Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération". Nicolas de Rouyn



mardi 27 septembre 2011

Ça va pas, non ?


La Confrérie des Chevaliers du Tastevin en son chapitre du château du Clos de Vougeot a intronisé Françoise Laborde. Pour quelle espèce de raison ? Le mystère plane. Quelle mouche a piqué la Confrérie ? Le plus souvent, sont admis en cette noble assemblée des gens dont les mérites tournent autour des services rendus au mondovino. On ne peut pas dire de telles choses de Madame Laborde. Membre du CSA en charge des dossiers « télés du vin », elle s’est couverte la tête de cendres en refusant le droit d’émettre à Edonys TV dans des conditions dont le moins qu’on puisse en dire, est qu’elles sont discutables. Pas top. Ce faisant, elle contraint les promoteurs de ladite chaîne à émettre depuis l’étranger. Ce qui nous rappelle la glorieuse époque des radios « libres », vous vous souvenez l’été 81 quand RFM, avec Coluche en animateur vedette, était brouillée par les services de l’État ? Qui sont ces gens qui veulent que le vin à la télé nous arrive d’ailleurs ? D’où tirent-ils leur légitimité ? D’une loi mal faite dont le texte laisse place à trop d’interprétations inacceptables. Vingt ans après, est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de l’aménager, cette loi stupide ? D’ailleurs, les Chevaliers ont également intronisé Henri Guaino, la plume de Nicolas Sarkozy. En a-t-il également l'oreille ? Ensemble, rêvons.



Les photos : Françoise Laborde avant et après, avec son tastevin tout neuf, le week-end dernier, photographiée par Armand Borlant.

Autres billets sur le même thème ici, ici et .

47 commentaires:

  1. et Paf!! tout à fait d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
  2. Georges, on est assez d'accord dans l'ensemble, c'est ça qui est bien. C'est sympa de passer sous mes fenêtres.

    RépondreSupprimer
  3. Ici l'ombre:
    Ben voyons, et pourquoi ne pas faire entrer Balkany dans la danse sauciflard-bibine des parvenus "d'ailleurs"?

    RépondreSupprimer
  4. Bon : j'écris rien, car ce serait un chapelet de gros mots.

    Quel est le domaine qui a "porté" son nom ?

    RépondreSupprimer
  5. Olivier:
    le site du grand Tasting est en retard... je sais rien à voir avec la choucroute, mais hum je vais peut-être choquer mais la confrérie des chevaliers du Tastvin cela me parle autant qu'un concert de musique classique contemporain(la par contre je suis bien dans la rubrique: je vais encore me faire des amis :o) )

    RépondreSupprimer
  6. @ Ici, l'ombre : en effet, pourquoi pas pendant qu'on y est ?
    @mauss : des gens qui n'ont pas la télé, sûrement
    @Olivier : il arrive le site du Grand Tasting, nous avons fait les derniers réglages cet après-midi

    RépondreSupprimer
  7. D'un côté, ça n'a rien de planétaire. De l'autre, c'est un petit coup de pied de l'âne comme je les aime : se montrer aimable avec qui vous poignarde. J'en ai pris l'habitude à mon modeste niveau.

    RépondreSupprimer
  8. Incroyable ! Pour la mise en valeur des produits de Bourgogne, c'est loupé ...

    Réfléchisse t'il déjà à introniser le Pr Gérard Dubois, un des copains de Françoise ?

    RépondreSupprimer
  9. on sent que sarko c'est la fin, même de rouyn se moque de ses conseillers, c'est un signe qui ne trompe pas!!

    RépondreSupprimer
  10. Moi, oui. Normalement, au chapitre du Clos de Vougeot il y a eu une Bourguignone. Et là vous croyez qu'elle a fait quoi ?
    Elle l'a interdite ou elle a chanté avec tout le monde:
    "Amis de l'ivrogne
    Réclamez vos droits
    Devant la bourgogne
    Saluez trois fois
    Quand je vois rougir ma trogne,
    je suis fière..."?

