat et qu’il n’était pas surprenant qu’il y produise le meilleur vin de l’appellation, meilleur que le sien? Dix fois, vingt fois… Il est venu au Québec animer quelques « Classes de Maître » ou si vous préférez des « Master Class » en français, sur les communes de Meursault et de Volnay. Il a parlé des terroirs avec beaucoup de compétence et de ses collègues avec bienveillance. Avec deux ou trois vins du domaine, qu’il exploite avec son épouse et son beau-père, au milieu d’une longue liste de vins de vignerons plus connus (Comtes Lafon, Roulot, Jobard, d’Angerville, Pousse d’Or, Lafarge pour ne nommer que ceux là), nous n’avons jamais senti de jalousie de sa part bien au contraire. Pourtant il était au Québec, chez les « étrangers ».
    Le différent qui oppose mes deux amis ressemble beaucoup à une rancœur corse que le temps ne fait qu’exacerber. Tant de fiel n’honore personne. Enterrez vos haches de guerre. Faites comme Napoléon qui mettait un peu d’eau dans son Chambertin.
    Voilà ce que je vous propose : un bon déjeuner, arrosé comme il se doit pour vous expliquer face à face et en finir avec cette querelle qui nous empoisonne. Je suis sérieux. Je vais l’organiser cette rencontre et je me propose comme arbitre neutre puisque je les aime tous les deux.
    Pierre Séguin

    RépondreSupprimer
  16. Magnifique, Pierre. La "rancœur corse" est bien trouvée. Oui, camarade québecois, organise-la, cette rencontre, je couvre l'évènement.

    RépondreSupprimer
  17. Je ne porterais pas de jugement de personnes sur X ou Y mais permettez moi deux réflexions:
    1/ En général, je trouve les critiques de Michel Bettane en phase avec ce que j'attends d'un Bourgogne. Dont acte (et cela ne veut pas dire que je goute bien).
    2/ Concernant les fora, je pense qu'il est préférable, en dehors de tout raidissement éditorial presque idéologique, d'allier expertise des terroirs et convivialité du discours. Humour, 'private joke' et sérieux dans l'analyse des vins ne sont pas forcément antinomiques.
    Bruno Bosselin

    RépondreSupprimer
  18. Réponses
    1. D'ailleurs il serait préférable de se demander si certains journalistes de la presse spécialisée française ou certains idiots qui s'occupent des présentations (comme récemment à Zurich avec les Bordeaux 2010 puisqu'il a été exigé que nous ayons une carte de presse standard - lequel, le français ou le suisse???) n'abusent pas quand ils prétendent que seulement la presse écrite publie des informations vérifiés. Il m'a été permis à l'Hotel de la Poste de rencontrer un journaliste de la RVF qui brillait pas son enthousiasme, si vous voyez ce que je veux dire.
      En Suisse, il est de plus en plus courant que les bonnes adresses sur le vin soient web-based...

      Supprimer
  19. Anonyme a dit…

    Le 22 à Asnières
    may you will
    22 septembre 2011 23:11

    je confirme mes propos: on peut au moins exiger d'un agrégé de lettres une phrase un peu plus courte (n'est pas proust qui veut) et une rédaction un peu plus claire.

    "Il est vrai que celui-ci [*Thierry Meyer ?] , (il s’agit sans doute d’une coïncidence) est un des piliers historiques du site. Il est vrai aussi qu’il n’a jamais accepté le reproche que je lui fais {*THIERRY MEYER?????] depuis longtemps d’utiliser ce site (un forum participatif ouvert à tous) pour faire la promotion de sa propre production, le plus souvent directement, sous le prétexte d’informer dans un blog personnel lié au site, parfois en faisant intervenir sa propre petite bande. Il se permet même sur ce site de porter des jugements sur les vins de ses collègues, surtout quand ils sont célèbres et voisins, ce qui n’est guère confraternel"

    RépondreSupprimer
  20. et puis ce qui me choque: je ne vous voyais pas en petit télégraphiste de M Bettane

    RépondreSupprimer
  21. Ne vous y trompez pas, Monsieur Anonyme, c'est un honneur, pas de la sténographie.

