Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 18 novembre 2014

« Ils dilapident des fortunes pour m’emmerder »

Nouvelle intervention de Miss Pleurnich’ aka Isabelle Saporta et drôle de façon de parler des gens qui contestent ses accusations pour le moins sujettes à discussion. Cette fois, elle fait l’objet d’une interview en mode victime sur le site food Atabula.com. Je n’y connais rien en sites food et je n’ai aucun avis sur Atabula qui, sinon, a l’air sympa. Je n’en connais pas l’animateur. Et qu’il fasse dans le truc qui marche pour faire du clic n’a aucune importance, c’est très à la mode en ce moment, on va pas se gêner. De toute façon, je préfère les blogs food tenus par des filles, c’est plus drôle, toujours. Tapez Le Bout de ma langue ou L’Ornithorynque Chafouin, ça rigole bien dans des genres différents.

Bon, Saporta.
Je vous épargne l’analyse des pensées formatées de la dame, quelque chose de la Bibliothèque verte mâtinée de Cécile Duflot, on se marre pas. Si vous y tenez, j’ai mis le lien en bas de cette page.

J’ai juste relevé trois citations auxquelles je me permets de répondre.

Elle dit : « Il n’y a aucune attaque sur les faits présentés dans le livre puisque ceux-ci sont vrais, vérifiés et revérifiés. »
Si, il y a eu beaucoup d’attaques précises sur les blogs et dans la presse, dont une ici même. Dans le livre de la dame, j’ai relevé (clic) une grosse insinuation malveillante autant qu’infondée. Le sombre ragot, ni vérifié ni revérifié. Tout sauf de l’investigation. Ça commence mal parce que sa pauvre démonstration est toute articulée autour du mot magique. Investigation. Ah, ah, ah.

Elle dit : « Dans le monde du vin, critiquer c’est risquer de perdre son job. »
Oooh. Quelle grosse sottise. Quelle piètre estime du métier de journaliste (je croyais qu’elle était journaliste, moi). Quelle méconnaissance de ce monde du vin. Le plus sûr moyen d’être pris pour une quiche est, précisément, de ne pas critiquer. Le yes-man qui parcourt les châteaux en poussant des petits cris extatiques, il y en a, mais peu et sans grande réputation. La dame devrait quand même savoir que les plus grands châteaux ouvrent leurs portes aux blogueurs les plus libres et aux journalistes les moins dociles et, même, à elle. Et que ça ne pose de problème à personne. Madame l’auteure, il serait temps de passer la seconde, vous patinez. Le monde épouvantable que vous décrivez sort de votre imagination, il ne correspond pas à l’expérience des gens que je connais ou à la mienne. Votre logiciel date un peu, je crois.
Bon, allez, ça suffit.

Ou alors une petite dernière, pour la gourmandise ?
Elle dit : « Quand je bosse, je vais au fond des choses. »
Vous savez quoi, amis lecteurs ? Je suis sûr qu’elle le croit. Elle campe le décor. Elle est du côté du fond des choses, c’est du lourd, ça fait peur aux enfants. Nous, les marrants, on gratouille dans le superficiel, on bâille aux corneilles, rien de grave. Elle, elle bosse. Nous, on bricole.
(Pour la fatuité du propos, soyez charitables).

Au passage, je note que, dans cette interview, elle ne fait pas mention du documentaire qu’elle a diffusé sur une chaîne publique et du débat qui a suivi. C’est prudent, en effet.

Et puisqu’on a envie de rire, j’ai trouvé cette photo sur Twitter, j’en ris encore. Rien à voir avec ce qui précède, hein. Quoique.




Lire l'interview d'Isabelle Saporta sur Atabula (clic)
Have fun.

56 commentaires:

  1. "Il faut bien comprendre qu'une plainte au pénal entraîne automatiquement une mise en examen"

    Visiblement ses connaissances juridiques sont à la mesure de ses connaissances viticoles et de sa conception de la déontologie en matière de pressetitution...