    J

    RépondreSupprimer
  11. Si quelqu'un a la vidéo de Laborde en train de chanter "amis de l'ivrogne", ça vaut de l'or. Bourgogne Live, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  12. En tant que Bourguignon et modeste amateur de vin, je vais peut être vous rassurer (et me faire aussi des copains en passant!) : la confrérie des chevaliers du Tastevin ne représentent en rien les vins de Bourgogne, la Bourgogne ou les bourguignons. Ce pseudo folklore pour "élite" friquée ne nous fait honneur ni dans ses pratiques ni dans son "ouverture d'esprit".
    Ça existe, voila tout....
    Venez nous voir en Bourgogne et nous vous ferons découvrir des petits producteurs qui, des côtes du Tonnerrois au Pouilly Vinzelle en passant par le rosé de Marsannay prendrons le contre pieds de ces messes grandiloquentes.... Et pourquoi pas faire la foire aux vins à Carrefour?
    Cette confrérie prend la route de la légion d'honneur... copinage et dévaluation.....

    RépondreSupprimer
  13. @Gueurn' : avec vous comme tour-operator, on peut sûrement passer de bons moments. On invitera Georges à venir rigoler dans le vignoble.

    RépondreSupprimer
  14. @ François: Quant au domaine qui a invité F. Laborde, j'espère que c'est pas Patrick Essa?

    RépondreSupprimer
  15. Chère Ann, voilà une supposition crédible. Je prends.

    RépondreSupprimer
  16. Mwahahaha.... pathétique. Ils ont aussi offert un saucisson à un cochon?

    RépondreSupprimer
  17. Oui, je trouve que ces gens n'ont pas un grand sens politique, pas même corporatiste.

    RépondreSupprimer
  18. On savait que les bourguignons étaient des pécores, mais au point d'introduire une mécréante comme Laborde. Quelle bande de bouffons.

    RépondreSupprimer
  19. Oui Ann O'Neam, c'est du Patrick Essa signé.

    RépondreSupprimer
  20. Fabrice: Que Laborde CSA, ça fait longtemps qu'on le sait :-)

    RépondreSupprimer
  21. @Fabrice : on ne peut pas crucifier "les Bourguignons" comme ça, on peut juste regretter un manque certain de conscience politique et/ou corporatiste. On peut regretter aussi la complaisance à l'égard d'une journaliste (en fait, ex), mais ça, dès qu'il y a du journaliste, beaucoup de producteurs entrent en transe.

    RépondreSupprimer
  22. LETTRE OUVERTE A LA CONFRERIE DES CHEVALIERS DU TASTEVIN (et les réponses de ladite confrérie, avec la puissance de ses arguments)

    Messieurs (parce que les femmes, chez vous, ne courent pas les rues…),
    On me dit que vous avez intronisé Madame Françoise Laborde, actuellement « sage » au CSA, dans votre confrérie. Sans doute ne savez-vous pas que cette dame, dans ses actuelles fonctions, n'a eu de cesse d'interdire la première chaîne de la vigne et du vin qui ait manifesté son intention d'émettre en France, EDONYS, au motif que nous ne respections pas la loi Evin. Cette dame s'est montrée odieuse envers nous. Elle est une ennemie du vin tel que nous l'aimons, du cep au verre, avec sa culture, le plaisir qu'il procure, et ce qu'il véhicule en termes de patrimoine et de civilisation.
    Sur quelle planète vivez-vous donc ? J'avais le pressentiment que vous ne serviez pas à grand-chose, j'ai désormais la certitude que vous ne servez à rien. Voire pire : en intronisant n'importe qui, eu égard à notre passion commune, vous êtes contre-productifs ! Messieurs, je ne vous salue pas.
    JEAN-MICHEL PEYRONNET
    DIRECTEUR EDITORIAL EDONYS TV
    Bonjour,
    Nous pensons que le vin c'est autre chose que ce que vous écrivez.
    Nous pensons que le vin c'est la tolérance et ne souhaitons pas rentrer dans les rancoeurs personnelles.
    La guerre des télés continue...Bon courage.
    Louis-Marc CHEVIGNARD
    www.tastevin-bourgogne.com
    Cher Monsieur,
    Il est vrai que les confréries ne sont pas interdites par la loi Evin,
    ni d'en parler à la télévision. Encore qu'il faille être prudent...
    De là à introniser Madame Laborde, honteuse, quand elle siège au CSA,
    d'être aussi vigneronne - et cela je l'ai constaté de visu...
    Depuis le temps qu'on l'attaque (et notamment Bettane), elle avait
    besoin de se refaire une virginité vinicole. Vous la lui avez servie sur
    un plateau, pendant que nous nous battons pour que dans ce pays, le vin
    ait à la TV la même place que dans tous les pays du monde. Enfin, les
    pays normaux, bien sûr. Vous savez peut-être qu'en matière de
    communication sur le vin à la télévision, la France n'est pas mieux
    lotie que l'Iran, l'Arabie Saoudite ou l'Afghanistan. Pendant que vous
    faites des politesses à une star sur le retour et à ses complices du
    lobby médical, il y a des gens qui rament pour pouvoir simplement
    exercer leur métier de journalistes du vin. Vous évoquez la guerre des
    télés : il semble que vous ayez choisi votre camp, celui qui consiste à
    abdiquer sa fierté d'appartenir à la prestigieuse filière du vin
    français en général, bourguignon en particulier, devant le politiquement
    correct. Si vous pouvez expliquer à vos membres que dans ce pays on peut
    devenir célèbre en affichant son inculture dans une émission de télé
    réalité, mais pas si on fait du vin avec son savoir-faire, sa passion et
    ses traditions, courage ! Quant aux rancoeurs que vous évoquez, nous
    sommes désormais une société luxembourgeoise et, à ce titre, nous
    aurons, nous, la possibilité de faire une vraie chaîne du vin, avec, vis
    à vis du CSA, le bras d'honneur qu'il mérite.
    Vive la France ! Vous êtes des notables, grand bien vous fasse. Et bon
    vent.
    JEAN-MICHEL PEYRONNET
    Merci de ce retour et bon vin à tous !
    Louis-Marc CHEVIGNARD

