Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 23 juillet 2012

L'antenne de l'Hermitage : Big bang ou pschitt ?


Pour autant qu’on puisse en juger de loin, les choses ont trouvé un cours normal de négociation. Dans l’attente du recours déposé par le syndicat des viticulteurs, une conversation intelligente s’est installée entre l’opérateur TNT ItasTim et ses opposants. Des solutions sont à l’étude pour une implantation sur un autre terrain aux spécifications identiques. On sent comme une poussée de bonne volonté, on respire.
Le syndicat des viticulteurs a abandonné cette idée étrange d’échanger les murs publicitaires historiques contre l’antenne. La proposition de Michel Chapoutier, aussi président du syndicat, ne concernait que les murs qui ne sont pas des murs de soutien. Pour info, Jaboulet, le concurrent de toujours de Chapoutier, n’a que des murs publicitaires quand Chapoutier a des murs de soutien et des murs publicitaires.
En revanche, attirée par le bruit, une ONG appelée Next-Up s’est penchée sur la colline de l’Hermitage et a levé un gros lapin. Selon eux, Chapoutier abriterait sur le toit de l’une de ses maisons dite Tour carrée une ou plusieurs antennes clandestines camouflées dans des ajouts récents en forme de cheminées en fibre de verre (!). Bien entendu, Michel Chapoutier s'est insurgé devant le propos. On le comprend. Mais voilà, les gens de Next-Up sont spécialisés dans les radiations dangereuses et ils affirment détenir des preuves. Dans ces cas-là, on demande à voir.
S’en suit un long courrier très documenté, très précis, dont je ne donne à lire qu’un extrait, édifiant :

« Néanmoins l’autre pollution la plus importante du coteau de l’Hermitage est issue de la station d’antennes relais (camouflées) de SFR, elle se situe sur la Tour Carrée appelée aussi Maison Blanche ou Maison de l’Ermite ou Pavillon de Chantalouette (assise foncière section A 68), le nom du propriétaire, donc du bailleur, c’est-à-dire celui qui perçoit les loyers, est sic : "Groupement Foncier Agricole Chapoutier". En ce qui concerne l’autorisation d’implantation de l’ensemble de cette puissante BST de SFR (toutes les antennes, toutes les fréquences et Répéteur Hertzien inclus) les documents officiels stipulent clairement la date du, sic : "27 Juin 2011". En ce qui concerne l’urbanisme l’organisation ne possède pas encore à ce jour les documents officiels au nom du GFA Chapoutier qui ont permis de transformer le frontal de la construction d’origine en deux fausses cheminées carrées en fibre de verre, dans quelques jours nous espérons y voir plus clair sur ces transformations (ac/ABF).
Ceci étant si les documents officiels comportent des inexactitudes, ce que Michel Chapoutier laisse sous-entendre dans ses déclarations, nous procèderons aux rectifications qui s’imposent et nous le ferons savoir. Next-up organisation ne cache rien, tout est transparent, l’ensemble des parties concernées, sont informées en direct depuis le début de cette affaire, Michel Chapoutier et médias inclus. Autre point de la problématique, en corrélation avec l’irradiation par les Champs ÉlectroMagnétiques artificiels Hautes Fréquences micro-ondes issue des antennes, il existe une autre pollution qui impacte la flore et dans le cas du coteau de l’Hermitage donc les ceps de vigne (photosynthèse et réactions chimiques) ainsi que les qualités organoleptiques du raisin (la molécule d'eau contenue dans la pulpe représente environ 75 % de la rafle). Next-up organisation diffusera prochainement un dossier détaillé sur ce sujet très pointu. Être positif afin de ne pas impacter la filière : La polémique est stérile et contre-productive, Next-up organisation n’a qu’un souhait, c’est que Michel Chapoutier en homme averti mette maintenant en adéquation ses paroles avec des actes forts afin d’assainir en totalité le coteau d’Hermitage de toutes pollutions visuelles et irradiantes. »


