Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération". Nicolas de Rouyn



jeudi 2 février 2012

Pourquoi aimer le vin ? Oui, pourquoi ?

Le grand amphi de la Société de géographie est plein. Des gens sérieux, les membres de l’Académie du vin, des personnalités. Les blogueurs WinePaper et L’Actu-du-vin font sévèrement chuter la moyenne d’âge. Sur les gradins, des visages connus. Alexandre de Lur-Saluces, Aubert de Villaine, Jean-Michel Cazes, Bernard Pivot, Eric Orsenna, Henry Marionnet, Jacques Puisais, Michel Bettane, la liste est plus longue que ça. Le président Pitte fait un discours d’introduction. D’emblée, il qualifie les vignerons de « bienfaiteurs de l’humanité », le ton est donné. On ne va pas faire assaut de politiquement correct dans cette enceinte, c’est aussi pour ça que je suis venu. Jean-Robert Pitte se moque gentiment des commentaires de dégustation de la RVF, Saverot est tout rouge. Pitte conclut « Le vin, c’est l’amour », ce type est enthousiasmant, on l’aime très vite. S’en suit une série de conférences à un rythme soutenu. Le vin et les trois monothéismes. Un Grand Rabbin, un prêtre, un orientaliste musulman. On s’entendra sur le caractère sacré du vin. L’un d’eux dira « quand le vin est absent, on a recours aux drogues ». Les saints hommes sont bien d’accord sur la nécessité de « sortir de soi ». S’éclater, quoi. Le père Alain de La Morandais précisera que « le vin, c’est le signe de la vie, le symbole du triomphe sur la mort ». Un ex-ambassadeur de France aux USA nous expliquera l’échec cuisant de la Prohibition des années 30. Pour éclairer notre lanterne, il expliquera le long cheminement qui a mené à ces treize années folles, le fond calviniste de l’âme américaine, la persécution au nom du Bien. Tiens, ça nous fait penser à des trucs proches de nous. On imagine comment le lobby prohibitionniste français pourrait parvenir à ses fins. On ne veut pas y croire. Puis vient le tour d’un recteur d’académie qui décrira les mécanismes de l’alcoolisme chez les plus jeunes. Le cancérologue David Khayat joue d’un peu de provocation « le vin est peut-être cancérigène, mais l’eau l’est sûrement ». Il parle de vérité scientifique, refuse de reconnaître qu’il défend le vin. Il remet en cause toutes les simili-études, il s’emporte un peu, très dans la maîtrise, l’homme a de l’expérience. Il est 12 h 30, nous n’avons pas bougé depuis quatre heures, une performance pour certains, dont moi.
Suite avec la présidente de Vin & Société, Marie-Christine Tarby-Maire, « plaisir et mesure sont compatibles ». Nous le savons bien, même si pour la mesure, comme pour le plaisir, nous n’avons pas tous la même aune. Et tant mieux. Vin & Société s’est battu pour le vin sur internet, avec succès. Merci et bravo. Contre l’imbécile principe de précaution qui interdit, elle propose la notion de gestion du risque qui responsabilise le citoyen. Une universitaire, Laurence Zigliara, nous livre un discours assez trapu sur l’initiation des jeunes au vin, elle propose l’éducation à l’alcool pour faire pièce à la barbarie du binge-drinking, assemble plaisir et culture, Un sénateur fait un vibrant plaidoyer, le vieux sage politique est une bête de scène, rompue à l’exercice, « la France piétine son héritage », l’adhésion de la petite foule est totale. Michel Bettane nous sert avec talent, c’est-à-dire assez vite, une conférence sur les contradictions apparentes entre la critique et l’expertise, « un métier schizophrène », il dit la part de morale du savoir nécessaire, l’indépendance obligatoire sans laquelle le serpent se mord la queue. Il parle de la modération dans les propos. Plus tard, Aubert de Villaine endossera son costume de porte-parole des Climats de Bourgogne, retenus par la France contre les paysages de Champagne, pour être présentés à l’UNESCO. Jacques Puisais donne une leçon à l’amphi, c’est clair, simple, compréhensible, l’eau, la terre, l’air, le soleil, l’homme, la plante, on comprend, on est pour. Tout y passe, il justifie les AOC (« l’authenticité, mieux que la diversité »), il fonce, il est lancé, les mâchoires se décrochent, l’assistance est baba, moi aussi. C’est Bernard Pivot, grand pro de l’exercice, qui conclura cette journée passionnante. Regardez la vidéo, vous allez adorer.