    RépondreSupprimer
  23. C'est avec plaisir et la plus grande fierté que je publie ce commentaire de Jean-Michel Peyronnet qui retrace l'échange de courrier entre lui pour Edonys TV et Louis-Marc CHEVIGNARD pour la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.
    Qu'on me permette d'être un peu surpris de la légèreté rigolarde de la réponse de M. Chevignard. Il m'avait semblé que ce sujet méritait un peu plus d'attention et de sérieux de la part de ces gens. Bon, nous savons à quoi nous en tenir et c'est bien dommage.

    RépondreSupprimer
  24. Dans confrérie, il y a le choix, surtout. Certains n'ont pas choisi "frère".

    RépondreSupprimer
  25. Je suis ce fil depuis le début et lis régulièrement votre blog. Le vin est un univers de passionnés et de polémiques, c'est sympathique mais aussi parfois injuste.

    L'une des choses que vous négligez tout au long de vos échanges, c'est que la confrérie oeuvre pour faire la propagande des vins de Bourgogne. C'est sa raison d'être : défendre les vins de cette région et les faire connaître de par le monde.

    Cette institution vous semble être un repère de nantis machos. Pourtant ils défendent tous les vins de Bougogne, du Châlonnais au Chablis. Le plus petit des producteurs peut prétendre à un tastevinage. Toutes les appellations peuvent être tastevinées : du simple aligoté jusqu'aux grands crus, la confrérie n'oublie personne et promeut tous les vins de Bourgogne. Les producteurs de toutes tailles le savent et c'est pour cela qu'il y a toujours plus de candidats au tastevinage. C'est l'anti-thèse du snobisme que vous semblez décrire.

    Pour ce qui est des femmes, je suis aussi étonné : le sexe faible a sa place à la confrérie. Notamment sur l'estrade lors des chapitres. Je pense par exemple à des dames de l'association Femmes et Vins de Bourgogne. Une sonneuse de trompe de chasse (donc pas que des sonneurs !) prend aussi souvent la parole. Etc. Ironie : la personne dont vous êtes choqué qu'elle soit intronisée est une femme !

    On en vient au coeur de votre polémique : l'intronisation de Mme Laborde. Pensez-vous vraiment que le vin de Bourgogne sera mieux reconnu si l'on choisit d'exclure d'emblée toutes les personnes qui ne se sont pas montrées comme étant des ambassadeurs modèles de notre belle région ? Le but de la confrérie est de gagner des ambassadeurs et de s'étendre pour mieux répandre la bonne parole.