Et ceci est suivi d’une invitation à débattre lancée à Michel Chapoutier par Next-Up.
Il va de soi qu’à ce niveau d’accusation, nous attendons tous les explications de Michel Chapoutier et le dossier « très pointu » sur la pollution des vignes que promet l’ONG Next-Up.
Comme quoi, ce ne sont pas trois vieux murs chargés d’Histoire de la maison Jaboulet qui vont régler une affaire qui prend une ampleur insoupçonnée. C’était un écran de fumée vite dissipé et le petit coup de « passe à ton voisin » n’a pas marché même si, à un moment donné, dans le feu de l’émotion naissante, il a pu abuser tel ou tel blogueur.
Je suis content de rendre ici hommage à Caroline Frey qui a alerté les medias sur cette implantation d’antenne dont le syndicat ne s’occupait pas du tout. On commence à comprendre pourquoi…

Plus que jamais, il est urgent de signer la pétition mise en place par Vincent Pousson. Plus de 1 300 personnes l’ont déjà fait. Vous pouvez signer en cliquant ici. L’été, ses mollesses, n’aura pas raison de notre motivation.

Vous pouvez consulter l’intégrale de la lettre ouverte de Next-Up à Michel Chapoutier ici. Tous les détails de l’affaire ici, ici et .

La photo montre clairement la position de l'antenne installée il y a quelques années, juste derrière la chapelle de l'Hermitage, monument historique, et en complète contravention avec les règles édictées par les Bâtiments de France (500 mètres minimum). Cette antenne est appelée à rejoindre la nouvelle, ailleurs. (Photo D.R.)

20 commentaires:

  1. si le déplacement du projet et de l'antenne en place est confirmée, nous ne pourrons tous que nous rejouir. Par contre le retour en arrière sur la suppression des "murs publicitaires" (qui défigurent ce lieu chargé d'histoire)est une bien triste nouvelle ! Vos explications abracadabrantesques ( c'est historique ou ça existe ailleurs) ternissent le preu combat que vous menez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes explications n'ont rien d'abracadabrantesques, comme vous dites. Oui, il existe la même chose dans un certain nombre de vignobles historiques et en pente. Moi, ces murs inventés à l'époque du chemin de fer ne me choquent pas du tout. Ils sont la mémoire du travail et de la fierté des hommes. À une époque où toute communication en faveur du vin est à peu près interdite, cela me paraît un minimum bien peu dommageable.

      Supprimer
  2. Mémoire du travail? fierté des hommes?? c'est de la pub point barre ! Dommage que Michel n'aille pas au bout de son idée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut avoir un avis un rien plus romantique… C'est mon cas.

      Supprimer
    2. C'est un romantique qui rime avec fric .....

      Supprimer
    3. Pfff… Par pure bonté d'âme, je rappelle que ces murs ne rapportent rien à personne et surtout pas à moi. Quel fric ? Je suis convaincu que la part de notoriété que génèrent ces murs est parfaitement négligeable En revanche, ils font partie d'un patrimoine. C'est autre chose. Et, visiblement, cela n'évoque rien pour vous.

      Supprimer
  3. Quand on camoufle des antennes sur le toit de sa maison, on peut en effet s'interroger sur les motivations de Michel Chapoutier lorsqu'il propose de faire tomber les murs. Enfin les murs des autres pour être plus précis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du calme. Il faut attendre d'en savoir plus avant d'accabler Michel Chapoutier. Et n'oublions pas : errare humanum est.
      Nos grands inquisiteurs ont la flèche facile, oubliant un peu vite ce que signifie gérer une grosse société.