    Bonne chance nunuche :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À vous lire, ce serait faux ? Je ne sais rien des arcanes de la justice.

      Supprimer
    2. Selon mes connaissances juridiques, déjà lointaines et donc vagues, une plainte au pénal peut entraîner:

      - un classement sans suite de la part du proc' (la plainte n'est pas fondée, il n'y-a pas lieu de l'instruire)

      - un placement sous statut de témoin assisté (la plainte est fondée, mais le juge d'instruction demande un complément d'informations sans mise en cause de la personne visée)

      - une mise en examen (la plainte est fondée, le juge d'instruction demande un complément d'informations et estime que les faits reprochés sont assez sérieux et fondés pour mettre en cause la personne incriminée)

      Bref, la "mise en examen" n'a rien d'automatique. Elle constitue au contraire un faisceau de présomption sérieux envers les faits reprochés.


      Supprimer
    3. Merci d'éclairer nos lanternes, Vinocrate.

      Supprimer
    4. Pour l'auteur de ce blog et tous les autres : quelque chose m’échappe. Pourquoi tant de violence et d'acharnement si cette femme ne dit que des bêtises et n'a aucune légitimité ?

      Dans cette entreprise de démolition systématique, quoi que cette femme dise ou fasse, vous me faites penser aux hygiénistes cherchant à faire appliquer la loi Evin envers et contre tout, et qui n'hésite pas à sortir le char Leclerc pour tuer un moustique.

      Pour l'auteur de ce blog uniquement : je pense que vous n'avez aucune légitimité à critiquer le travail de cette femme. Non pas que vous ne connaissiez pas Bordeaux, au contraire vous êtes pieds et mains liés avec ce milieu. Je ne vois pas comment vous pourriez avoir un avis objectif sur M de Boüard par exemple. Me trompe-je ?

      Au plaisir de vous lire.

      Supprimer
    5. Encore un spécialiste de la légitimité.
      Au nom de quoi je devrais m'abstenir ? Ce blog est précisément là pour que je m'y exprime et vous savez quoi ? C'est pas obligé de lire ma prose.
      Et c'est précisément parce que je connais un peu le vignoble bordelais que je m'attache à rétablir un certain nombre de vérités.

      Supprimer
  2. http://www.mybettanedesseauve.fr/sainte-isabelle

    Cette fois c'est un vrai journaliste qui s'y met, agrégé de lettres, ancien professeur d'université, ancien pilier de la RVF, et, pour couronner le tout, largement considéré comme un des plus remarquables dégustateurs au monde (je détaille le cv mais avouez que ça a plus d'allure que de rappeler dans un billet sur deux qu'on est un ancien grouillot de second rang du cabinet de Michel Rocard).

    Je vais finir par éprouver de la compassion pour nunuche à ce rythme. La bougresse se fait démonter de tous les côtés et n'a de soutien qu'auprès d'une petite coterie composée d'un fonctionnaire à la retraite et de deux-trois autres insignifiants qui n'ont tous en commun que leur aigreur et leur idéologie poussiéreuse. La vie est parfois bien cruelle...

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas, Alceste, vous avez bien appris votre leçon : même le vocabulaire du maître semble bien maîtrisé : c'est confondant !

    Personnellement, je me marre bien de voir les camps qui s'affrontent : là aussi c'est confondant.

    Nicolas, ton boss te dit que ça ne représente que 2% du monde du vin. ça te fait quoi de n'écrire que sur 2% d'un monde : fais gaffe, paraît aussi que ça n'intéresse que 2% du public (intéresse ou concerne ?) Parce que si je regarde bien les sujets publiés ici, on est quand même dans le people, non ?
    Mais ça ne représente pas plus que 2% du pognon qui circule ? C'est sans doute encore mon idéologie qui me joue des tours. Je vais réciter un pater et deux Bettane chaque soir ça devrait s'arranger un peu.