    Vous reprochez à Louis-Marc Chevignard sa légèreté lorsqu'il vous répond :

    "Nous pensons que le vin c'est autre chose que ce que vous écrivez.
    Nous pensons que le vin c'est la tolérance et ne souhaitons pas rentrer dans les rancoeurs personnelles."

    Excusez-moi de ne pas y voir de la légèreté mais plutôt un rappel de ce qu'est la confrérie : elle oeuvre pour l'ouverture. Ses actions visent à rendre la Bourgogne attractive et accueillante. Les 12,000 membres de part le monde le savent.

    Ensuite dans les réponses de Louis-Marc Chevignard, il y a aussi des traits d'humour et de sympathie que votre esprit inquisiteur prend pour de la légèreté. Cet esprit est l'un des fondements de la confrérie. Et vous l'avez vous-mêmes remarqué en disant qu'une vidéo de Laborde chantant "amis de l'ivrogne" serait la bienvenue. Pourquoi ne pas voir dans cette intronisation un joli et habile pied de nez plutôt qu'un fait déraisonné ?

    Et sur le fond, la stratégie : admettons que quelqu'un ne serve pas vos intérêts. Allez-vous l'exclure ou au contraire l'inviter à votre table ? La deuxième solution est la meilleure... encore une fois l'OUVERTURE, l'hospitalité !

    La lettre écrite par M. Peyronnet est digne d'un collégien frustré. Si vous avez l'habitude de toujours négocier de cette façon, vous ne devriez pas vous étonner que l'on vous ferme des portes. Pourquoi n'avez-vous pas plutôt sauté sur l'occasion pour tisser des liens ? Prise de contact, contextualisation, questions bien senties... etc. Travaillez la confrérie sous cet angle, elle mène le même combat que vous, abordez-les en voyant comment ils peuvent vous aider, pas en procureur ! La rancune ne mène à rien, eux le savent et je suis sûr que vous pourrez un jour repartir sur de bonnes bases.

    Voilà, votre billet est bien senti et suffisamment pinçant pour capter l'audience, je vous l'accorde. Mais il manque de bienveillance, c'est évident. C'est dommage, les amoureux du vins ont toujours plus à gagner en se serrant les coudes.

    RépondreSupprimer
  26. @Walter b. : Plusieurs choses en réponse :
    - je n'ai assisté qu'une fois en novembre dernier à un chapitre de la Confrérie, je ne la connais pas assez pour avoir un avis définitif et ne la considère pas du tout comme une assemblée de "nantis machos".
    - ce n'est évidemment pas le genre de l'impétrante qui nous choque, mais le fait qu'elle le soit lors même qu'elle porte des coups répétés, es-fonctions, au monde du vin.
    - loin de l'esprit d'inquisition que vous me reprochez, nous ne prenons pas comme un trait d'humour d'introniser Madame Laborde.
    - Nous ne pouvons prendre ceci pour un "pied de nez dans un environnement politique et juridique très tendu et très défavorable au monde du vin que nous défendons, petits et grands confondus dans les mêmes embarras
    - Vous avez sans doute raison de faire preuve de bienveillance et de nous inciter à le faire, mais d'angélisme, il n'est pas question.
    - Je ne suis pas sûr que Madame Laborde souhaite à ce point nous serrer la mais, alors les coudes…
    - Merci d'être un fidèle lecteur, j'espère que cette réponse vous incitera à continuer.

    RépondreSupprimer
  27. Certains de mes commentaires s'adressaient effectivement moins qu'à vous qu'à certaines pensées aigries qu'on retrouve plus haut. Ouvrez une brèche : la horde s'épanche et des idiots du village en profitent même pour glisser vers la stigmatisation des bourguignons... Mais ne nous prenons pas les pieds dans cette bêtise épaisse.

    Pour explication : une intronisation ne consiste pas à juste mettre un tastevin autour du cou de quelqu'un. La personne fait serment d'allégeance au vin de Bourgogne. Elle jure -- entre autres, je ne me souviens jamais de tout -- de "toujours vider son verre quand il est plein et de le plaindre quand il est vide". Peut-être saisissez-vous mieux ce que l'on peut entendre par "pied de nez" ? Moi, ça me fait sourire.