    RépondreSupprimer
  22. Et qu'en dit la Princesse du Luxembourg?
    Le meilleur commentaire est bien celui de Pierre Seguin, que les protagonistes règlent leur différent face à face et non pas par "billets" interposés. Gamineries, c'est le seul terme qui me vient à l'esprit!

    RépondreSupprimer
  23. c'est Pierre Seguin qui donne la bonne mesure... et ce serait un réel plaisir que ces deux hommes compétents et entiers s'entendent,mais c'est quand même une histoire qui leur appartient !
    Didier BLANC

    RépondreSupprimer
  24. Pierre-Gérard David23 septembre 2011 13:00

    A toute fin utile, Vindicateur à publié une réponse ce jour :
    http://www.vindicateur.fr/2820-Grand-ecart-facial-obligatoire-pour-rendre-justice-au-vin.php

    RépondreSupprimer
  25. Gamineries, c'est en effet le meilleur qualificatifs pour ce genre d'échanges....
    L'arrogance, de part et d'autre, a-t-elle besoin de s'exprimer ici ?
    Mr de Rouyn, êtes-vous rémunéré d'une façon ou d'une autre par Mr Bettane ? Si c'était le cas, ce serait à votre honneur de le signaler au lecteur.

    RépondreSupprimer
  26. @Pierre-Gérard : j'ai lu la réponse d'Antonin et j'en suis bien content. Elle est, en tous points, conforme à l'idée que je me fais d'Antonin,; donc bravo, pas de lézard. Ses choix lui appartiennent, je ne les partage pas, mais il les dit parfaitement, c'est très bien. Il est dans un registre de débat qui a le mérite d'être rare. Qu'il s'égare chez Olif n'est pas très grave, ça lui passera avant que ça me reprenne ;-)

    RépondreSupprimer
  27. @Jean-Yves : il est de notoriété publique que j'émarge au titre de rédacteur-en-chef chez B+D, que je suis, donc, salarié de cette entreprise, je ne m'en suis jamais caché, j'en suis même plutôt fier et tout le monde le sait. Est-ce que cela pose un problème à vos yeux ?

    RépondreSupprimer
  28. Non, cela ne me pose aucun problème, je ne savais pas. C'est simplement mieux en le disant à partir du moment où on est partie au débat, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  29. Jean-Yves, ma situation professionnelle est connue de tous. Nous appliquons la règle de la plus parfaite transparence en toutes choses. Je signe de mon nom, comme chacun des collaborateurs de B+D.

    RépondreSupprimer
  30. la plus parfaite transparence en toutes choses .. et le sous titre alors, qu'en faites vous ?
    j'aurai su j'aurai pas venu
    Zzzzz

    RépondreSupprimer
  31. Le gros avantage d'un blog, Monsieur l'Anonyme, c'est que c'est gratuit et pas obligatoire. Allez donc déposer votre fiel sur d'autres pages web.

    RépondreSupprimer
  32. bon M de rouyn reconnaissez que les professionnels de la profession savaient (du moins certains) que vous êtes écononomicodépendant du "groupe" BD pour le pékin lambda par contre.........

    RépondreSupprimer
  33. "écononomicodépendant"… Pouvez pas dire "salarié", comme tout le monde ? Pour info, il n'y a pas de "pékin lambda" parmi les lecteurs de ce blog. D'où vous vient ce mépris des gens ?

    RépondreSupprimer
  34. Ben mon vieux grognard, si ...

    (pé-kin) s. m.
    Terme d'argot militaire. Nom que les militaires sous Napoléon 1er donnaient par dérision aux bourgeois et qui s'est conservé depuis. On raconte que, le maréchal Augereau prononçant le mot de péquin devant M. de Talleyrand, celui-ci demanda ce que signifiait péquin, et le maréchal lui répondit: Nous autres militaires, nous appelons péquin tout ce qui n'st pas militaire. Et nous, repritM. de Talleyrand, nous appelons militaire tout ce qui n'est pas civil.[le point de vue d'Emile)

    On écrit aussi pékin.

    On dit que ce mot datant de l'Empire vient de l'espagnol pequin, pequeño, petit [Gibus]; mais n'est-il pas plus simple d'y voir le pékin, étoffe qui sous l'Empire, était beaucoup portée en pantalon [mâle de soie]; on distinguait de la sorte, à première vue, le militaire de celui qui ne l'était pas.

