Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



jeudi 23 août 2012

Vive le Chinois de Gevrey


Aujourd’hui, les réseaux sociaux frémissent d’indignation. Pour aller où ? Mystère. Rappel des faits : un Chinois riche (un scandale, déjà) vient d’acquérir un château bourguignon et deux hectares à Gevrey-Chambertin. Et voilà que tous ces indignés en chewing-gum saisissent la « grande » presse de leur mécontentement. Laquelle embraye aussi sec pour nous expliquer des trucs et des machins. Même cette bécassine de Marine Le Pen s’offusque. La sotte compare ces deux hectares inconnus avec la Romanée-Conti. Explique que l’État, etc. En appelle au protectionnisme. Pfff.
Si Liliane Bettencourt, Française de souche, avait acheté, ils n’auraient pas eu de mot trop fort pour lui taper tous ensemble sur la tête, se scandaliser encore et encore.

Toutes ces âmes sensibles ne savent pas que la taxation des successions en France met une famille à la rue en trois et même, très bientôt, en deux générations ?
Ces fins connaisseurs de l’économie française n’ont pas réalisé que nos investisseurs nationaux ont largement assez de travail à planquer leurs sous pour ne pas se coller une visibilité de plus sur l’ISF ?
Eh, boys and girls, on ne peut pas applaudir d'un bulletin de vote la taxe à 75 % et s’étonner que nos riches à nous prennent rendez-vous avec un agent immobilier à Bruxelles plutôt qu’avec un notaire à Gevrey-Chambertin.

Moi, je trouve que huit millions d’euros, c’est bien payé pour deux hectares avec un château dessus qui demande sûrement quelques autres millions pour être redressé comme il faut. Le vendeur, il peut lui élever une statue à son Chinois. Et se féliciter de l’absence de règles protectionnistes. Mais, dans ces cas-là, les vendeurs, on ne les entend pas beaucoup.
Je trouve que c’est une bonne nouvelle pour le patrimoine national qu’un Chinois dépense de l’argent pour ça.
On nous explique aussi qu’un conseil communal aurait voulu trouver une solution de reprise communautaire ou coopérative, le genre « on s’y met tous et ça va le faire et pis on fera des chambres d’hôtes au château » et tous les crétins d’opiner gravement. Ben tiens. Ils auraient payé huit millions pour une ruine et un jardin de vignes ? T’es sûr ? Et quoi, le Chinois n’aurait pas le droit de tenter sa chance à la vigne ? Juste celui de surpayer nos productions ?

C’est quoi, ces indignations de bac à sable ? Nos va-t'en-guerre n’ont pas d’autres raisons de s’énerver ? Ouvrez le journal de votre choix. Dans Libération (ce n’est pas mon choix, mais je suis un garçon ouvert), ils ricanent grossièrement sur le gouvernement dont la seule préoccupation serait le mariage gay. Une très bonne chose pour des filles et des garçons que je connais et que j’aime d’amour, je suis pour, mais bon, il y a aussi quelques urgences sur la structure de l’économie du pays. Il devrait être possible de mener tout ça de front, non ? C’est pas énervant, ça ?

La photo : comme d'habitude, découverte sur le remarquable site TumblR du blog A girl called Georges, chouchou de BonVivant

D'autres indignés en chewing-gum, ici

61 commentaires:

  1. Que voilà un commentaire sensé ! Enfin du bon sens et une remise en place des choses.
    Bien sûr que secrètement les autres propriétaires sont satisfaits, côté porte-monnaie, de ce prix payé par le chinois. Le jour où ils voudront vendre, ils sauront rappeler aux futurs acheteurs la valeur des terres basée sur ces dernières transactions.
    Comment ça ? Il y en aura qui vendront bien moins chers à condition que l'acheteur soit français ? Qui se moque de qui ?
    C'est comme à Bordeaux : les grandes transactions des dernières années, à part les coups de génie de JF Moueix, sont des entités extérieures à Bordeaux qui aurait pu, mais n'a pas voulu. Reybier ? Il habite en Suisse !
    Plutôt que de taper sur ce chinois - qui a passé sous les fourches sourcilleuses de Tracfin, ne l'oublions pas - pourquoi les bourguignons n'ont pas proposé plus ? Qu'on me dise selon quels principes un propriétaire se devrait de vendre moins cher, histoire de rester entre nationaux ? Et si les chinois interdisaient à LVMH, Castel, Magrez, Ricard, d'acheter des terres à vigne en Chine ? On dirait quoi ?
    Bien sûr qu'on souhaite tous que les joyaux français restent français ! Mais si l'Etat le veut, qu'il fasse alors des lois idoines sur ce plan, et là, on verra quels seront les fourches qui se lèveront !
    Merci Nicolas de ce commentaire, sachant bien qu'on va prendre des volées de bois vert ! Bof : on en verra d'autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les attends, les contradicteurs !