    Comme on peut le voir sur la photo, les "impétrants" sont en position de soumission, assis en contrebas. Lorsque l'on leur demande, ils se lèvent et disent sagement "je le jure". Au-delà du folklore pur, il y a une forme d'engagement : si par la suite Mme Laborde manquait à la parole qu'elle a donnée, libre à vous de pointer ses incohérences. Mais quand bien même : serait-ce la faute de la confrérie si cette nouvelle intronisée se montrait indigne et ne tenait pas sa promesse ? Il n'est même plus question bienveillance quand on saisit cela, juste un peu de bon sens suffit.

    La confrérie fait ce qu'elle fait depuis 70 ans : n'y voyez pas un argument d'autorité mais pensez-y un peu. Parmi les personnes faites chevaliers, on trouve aussi bien des ouvriers viticoles que Grace Kelly. L'une des dernières fois où je suis allé au Clos de Vougeot pour un chapitre, j'étais assis à côté d'une charcutière à la retraite. Lors des soirées au château, toutes les couches se côtoient et partagent le même banquet. L'accent bourguignon se mêle à toutes les langues étrangères des membres qui viennent de partout dans le monde... Ces derniers ont de l'admiration et non de la méfiance maladive, avouez que c'est un comble quand on lit les commentaires de certains français...

    RépondreSupprimer
  28. @Walter b. : vous dites des choses mesurées et audibles. Toutefois, il me semblait que l'intronisation correspondait à une sorte de croix du mérite réservée à celles et ceux qui ont fait montre de beaucoup d'assiduité dans la défense du vin. Je ne comprends pas la démarche de la Confrérie, je ne vois pas l'intérêt d'adresser un signal de cette nature à ceux qui se bagarrent pour que cessent les brimades à l'encontre du vin. Alors, oui, je confirme que je trouve tout ça très léger.

    RépondreSupprimer
  29. Il n'est pas question de stigmatiser les bourguignons. Je m'en défends et le billet de Nicolas ne transpire d'aucune mise au pilori non plus. Tous les amoureux du vin ont un profond respect pour l'Histoire de cette région, ses vignerons et les vins dont la qualité exceptionnelle raisonne dans le monde entier. On a juste le sentiment de voir dans cette intronisation un pacte avec le diable. Une des actions à mener va être, je pense, que nous nous mettions à filmer nos dégustations de vin et à les publier sur nos blogs ou pages FB. Faire du forcing en quelques sortes car la meilleure défense c'est l'attaque. Je suis tellement choqué par la position du CSA et l'interdiction faite à Edonys d'émettre depuis la France, qu'il va être temps de contre-attaquer.

    RépondreSupprimer
  30. Je t'avais bien compris comme ça, Fabrice. Très bonne idée, l'heure est à la contre-attaque.

    RépondreSupprimer
  31. Entre nous la TV c'est un peu périmé d'ailleurs. J'aimerais bien voir le business plan d'Edonys... Sûrement daté et fantasmatique ou pire, basé en partie sur des subventions publiques, ce qui serait un comble mais ce n'est pas impossible (gageons que non, quand même).

    À l'heure d'internet chacun est libre de faire ce qu'il veut. Une interdiction c'est choquant mais faut vraiment être un peu "slow" pour bloquer dessus.

    Si le projet est valable, il y a tout à gagner à plutôt en faire une plateforme en ligne bien foutue qui génère du trafic bien qualifié. Mais l'équipe Edonys ne semble pas avoir la vision et la pointure pour un projet de ce type, qui serait vraiment novateur (et aurait par conséquent des chances de marcher)...

    Tiens, je viens de googler vite fait. Ils reprochent au CSA de se "cacher derrière la loi Evin", mais eux c'est pas qu'il se cachent derrière. Ils l'intrumentalisent pour justifier leur modèle définitivement englué dans le 20ème siècle :

    "un abonnement mensuel de 6,30 euros. "Notre volonté c'est de créer une chaîne de télévision d'amateurs de vin à péage. C'est effectivement important d'imposer un abonnement pour éviter que les publics sensibles, comme les enfants, n'accèdent pas en toute simplicité à nos programmes" assure Monsieur Dumont."

    6,30 euros pour protéger les enfants... ha ha ha.