    III

    RépondreSupprimer
  35. Pour être anonyme, ce commentaire n'en est pas moins documenté, bel effort.

    RépondreSupprimer
  36. Bettane et Essa ont tout deux un talent que j'apprecie en les lisant mais peut etre aussi un gros ego un peu sensible qui les dessert. Je supporte moralement les efforts qui seront fait afin de les ramener a la raison.

    RépondreSupprimer
  37. S'il y a des critiques à faire au Guide Bettane & Desseauve, à mon sens, elles devraient plutôt viser les choix et les commentaires des vins. Sont-ils avisés ou non? C'est ça qui compte, en définitive. Je n'ai pas reçu le guide, alors je ne veux pas préjuger. La question qui revient souvent est la suivante: "il y a-t-il une pensée unique du B&D"? Si je me réfère à l'édition précédente, je réponds non.
    Pour ce qui est d'Olif, Nicolas, j'ai passé un week-end avec lui à Vinea, en Suisse, et je l'ai trouvé bon dégustateur, bon camarade et ferme dans ses convictions. On peut ne pas être d'accord avec lui, mais je pense que c'est bien qu'il existe, et qu'il les exprime. Rappelons-nous Voltaire: "Je ne suis pas d'accord avec vous, etc.."

    RépondreSupprimer
  38. Hervé, sans parler de "pensée unique", il va de soi que Michel Bettane et Thierry Desseauve ont réunis autour d'eux des dégustateurs à la sensibilité semblable à la leur.

    Olif est sûrement un bon dégustateur, si tu le dis, sans doute un joyeux camarade et, oui, un homme ferme dans ses convictions. Le problème que j'ai avec lui tient plus à la manière dont il les exprime, ses convictions, dans le plus parfait mépris de ses grands contradicteurs. Et je n'aime pas les grossièretés dont il entoure Michel Bettane (et moi aussi, d'ailleurs) chaque fois qu'il le peut. Je trouve ses saillies aussi démagos qu'on peut l'être et je déteste les démagos. C'est la raison pour laquelle j'ai pris dans ce billet la défense (toute relative, c'est vrai) d'Antonin et pas celle d'Essa, autre démago. Et ne me demande pas de boire un verre avec Olif, il exigerait un affreux pipi de chat "nature"
    ;-)

    RépondreSupprimer
  39. Je ne demande rien, ne recommande rien, vous êtes de grands garçons. Je dis seulement ce que j'ai ressenti. Mais je me demande si beaucoup de ne confondent pas Olif et ses partisans. Moi aussi, sur mon blog, il arrive que certains dépassent de loin ma pensée (enfin, quand je pense ;-)
    Quant à M. Essa, connais pas.
    Et quant à M. Bettane, j'ai déjeuné une fois avec lui à Paris, le jour de la sortie du Beaujolais. Ca s'est très bien passé, il a de la conversation, de la culture et il aime le vin.
    Je ne partage pas forcément toutes ses idées mais ça n'a rien de rédhibitoire. Il y a même des jours où je ne partage pas mes propres idées, alors tu penses...
    Je ne veux pas jouer les Bisounours, je pense qu'il y a de la place dans le vin pour plein d'opinions différentes, et pas forcément les miennes. Je préfère juste qu'on ne s'en prenne pas aux gens, mais aux idées.

    RépondreSupprimer
  40. Mais Hervé, en s'en prenant aux gens, c'est bien aux idées qu'ils véhiculent que nous tentons de faire pièce. En soi, les uns et les autres (Essa, Olif, Bettane) n'ont aucune importance. Ce qui compte, c'est ce qu'ils disent, ce qu'ils défendent. C'est ce qu'on appelle un débat. Nous nous insurgeons quand le débat sort d'un cadre admissible. Rien d'autre, et rien de moins.

    RépondreSupprimer
  41. Pour le coup, je suis déçu que Michel Bettane ne m'ait pas répondu aussi. Faut dire que, pour une fois, je n'avais rien demandé ni rien critiqué! Ni été grossier ou démago! Mais puisqu'on finit quand même par me mêler à tout ça, la prochaine fois je l'ouvrirai aussi.

    P.S.: pour le pipi de chat, il doit y avoir erreur, je ne bois pas de ce sauvignon-là.