      Supprimer
    2. Votre avis se défend et se respecte amplement. Cependant, vous auriez dû mener ce raisonnement objectif à son terme et évoquer ainsi l'autre penchant de nos relations économiques avec nos amis chinois. J'en veux pour preuve :

      http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-chine-en-plein-conflit-sur-le-vin-europeen_327043.html

      Le modèle actuel ne repose t'il pas sur la base du libre échange et de la libre concurrence ?? De là, comment accepter ce type d'investissement chinois, lorsque les notres se confrontent à des mesures protectionnistes et autres barrières douanières ?

      La situation parait bien plus complexe : les investissements chinois, vous avez raison, sont les bienvenus et seront à coup surs bénéfiques, à condition, et vous l'oubliez dans votre article, que les conditions fondamentales du libre échange soient respectées des deux côtés... Et ceci semble être encore plus crucial pour un marché aussi mondialisé que celui du vin...

      Un lecteur assidu de votre excellent site

      Supprimer
    3. Vous avez parfaitement raison, mais le but de ce post n'est pas de faire un état des lieux complets. Simplement de réagir à cette "furia francese" très dispropportionnée

      Supprimer
    4. Dans ce cas parfaitement d'accord avec vous, mieux vaut 8 millions d'un tycoon chinois qu'une armée de réactionnaires français déconnectés des enjeux économiques !

      Supprimer
    5. Réactionnaires ? Vous vouliez dire "fonctionnaires", j'en suis sûr ;-)

      Supprimer
    6. Insulte gratuite.
      Pierre-André Taguieff développe la thèse que les véritables réactionnaires sont ceux qui se cachent derrière le terme de progressistes et utilisent le terme de réactionnaire pour disqualifier leurs opposants dans une optique de terrorisme intellectuel voire d'« inquisition ». Pour Taguieff, « le progressisme, c'est la foi dans le progrès sans l'esprit critique ni le sens de la tolérance, avec la conviction dogmatique de posséder la vérité et d'être installé dans le Bien. »« Si les réactionnaires n'avaient pas existé, les progressistes les auraient inventés. Lorsqu'ils n'existent plus, ils les inventent. » cf Wikipédia

      Supprimer
  2. Je ne suis pas toujours d'accord avec vous sur ces sujets et d'autres également, mais là, complètement d'accord avec vous.
    Après, ce chinois doit avoir énormément d'argent, car 8 millions c'est colossal (il n'a pas forcément fait l'affaire de sa vie ) pour un château en ruine et deux malheureux hectares (qui produira 15 000 bouteilles par an ?), si il peut permettre a quelques locaux de vivre de son acquisition, si par le plus grand bizarreries, il avait pour ambition de faire du bon (qui sait!!), si il avait une passion aussi grande pour les casino que pour les belles pierres, une passion pour la sauvegarde du patrimoine architectural Français. Bref si dans un imaginaire improbable populiste ce chinois était passionné ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi ne serait-il pas passionné ? Laissons à ce monsieur le temps d'arriver ;-)

      Supprimer
  3. Dans son bref commentaire sur France 24, Philippe Charlopin, une définition supérieure du "madre paysan" (soit un homme au discours d'une grande sagesse) a simplement constaté que c'est dans l'évolution des choses.
    Il n'a pas rué dans les brancards; il n'a pas insulté le vendeur; il n'a pas pleuré à la nation.
    Le point sensible que doit faire surgir cette affaire, et qui a été discuté ici et là plusieurs fois, c'est d'adapter, en France, les droits de succession pour une continuation familiale sans drame obligeant à vendre, mais avec le gros bémol que si la succession vend, là alors, elle passera au moulinet d'une fiscalité spécifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des gens sérieux, François. Ceux qu'on entend le moins en général ;-)

      Supprimer
  4. Une fois n'est pas coutume Nicolas :) ( n'en profites pas :) ) je suis entièrement daccord avec toi sur le fait que c'est un "scandale" de bac à sable.
    D'une part, peut être que ces Chinois feront meilleurs ;)
    D'autre part que ceux qui s'indignent cessent de voter PS ou UMP ou FN, ou autre partis politique aillant une quelconque accointance avec le système libéral si ils ne sont pas daccord avec ça. J'en vois depuis deux jours qui sont les premiers heureux de savoir qu'on prend des parts de marché à l'étranger mais qui n'acceptent pas que les Chinois en façe de même... Incohérence, quand tu nous tiens...