    Maintenant, M Bettane écrit très clairement qu'il y a des journalistes véreux, puisque "Seuls ceux qui justement conservent et exercent leur esprit critique ont une vraie crédibilité chez les producteurs et dans le public ..."
    donc une fois de plus, rien de nouveau : "je suis intègre moi Môssieur !"
    Personne n'a jamais dit le contraire. Cool Michel, cool ...

    Jérôme Pérez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jérôme,
      je ne suis pas sûr qu'il existe des "clans". Je ne le crois pas.
      Ne m'attends pas, je ne vais pas ergoter sur les 2 % réservés aux1 %, il n'y a pas de débat, juste de grosses évidences à propos desquelles un énième rappel me lasse.
      Je te confirme aussi que le billet de Michel a été déposé sur le site MyBD et pas ici.
      Je t'invite donc à formuler ton analyse des propos de Michel sur MyBD. Et je t'invite également à commenter mon billet, ici.
      On s'égare sinon.

      Supprimer
    2. C'est me faire trop d'honneur que de me comparer à Michel Bettane, je vous assure que je n'en mérite pas tant.

      Par contre quand vous écrivez que personne n'a remis en cause l'intégrité de Michel Bettane je vous invite à bien relire l'interview de nunuche, éventuellement en suivant chaque mot avec vos doigts pour mieux vous en imprégner: Elle y affirme sans la moindre nuance, c'est un peu sa spécialité, que les journalistes spécialisés sont partisans et qu'ils écrivent pour plaire aux châteaux bordelais (autant dire des opportunistes qui se vendent au mieux disant). Du coup c'est franchement de bonne guerre quand Bettane lui met les points sur les "i" (même s'il la ridiculise au passage, ce qui n'est pas bien grave en soi puisqu'elle s'y est elle-même largement employée).

      Supprimer
    3. Sans prendre parti pour quiconque, j'aime beaucoup "en suivant chaque mot avec vos doigts". Je m'en servirai.

      Supprimer
  4. je répondais à Alceste qui nous parlais du maestro.

    ton article, je l'aime bien. J'aime bien ton style et je ne l'ai jamais caché. ça donne le juste contrepoids aux maladresses de Saporta que je regrette profondément parce qu'il y avait bien mieux à faire. Je suis un peu déçu parce que finalement, elle décrédibilise un peu sa démarche qui pourtant me parait intéressante : il y a des choses à dénoncer, il y a des lobbies qui tendent à maintenir un système honteux, c'est sûr.
    Ce petit monde du vin que je n'aime pas, elle a tenté de le dénoncer : hélas, pas de la meilleure façon. Je le regrette.

    Jérôme Pérez

    RépondreSupprimer
  5. Je pense un peu comme Jerome Perez. J'aime bien le bouquin de Saporta parce qu'il raconte certains faits sur le vin Bordelais et sur ces points j'aurais tendance a` la croire. Son bouquin est parfois imprecis, naif et maladroit mais sa demarche est courageuse. C'est vrai que Nossiter avait fait bien mieux dans la forme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vincent, ce bouquin ne révèle rien à personne, c'est une compile d'aigreurs et de ragots

      Supprimer
  6. Pour l'auteur de ce blog et tous les autres : quelque chose m’échappe. Pourquoi tant de violence et d'acharnement si cette femme ne dit que des bêtises et n'a aucune légitimité ?

    Dans cette entreprise de démolition systématique, quoi que cette femme dise ou fasse, vous me faites penser aux hygiénistes cherchant à faire appliquer la loi Evin envers et contre tout, et qui n'hésite pas à sortir le char Leclerc pour tuer un moustique.

    Pour l'auteur de ce blog uniquement : je pense que vous n'avez aucune légitimité à critiquer le travail de cette femme. Non pas que vous ne connaissiez pas Bordeaux, au contraire vous êtes pieds et mains liés avec ce milieu. Je ne vois pas comment vous pourriez avoir un avis objectif sur M de Boüard par exemple. Me trompe-je ?