    RépondreSupprimer
  42. Ah ben, le voilà, lui. Il finit par sortir du bois, l'Olif. Je dois lui rendre cette vérité : pour une fois, il a été d'une sobriété épatante. Même dans le "lancement de guides", c'est celui de la RVF qu'il propulse, cependant que le B+D gît tout seul sur un coin d'herbe. C'est beau comme une chanson triste.
    P.S. : esscuse, j'aurai du parler d'un coup de cidre

    RépondreSupprimer
  43. Un peu de légèreté, arrêtez vos chamailleries et buvez un verre ;-)

    RépondreSupprimer
  44. VdT France Claude Courtois Cailloux du Paradis Quartz ... en sauvignon dit "nature".

    Bien sur 2009, 2005.
    2002 oxydatif mais potable.
    2007 : une belle bouteille, une bouteille oxydée, imbuvable.

    On va laisser la variétal, pipi de chat, buis, passion à Bordeaux.
    Et la lourdeur aromatique boisée à Pessac, pour des vins manquant de naturel, justement (à qq exceptions près).

    Le grand sauvignon de garde est à mon goût produit sur Chavignol, chez François Cotat par ex, en mode protégé.

    RépondreSupprimer
  45. Je connais Michel (B) et Thierry (D) de longue date et je leur porte toute mon estime. Leur érudition et leur efficacité est réelle. J'aime aussi leur guide B&D, mais je ne peux m'empêcher de revenir sur ce que j'appelle "un mélange des genres". Prêtant leurs noms à des organisateurs de salons assez juteux sur le plan financier, je me pose une question enfantine : un domaine est-il mieux noté, mieux considéré dans le guide (et dans les diverses chroniques que nos deux "critiques" assurent dans la presse) pour la simple raison qu'il paie volontiers sa place dans un salon parisien patronné par nos deux compères ? Je sais, c'est la question la plus stupide de l'année, mais en bon lecteur que je suis, je ne peux m'empêcher de me la poser.

    RépondreSupprimer
  46. Michel, considérant votre grande connaissance du métier, je m'étonne que vous ignoriez que les choses se passent dans l'autre sens. Pour avoir le droit s'exposer ses vins au Grand Tasting, il faut avoir une bonne note dans le Guide Bettane+Desseauve. Cette règle de fer change tout, effectivement. Et apporte une réponse à votre bien légitime question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. drôle de foire d empoigne !!
      je ne suis qu un amateur, juste un simple buveur amateur passionné .
      je n achète plus de guide depuis longtemps, pour avoir été plusieurs fois déçu par les vins " loués " par les dégustateurs qui a mon goût les testent bien trop jeune( bientôt en cuves de fermentations ) surenchères commerciale !?.
      " comment juger de la fiabilité d une voiture sur plusieurs années, alors qu elle est encore sur la chaîne de montage ", cela m a toujours interpellé !!!
      je ne dispose pas d un budget illimité pour remplir ma cave, alors acheter des vins jugés formidable par le guide ci dessus cité, et m apercevoir 8 ans plus tard que ce même vin est a peine buvable.... un Pomerol 2001 d un grand domaine (70€ la bouteille) excusez du peu !
      sans compter les autres domaines du même genre qu il me reste dans ma cave
      depuis ce temps là, les guides et moi c est fini !
      je me déplace, je déguste moi même, et j achète si ça me plaît !
      cela m arrive de me tromper, bien sûr, mais au moins je ne peux m en prendre qu a moi même
      et j économise le prix du guide
      alors messieurs les passionnés et amateurs de vins faite comme moi, déplacez vous chez les viticulteurs.
      et c est tellement plus agréable d acheter un vin dégusté par soi-même
      et vous verrez avec le temps vous ferez de moins en moins d erreur, surtout si vous les dégustez avec déja avec un certain âge ou en bouteille ( vins FINI malo aussi )
      et vous découvrirez des viticulteurs qui ne présentent pas leurs vins aux guides( et qui font des vins fantastiques, aussi bon que les " grands "avec l étiquette en moins, a des prix 3 fois inférieur)
      et votre porte monnaie ne s en portera que mieux
      car trop de bonnes notes finissent toujours par faire monter les prix de façon pas raisonnable, car la qualité, elle, ne grimpe jamais aussi vite que les prix !!
      ce n est que du vin après tout .

      Supprimer