    Pour finir, le scandale n'est il pas que les vignerons qui peuvent acheter des terres en Bourgogne se comptent dorénavant sur les doigts de la main au vue de la spéculation effrénée à laquelle se livrent les "stars" de la chose... Et ce sont les mêmes qui crient au scandale national :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si même Antoine est d'accord avec moi… ;-)
      Mais si les grands domaines bourguignons n'ont pas acheté les deux hectares, c'est que notre nouvel ami chinois a fait une surenchère qu'ils n'ont pas voulu suivre

      Supprimer
  5. 8 millions pour 2 hectares de Chambertin ne semble pas un prix excessif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes sûr qu'il s'agit de chambertin et pas de gevrey-chambertin ?

      Supprimer
  6. Tout à fait d'accord, ces scandales sur fond de chauvinisme sont un peu ridicules. D'autant plus que le Chinois en question a du goût, il confie l'exploitation des vigne à la Famille Rousseau, ce qui était un préalable à l'achat, selon ces sources :
    http://www.lejournalduvin.com/2012/08/chateau-de-gevrey-chambertin-les-vignes-confiees-a-un-viticulteur-local/
    C'est donc même un "mieux" pour la région.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui mieux que les Rousseau pour faire du gevrey ?

      Supprimer
  7. En tout cas, la fiche Wiképédia du château de Gevrey Chambertin est déjà à jour :-)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Gevrey-Chambertin

    François

    RépondreSupprimer
  8. C'est - autant que je sache - Eric Rousseau qui s'occupera des vignes. Ça en dit long sur le nouveau propriétaire, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François, souvenir énorme d'un dîner à VdE avec Éric qui avait tiré de dessous sa veste un vieux millésime du chambertin de son père

      Supprimer
  9. Si cet acheteur avait été suisse, américain, anglais... on n'en aurait pas entendu parler.
    Ce racisme anti chinois est assez incroyable.
    Personnellement je m'inquiète plus de l'arrivée de Bernard Arnault a Puligny que de ce monsieur à Gevrey.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je me félicite que l'argent arrive dans le vignoble, c'est toujours (et depuis des siècles) un signe de bonne santé. Mais vous avez raison pour cet incroyable racisme anti-chinois, on est à la limite du "face-de-citron"

      Supprimer
    2. (Insulte "historique" dans la bouche John Lemon suite à l'annulation d'un concert je ne sais plus où en Asie)

      Supprimer
    3. John, si tu nous regardes…

      Supprimer
    4. (à la réflexion je me demande s'il ne s'agissait pas des Philippines. Sinon, je prépare un vide grenier pour la rentrée et je viens de tomber sur vieux Playboy [de mon père ?]: Madona n'a pas toujours été blonde)

      Supprimer
  10. Pourquoi un chinois n'aurait-il pas autant d'amour pour un vignoble bourguignon qu'un Decelle pour Mas Amiel, Jean Faure et maintenant la Bourgogne ? Ou un Thunevin pour sa rive droite ? En quoi la nationalité d'un acheteur jouerait-elle sur le style et la qualité de sa passion ?
    Pourquoi ne pas comprendre simplement que ce chinois veut faire un grand vin, que fera Eric, sans chercher aucunement à amortir systématiquement son investissement, par ailleurs supérieur vu les travaux à mener dans la vigne et dans la pierre ?
    Pourquoi la Safer n'a rien dit ? Pas de moyens ?
    Qui a fait quoi à Bordeaux depuis 30 ans ? Les locaux ou Mentzelopoulos, Guyon, Vatelot, Thunevin, Droulers, Axa et tant d'autres manants venant d'ailleurs ?
    Ce qui me chagrine le plus dans cette histoire, c'est que des "pros" de la communication, en l'occurrence RMC sur son site, joue à fond la veulerie franchoullarde ce qui, bien sûr, suscite des commentaires navrants, à faire pleurer le moindre instituteur de Lozère. A part un fondu (ouf !) qui exprime magnifiquement sa passion du vin, avec ses mots à lui.
    Bref : beaucoup de choses à revoir en France !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas citer tout le monde, mais on doit citer Gérard Perse à Pavie, Montbousquet, etc. On peut aussi citer Parinet à Moulin-à-Vent. Et Bizeul en Roussillon. Et Dürrbach en Provence. Chacun à hauteur de ses moyens ont fait progresser le vin français à pas de géants.
      Mais il y a aussi des "historiques" qui ne se tournent aps els pouces en attendant de vendre le domaine. Je pense à Bernard Magrez ou Hubert de Boüard, entre autres.

