Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 28 avril 2015

Primeurs 2014, deux sorties finement jouées

Les Anglais sont ravis, c’est bien la preuve. Le château Mouton-Rothschild a sorti hier son premier grand cru classé à 282 euros HT. C’est le plus petit prix de tous les mouton-rothschild disponibles sur le marché aujourd’hui. On est donc bien dans la perspective de ce que devrait être la vente en primeurs, une bonne affaire pour le client. Ce qui explique l’enthousiasme des négociants britanniques. TheDrinksBusiness publie même un tableau qui montre les prix de chacun des millésimes qu’on peut trouver chez les plus huppés des cavistes londoniens, ce qui confirme l’intérêt de cette mise en marché.

Dans le même registre et le même jour, la sortie du Château La Lagune à 33 euros HT est significative. Rappelons d’abord que le château n’a pas sorti son millésime 2013 en primeurs, ce qui rend toute comparaison impossible. En revanche, le millésime 2012 était sorti à 43,50 euros HT. On comprend la motivation de Caroline Frey, elle est de la même nature que celle du boss de Mouton. L’idée est de rendre au principe de la vente en primeurs toute son attractivité aux yeux de la clientèle des grands vins de Bordeaux.

Bravo à Mouton et à La Lagune, le marché n'attend que ça.


Et on les boira dans cette carafe Lalique

7 commentaires:

  1. Vous semblez trouver formidable que le prix primeur soit le plus bas du marché. N'est-ce pas le concept même des primeurs ? Que tous les autres vins livrables de ce 1er GCC soient plus chers chez un caviste à Londres me semblent être une évidence. S'ils ne l'étaient pas, et vous me rétorquerez surement que ce fut le cas il n'y a pas si longtemps (bien que je ne suis pas sûr concernant Mouton), il y aurait de quoi écrire un article car ce serait la fin d'un système. L'information qui manque cruellement à votre article est que le prix du Château Mouton Rothschild 2014 est annoncé en première sortie publique plus cher que l'année dernière et que sur le millésime 2012, que les 2013 encore sur le marché et non livrables sont moins chers que le prix du 2014 et que l'on est bien loin d'un retour au prix du 2008 pourtant souhaité par toute une profession pour qui la vente en primeur de GCC est de plus en plus tendue. Si les Anglais sont ravis (selon vous moins selon mes sources), tant mieux, mais je ne vois pas vraiment de raison évidente de l'être. Sorry ! Christophe

    RépondreSupprimer
  2. Ne soyez pas "sorry", Christophe. Relisez et vous verrez, il n'y a rien de désolant.
    Pour vos "impressions" sur les Anglais, lisez The DrinksBusiness.

    RépondreSupprimer
  3. si on regarde la première décennie du siècle, 2001, 2002, 2003, 2004 et 2007 ont des cotes idealwine en dessous du prix de sortie primeur 2014, qui ne s'annonce pas clairement meilleur que ces vins qui ont déjà commencé à se patiner.
    alors, certes, ils sont plus cher chez un caviste de Londres, mais est-ce le bon indice de comparaison ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, le marché est en Asie.

      Supprimer
  4. Bonjour
    j'ai lu hier un article d'eric Riewer sur les primeurs bordelais dans le dossier du dernier Gault&millau, il parle en page 83 de la qualité du savon des toilettes lors des dégustations des grand cru primeur est ce un facteur de note ? je trouve cela bizarre
    Merci de votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Éric Riewer est un garçon très sérieux. Si le savon des toilettes est arrivé sous sa plume, c'est sans doute que les parfums qu'il exhalait étaient trop importants dans la circonstance particulière d'une dégustation.

      Supprimer