      Supprimer
  4. Je suis bien d'accord. Les erreurs aussi grosses soient elles sont à la portée de tous. Mais quand même, un peu de cohérence. Vendre de la biodynamie à toutes les sauces, et faire monter des tours en fibre de verre sur le toit de sa maison en plein milieu du vignoble pour y dissimuler une antenne SFR, c'est de mauvais gout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sous réserve que ce soit vrai, vous avez raison

      Supprimer
  5. Coteau mythique de l’Hermitage : Michel Chapoutier a fait acte de responsabilité.
    Acte 1/3 : les antennes relais camouflées de SFR seront démantelées.
    Michel Chapoutier (interview) : « Je viens de résilier le bail de l'antenne SFR »
    www.next-up.org/pdf/Next_up_organisation_Reponse_a_Michel_Chapoutier_concerne_BST_Coteau_Hermitage_21_07_2012.pdf

    26 07 2012 Communiqué de Presse de Next-up organisation :
    Assainissement de toutes pollutions sur le Coteau de l’Hermitage.
    Next-up organisation prend acte du rebondissement très positif de Michel Chapoutier qui a mis en adéquation ses paroles et ses actes en résiliant le bail des antennes relais camouflées de SFR du coteau de l’Hermitage.
    En conséquence concernant ces antennes relais camouflées dites de la Tour Carrée l’organisation cesse toutes les investigations complémentaires qui étaient actuellement en cours notamment au niveau des antériorités des dossiers (Architecte des Bâtiments de France).

    - Par contre concernant le pylône des multiples antennes existantes (dont TDF) situé à proximité du lieu mythique de La Chapelle l’organisation va continuer à investiguer de façon à en connaître tous les intervenants avec la chronologie des dernières installations notamment les antennes relais des opérateurs Orange et Free, ceci dans le but d’agir pour son démantèlement et son repositionnement.

    - En ce qui concerne le projet ITAS TIM l’organisation suit les évolutions des négociations en cours des parties (opérateurs et vignerons), en cas d’échec, le demandeur étant un opérateur privé qui ne peut s’appuyer sur un service d’utilité publique et en fonction des paramètres locaux opposables, l’organisation ayant un intérêt à agir reconnu introduira une procédure judiciaire idoine au TGI de Valence ayant une forte probabilité d’avoir un jugement positif.

    Le but à atteindre au-delà de la prise de conscience est l’assainissement de l’essentiel de toutes pollutions visuelles et irradiantes du Coteau de l’Hermitage.
    www.next-up.org/pdf/Next_up_organisation_Reponse_a_Michel_Chapoutier_concerne_BST_Coteau_Hermitage_21_07_2012.pdf


    Origine :
    http://www.next-up.org/pdf/Next_up_organisation_Reponse_a_Michel_Chapoutier_concerne_BST_Coteau_Hermitage_21_07_2012.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo à Next Up pour la qualité de son intervention dans ce dossier et merci à Michel Chapoutier de se ranger ainsi du côté de l'intérêt général.

      Supprimer
    2. Juste une question: on peut savoir pourquoi abandonner ces antennes relais serait de la part de M. Chapoutier "se ranger à l'intérêt général?".

      Personnellement, j'y vois là une manifestation de l'obscurantisme écologiste en ce qu'il peut avoir de plus condamnable... Quelle preuve existe-t-il qu'une antenne relais modifie de quelque façon la qualité des raisins, la "santé" des pieds de vigne, ou la santé du sol? "Next-Up" n'explique en rien cela.

      Qu'après, le biodynamiste de base à la foi du charbonnier considère que les ondes émises par cet antenne perturbe l'harmonie cosmo-tellurique du vin, très bien.

      Mais il n'y a là aucune considération d'intérêt général, uniquement d'ordre "commercial" (i.e. mettre en harmonie ses pratiques avec son credo biodynamiste utilisé notamment comme argument de vente pour éviter la rumeur)

      François

      Supprimer
    3. François, deux choses.
      - NextUp a annoncé la publication prochaine d'un dossier qualifié par eux de "très pointu" sur la possible pollution irradiante de ces antennes.
      - En appliquant un principe de précaution, Michel Chapoutier fait œuvre de sagesse et ce n'est pas seulement, comme vous le dites, du marketing.
      Enfin, quand vous brocardez "l'obscurantisme écologiste", je ne suis pas loin d'être d'accord avec vous, mais peut-être pas en cette matière. Nous verrons ce que NextUp produit sur le sujet.