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec tout ça et bien vu sur la SAFER quant on sait combien ils peuvent s'amuser à préempter pour faire monter les prix dès on cherche à s'agrandir un peu...

      Supprimer
    3. Oui, il faudrait se pencher sur cette anomalie : les SAFER.

      Supprimer
  11. C'est évident ! Merci Maître :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, ce qui m'épate, c'est l'intérêt visible pour cette affaire. Toutes les télés, toutes les radios sont sur le coup. Le truc à énerver encore un peu plus la profession des vignerons. Ils ne parlent jamais de vin, mais là, tout d'un coup, c'est l'effervescence d'un mauvais champagne. Je trouve ça un poil lassant cette façon de toujours expliquer que tout va mal. Même pas vrai, en plus. Ou pas totalement. Ce qui va mal, c'est l'impossibilité de travailler dans laquelle le carcan administratif met nos vignerons. Ce serait pas un beau sujet de JT, ça ?

      Supprimer
  12. Les dernières infos sur l'identité de l'acheteur à Gevrey Chambertin par le Wine Spectator :

    "Louis Ng, an executive in Stanley Ho’s Macao gaming empire, has purchased Château de Gevrey-Chambertin from the Miteran family in Burgundy’s Côte de Nuits for a reported $10 million, outbidding a group of local vintners. The acquisition includes a 12th century château and 5 acres of vines. But the sale has provoked a backlash against foreign investment by some Burgundy residents."

    http://www.winespectator.com/webfeature/show/id/47207

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, mais le Chinois avait plus de thunes et le vendeur, il a pris la meilleure offre. Chacun d'entre nous ferait la même chose.

      Supprimer
  13. Bravo pour ce papier. hilarante la remarque sur la coopérative :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ya pas que ça qui t'enchante ? Si ?

      Supprimer
    2. J'approuve ce que tu dis de cet évènement et je suis ravie de ton choix de photo aussi :)

      Supprimer
  14. Deviens fade ce blog, tout le monde est d'accord... même moi.
    Il va refaire une offre à Aniane Mondavi ?
    Olivier B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour le blog fade. D'accord avec toi. Ainsi le consensus est de plus en plus mou… C'est tragique. Qu'est-ce qu'on va devenir si on peut plus se foutre sur la gueule ?

      Supprimer
  15. Quand certains "étrangers" investissent dans des structures à si fort potentiel - et de surcroit NON DELOCALISABLE - surtout ne les en empêchons pas. Parce que c'est bien d'économie dont on parle, pas encore de vin ni de patrimoine etc.
    Dans 20 ans, quand les investisseurs auront su s'entourer des meilleurs et auront valoriser la propriété et les vins, finalement on se rendra compte que 8 millions c'était peau de balles.

    Moi je fais clap clap des 2 mains.
    Claire

    RépondreSupprimer
  16. C'est toujours amusant quand ce genre de sujet finit par atteindre la presse nationale et devient une sorte de caricature franchouillarde d'une question de fond.
    Il est de toute façon évident qu'il y a désormais un fossé entre des investisseurs qu'on pourrait appeler "internationaux" et le péquin français qui, même friqué, a surtout vocation à payer la gabegie de l'état qui l'abrite. L'Etat français oblige les propriétaires pas suffisamment riches à vendre pour contribuer au remplissage du tonneau des danaïdes de Bercy. Et ceux qui hurlent contre l'envahisseur chinois sont généralement les premiers à se réjouir qu'on saigne le méchant riche français...
    Un riche (mais pas trop)
    Finalement, on devrait se réjouir que certains de nos riches le soient suffisamment pour avoir internationalisé leur argent et puissent se permettre de planter le drapeau français sur certains de nos joyaux (Domaine Engel, Château Grillet, etc.)...