    À suivre, c'est intéressant tout ça car j'ai l'impression qu'il y a plein de choses à faire. Mais ça viendra plus de la jeune génération, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  32. Il y a plusieurs web-TV. Pas une n'est viable. Pour l'instant, la "télé" l'emporte sur le Net auprès de la cible consommatrice de vins. Les couts de production imposent un modèle payant et de la pub.

    RépondreSupprimer
  33. 1- Qui dit plateforme en ligne ne dit pas "juste une web TV"
    2- Qui dit web tv ne dit pas modèle gratuit pur --> d'où avoir du trafic qualifié etc. pour la pub.
    3- Qui dit web tv gratuit / avec pub n'exclue pas une version premium où l'on paye. Au contraire, c'est vital.

    --> "ce qui existe ça ne marche pas" --> ben oui c'est pour ça que je dis que tout reste à faire !

    Je fais partie des gens qui seraient prêts à payer, mais je ne vois rien là...

    Ensuite il y a des choses que je ne peux pas connaître (auquel cas il demeure un problème de communication). Si vous avez des noms de web tv, plateformes intéressantes, je suis preneur !

    RépondreSupprimer
  34. Conseil daté:
    Mme Laborde, je l'aime bien et ces échanges me la rendent sympathique.
    Parvient-elle à séparer ses penchants intimes de ses responsabilités professionnelles: parfait ! un exemple ...
    En tous cas, gare aux goujats "sur le retour"

    RépondreSupprimer
  35. Obiwine TV est une web-TV interessante.

    RépondreSupprimer
  36. @Monsieur Consail Daté : je n'ai rien compris, sous-titres SVP.

    RépondreSupprimer
  37. Le Jardin des Muses [en pictogramme]:
    "Au-dedans ce n'est qu'artifice
    Ce n'est qu'artifice au-dehors
    Ôtez-lui le fard et le vice
    Vous lui ôtez l'âme et le corps."
    Attribué à M.

    Le lobbying ça doit bien s'enseigner ailleurs que dans les jardins du Luxembourg, Monsieur Peyronnet. Bon vent !

    RépondreSupprimer
  38. Intéressant Obiwine. Merci.

    RépondreSupprimer
  39. Je viens de jeter un oeil à Obiwine TV, séduisant au premier abord, certes, mais...

    Ça reste très basique, peu ambitieux et relativement inintéressant pour quelqu'un qui s'y connait un peu. Je dis ça, je n'estime pas m'y connaître beaucoup.

    Même pour quelqu'un qui s'y connait d'ailleurs, ce n'est pas là qu'il apprendra le plus de choses... Les 2 journalistes qui vont de vignoble en vignoble sont ainsi plutôt nuls, ils frisent le ridicule et passent à côté des questions intéressantes : dommage.

    RépondreSupprimer
  40. La vocation d'Obiwine TV est d'être pédagogique, d'expliquer le vin aux néophytes, d'en faire comprendre les fondamentaux. Pas de rentrer dans le détail. Et, à cet égard, les deux personnages des films sont particulièrement efficaces et pas "nuls", comme vous le dites.

    RépondreSupprimer
  41. Je voulais écrire "Même pour quelqu'un qui n'y connait rien d'ailleurs" et non "Même pour quelqu'un qui s'y connait d'ailleurs".

    J'ai par exemple regardé la visite chez Magrez : ils ouvrent 2 bouteilles. OK on sait de quel vin il s'agit mais ils ne parlent à aucun moment du vin qu'ils boivent autrement que par des circonvolutions creuses qui n'apprennent rien au spectateur : on ne parle ni des arômes ni de la couleur.

    Je ne sais pas s'ils se font plus bêtes qu'ils ne le sont pour se mettre au niveau supposé du quidam, mais je pense qu'il faudrait plutot tenir un rôle où l'on pose des questions clés en faisant un effort pour que l'interlocuteur réponde bien.

    Ensuite, ce n'est qu'un avis. Mais ça confirme ce que je disais plus haut : s'il n'y a rien qui marche c'est que ce qui existe laisse à désirer.

    RépondreSupprimer
  42. Bon Vivant ,Gueurn, Georges connait un domaine ou le Grand Echézeaux est roi et le maître des lieux charmant et bien loin de tout cela ...

    Michèle

    RépondreSupprimer
  43. Merci Michèle d'avoir dénoncé Georges ;-)

    RépondreSupprimer