      Supprimer
    4. Oui,
      c'est bien le fait qu'eux même le qualifient de "très pointu" qui fait doucement rigoler...
      Faites donc un tour sur le site internet de cette association pour constater par vous même la rigueur scientifique dont elle fait preuve. De mon coté, ça m'effraie.

      Et le "principe de précaution" que vous mentionnez est malheureusement, surtout dans ce genre de situation, un cache-sexe de l'obscurantisme aveuglé.

      C'est le schéma classique du producteur bio, raisonné, ou biodynamiste qui se fait prendre en train d'agir en contradiction avec sa philosophie supposée: il réagit pour rentrer dans le rang, et c'est bien plus commercial que de la "précaution". Ne faisons pas l'injure à Michel Chapoutier de croire qu'il est stupide...

      F

      Supprimer
  6. Olivier:
    Et merci à vous d'avoir fait un post sur le sujet :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait partie des choses auxquelles je tiens

      Supprimer
    2. Je viens de prendre connaissance de toute cette affaire de pollution hertzienne et suis ravi que l'on ait bien progressé sur ce point. Reste la question des murs de soutien et des autres portant en grosses lettres les noms des propriétaires. Sur un site d'une telle beauté naturelle et chargé d'une telle histoire il faut être irréprochable surtout si l'on ambitionne d'être classé un jour au patrimoine mondial. Cela veut dire que les murs de soutien doivent d'abord respecter les techniques ancestrales de construction comme le montrent les magnifiques terrasses récentes du secteur voisin de Saint-Joseph, en évitant les affreux bétons trop commodes, et aussi retrouver leur anonymat, tout comme les murs à vocation uniquement publicitaires. Les seules mentions acceptables restent le nom du coteau ou de ses différentes sous parties (Méal, Gréffieux, rocoules, etc...). Les producteurs peuvent comme en champagne avoir recours à des petites bornes en pierre pour situer la présence de leurs vignes et l'indiquer aux visiteurs. Je ne vois pas en quoi une ancienneté remontant à la création de la ligne de chemin de fer et un sens certain de la propagande auraient la moindre valeur historique qui justifierait ce qui reste pour moi une terrible pollution visuelle. Michel Bettane.

      Supprimer
    3. Merci, Michel de ce témoignage. Je ne partage pas cet avis. Ici, comme dans d'autres vignobles pentus du monde, je trouve ces panneaux (de soutien ou de stricte propagande) assez beaux et assez historiques.
      Et je ne crois pas que militer pour l'abrogation de ces murs soit une bonne chose à une époque où le vignoble est particulièrement privé de tous droits de promotion à destination du grand public.
      Cela dit, le débat est ouvert puisqu'il le mérite. Ce qui n'est pas le cas des antennes doublement polluantes.

      Supprimer
  7. Pour le célèbre anonyme qui n'a pas mis les pieds sur la colline depuis très longtemps (au moins 5 ans),je ferai remarquer que certains producteurs ont recours eux aussi et pas depuis hier :
    - à des petites bornes en "ciment" pour Jaboulet qui rappelle les jalons routiers de la feu RN7 (c'est récent)
    - à des petites bornes en bois pour Chapoutier (avant c'était des pancartes pour certaines toujours en place)
    pour situer la présence de leurs vignes et l'indiquer aux visiteurs.
    Quant aux "murs" publicitaires, j'ai grandi en regardant cette colline et ces "panneaux" donc personnellement elles participent à mes souvenirs, mon attachement à ce lieu mythique,et au décorum d'une certaine époque qu'il serait dommage de détruire.
    A ce moment là,il faudrait aussi détruire tous les autres murs qui existent ailleurs dans les Vignobles français mais aussi tous les panneaux publicitaires oeno-viticoles (4x4 et autres formats) qui polluent les paysages, une extension de la loi Evin en somme. Bref tirons nous une balle dans le pied pour mieux nous faire avancer.

    RépondreSupprimer