    RépondreSupprimer
  17. bonjour Nicolas,
    je suis sur la même ligne que vous concernant cet achat du chateau de Gevrey= il n'y a pas de raison de pousser des cris d'orfraies parceque cet achat a été réalisé par un richissime chinois... mais que se serait-il passé si cet achat avait concerné le domaine de la Romanée Conti? je pense qu'il y aurait alors eu un concert de pleurs et de grincements de dents.. à tort ou à raison?
    amitiés
    Bertrand

    RépondreSupprimer
  18. Incidemment, sait-on qui détient le capital des entreprises du CAC 40 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr. Difficile d'être un grand capitaliste dans le maquis ;-)

      Supprimer
  19. Autant je vous rejoins sur l'absurdite de tout ce 'vacarme mediatique', autant je regrette quand meme que le prix soit completement sur-evalue ce qui a des consequences perverses que l'on connait pour (1) les prochaines transactions, (2) pour les prochaines successions, et (3) pour l'assiette de l'ISF qu'ils vont nous annoncer et que certains esperaient eviter... Esperons que cela ne cree pas une tendance!... Apres, que ce soit un chinois?!?!... meme si je n'ai vu personne parler de la sous-evaluation du Yuan qui est quand meme aujourd'hui le probleme majeur dans notre libre-echange, et je pense plus important encore que des regles de marches protectionnistes ou barrieres douanieres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rappelons quand même que la vigne, comme la forêt, sont ce qu'il est convenu d'appeler des niches fiscales. Pour combien de temps encore ?

      Supprimer
    2. La forêt, la vigne, des niches fiscales: would you please care to elaborate, dear bon vivant ?

      Supprimer
    3. Vous ferez très bien ça sans moi via Google, mots clés : vigne, forêt, niches fiscales. C'est très ennuyeux à lire, je vous préviens. Et à expliquer, encore plus, dear Anonyme

      Supprimer
  20. Bon; j'ai suivi votre recommandation et suis tombée là-dessus:http://www.youtube.com/watch?v=SBxt9jbNjS0
    Je réitère donc ma requête

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, je n'ai que très lointaines notions d'allemand.Cherchez mieux

      Supprimer
  21. il va falloir s'habituer à ce que les vignobles passent dans les mains de propriétaires étrangers si l'outil de travail passe dans l'ISF...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Cela dit, ça fait cinq siècles, sinon plus, que des étrangers achètent des vignobles en France. Regardez le nombre de Belges à Bordeaux.

      Supprimer
    2. Sans remonter aux temps de l'implantation de Petite Vidure, Stendhal témoigna de ce métissage singulier

      Supprimer
    3. Et Hölderlin ...

      Supprimer
  22. Si t'es prêt à payer...
    http://www.youtube.com/watch?v=D2HcREJKI50&feature=watch_response_rev

    RépondreSupprimer
  23. Ce qui reste tout de même très surprenant dans cette histoire de château de Gevrey, ce n'est pas les gesticulations inoffensives du coq gaulois mécontent qu'on empiète sur son territoire, mais le peu de questions qu'a suscité l'acheteur.
    Ce dernier est en effet présenté comme un propriétaire de salles de jeu à Macao. Sans être un spécialiste du "business" des jeux à Macao, il est notoire que c'est un délicieux mélange de triades et d'argent sale. La Corée du Nord est même passé par là pour nettoyer son capitaux. Il est donc très très probable qu'un Monsieur "salles de jeu à Macao" qui achète à l'autre bout du monde un bien qu'il paye le double de son évaluation... est tout simplement en train de blanchir de l'argent.
    Après, on peut se réjouir que ces capitaux atterrissent là plutôt qu'ailleurs. Mais de la même façon que le "Made in China" détruit l'économie occidentale à coups de dumping et d'espionnage industriel, pas sûr qu'on puisse parler de saine concurrence face à des gens qui ont de toute façon pour intérêt à investir dans des biens tangibles le maximum de leur argent virtuel (puisque celui-ci n'existe pas tant qu'il n'a pas été convenablement "réinjecté" dans l'économie réelle). Enfin bref, il y a là un sujet à creuser pour un journaliste un peu curieux...

    RépondreSupprimer