17 commentaires:

  1. Tu fais un beau métier!
    Il te permet de participer à ces belles réunions (bon, c'est vrai que, pour une réunion de qualité, tu dois probablement assister à bon nombre de médiocres aussi, il y a une justice !) où des gens savants parlent avec la clairvoyance que je leur connais pour certains ou que j'imagine pour d'autres de ces "bienfaiteurs de l'humanité" et de ce monde passionnant que représente le vin.
    Une envie saine m'envahit. Merci de nous en faire profiter un petit peu.

    Dominique ROUJOU DE BOUBEE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dominique, tout ce que tu dis est vrai, de l'épatant au médiocre. Et, oui, je fais un métier formidable. C'est jamais difficile d'aller bosser. Un privilège dont je mesure la rareté.

      Supprimer
  2. Beau, tout ça. Des gens vrais. C'est pour cela que la France demeure toujours au centre du monde du vin et de sa culture, quoi qu'on en dise, quelles que soient les difficultés.

    Victor de la Serna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Victor de la Serna. Bel hommage de la part d'un grand d'Espagne.

      Supprimer
  3. C'est comme pour la bande annonce d'un film, ou d'un bon concert à multiples artistes, rien qu'a la lecture du casting on se dit: "faut pas rater ça".
    Dans le cas présent, il n'y a pas d'erreur! De bons orateurs, de bons conteurs, des passionnés, des personnages tout acquis à la "bonne" cause du vin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et il est très instructif de découvrir que toute cette intelligence assemblée, ce beau quorum, est le fait de l'Académie du vin de France, assemblée de vieux sages créée en 1933…

      Supprimer
  4. Bonjour,

    A bin tiens voilà, c'est le vin qui met tout le monde d'accord ;-)

    > " Un Grand Rabbin, un prêtre, un orientaliste musulman. On s’entendra sur le caractère sacré du vin "

    Bonne journée.
    Erynn

    RépondreSupprimer
  5. Merveilleux papier, on s'y croirait.
    Mais quoi Nicolas ! Trois jours sans un post ? Vous avez les doigts gelés ou quoi ?
    Allez, au travail, ça réchauffe.
    Miss Glagla

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pas les doigts gelés, juste une petite lassitude momentanée en attendant le classement Wikio de demain. Mais je prépare des trucs.

    RépondreSupprimer
  7. Moi ce sera un Rol Valentin pour le 14. Préfère au St Amour. Et les 2 angelos avec leur coeur doré sur l'étiquette ça fait craquer.
    Olivier B

    RépondreSupprimer
  8. Il y a aussi le joli cœur de l'étiquette du calon-ségur, dans le genre.

    RépondreSupprimer
  9. Entre-nous, la discussion ne manquait-elle pas un peu de contradicteurs ? Ont-ils été invités ?

    RépondreSupprimer
  10. Entre nous, Arnaud, c'était une réunion de l'Academie du vin de France. Pas un forum. Et quand les "contradicteurs", comme tu dis, s'expriment dans les pages Santé du Figaro, ils ne convient personne à exprimer un avis différent...

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    Provenant du Québec, je trouve important que les défenseurs du vin francais et amateurs de bonnes bouteilles fassent des conférences pour stimuler les troupes à continuer de prêcher la bonne nouvelle!

    Moi pourquoi le vin? Car le vin est plaisir...le vin est partage...le vin est la plus belle symbiose culturelle entre l'homme et la nature. Quand je débouche une bonne bouteille francaise....c'est comme si je voyageais et que je découvrais le terroir des vignes...la personnalité du créateur de ce vin et aussi....la magie de la nature qui a permis à la vigne de produire ce précieux liquide.

    Je dis: longue vin aux vins francais (qui sont mes préférés en passant!) et longue vie à tous les porteurs de bonne nouvelle! Je veux pouvoir continuer à profiter longtemps du plaisir de boire les bonnes bouteilles de votre si beau pays!

    Amitié d'un cousin éloigné!
    J-F

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher ami (et décalé horaire), de cette visite et de ce commentaire

      Supprimer