    Au plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être pour opposer à la médiocrité et au racolage calomnieux et mensonger autre chose que le mutisme?

      Ca n'est qu'une hypothèse...

      Supprimer
    2. J'aime bien cette intervention

      Supprimer
    3. Hypothèse discutable car dans ce livre, tout n'est pas médiocrité, racolage calomnieux et mensonger. Certaines choses m'ont agacé et j'aurais aimé plus de nuances et moins d'affirmations parfois.
      Mais elle tape juste à plusieurs reprises. C'est bien pour ça que les réactions du tout petit du vin en général et de Bordeaux en particulier sont si violentes.

      Supprimer
    4. C'est le mensonge et la calomnie qui déclenchent des réactions (plus passionnées que violentes).
      Pour le reste, elle déballe trois poncifs et il faudrait s'en émouvoir ? Bien sûr que non.

      Supprimer
  7. Nossiter : vraiment ! Quelle naïveté! L'image trompe encore plus que les mots quand on sait la manipuler pour courcircuiter les cerveaux . Bettane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Nossiter est un tres bon manipulateur, c'est sur! Mais qui ne l'est pas?? Bien sur il montre ce qu'il veut, certains montages sont douteux mais tout de meme, il n'a pas pu inventer toutes les interviews.

      Supprimer
    2. Nossiter à fait un procès stalinien à Michel Roland après 2 heures passées avec lui. Même si au final son film est intéressant, rien que pour ça il mérite le mépris. Être violemment de mauvaise foi ne suffit pas à faire de vous un héros. Et vous donne encore moins raison.

      Supprimer
  8. Pour Perez qui n'en rate pas une ( faut lui donner l'adresse d'un bon opticien) si 98%du public est intéressé par 98% de vins hors people ça ne lui interdit pas d'avoir de la curiosité pour les 2% qui restent! Et Nicolas parle souvent de ces 98% en toute liberté. Sur son blog comme sur le site B et D. Bettane.

    RépondreSupprimer
  9. Cher Michel,

    vous n'en ratez pas une non plus. Vous savez pertinemment que ces 2% de vins que personnes ne boit suscitent bien plus que 50 % de l'intérêt de ceux qui ne pourront jamais se les payer et c'est d'ailleurs votre fond de commerce. C'est en ce sens que sans doute on tire sur Saporta, parce qu'elle vient un peu gripper ce rouage si bien huilé. Vous avez dit vous même sur le site de Mauss qu'aucun guide ne pouvait se passer de commentaires sur les premiers crus pour dire ensuite que finalement ça n'intéresse que très peu de monde.
    Ensuite, dire qu'on parle ici beaucoup de vins hors people, faut quand même oser. C'est simple, avant de le rencontrer et d'ailleurs de le trouver charmant, je pensais que Nicolas avait toujours le petit doigt en l'air !

    Allez Bettane, faut arrêter de me chercher des noises à tout bout de champ ; j'ai l'impression d'une sorte de je t'aime moi non plus. (dans le rôle de je t'aime, mes zigues !)
    je vous embrasse chaleureusement.

    Jérôme Pérez

    RépondreSupprimer
  10. On ne peut pas dire, Jérôme, que 2 % des grands vins ne sont pas bus. Regarde les chiffres. Et il n'y a pas d'opposition dans les termes de ce que dit Michel. Bref.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais cher Jérôme je ne cherche noise qu'aux idioties surtout quand elles sont assénées avec assurance. Je vous remercie de les multiplier car ainsi vous contribuez à notre hygiène mentale et au sentiment d'étre utiles à ceux qui le souhaitent. Rien que pour cela j'ai presque envie moi aussi de vous embrasser. Bettane

      Supprimer
    2. Un remake d'Embrassons-nous, Folleville !

      Supprimer
  11. Remake auquel je choisis de mettre un terme en ne publiant pas un commentaire de Jérôme.

    RépondreSupprimer
  12. oui, s'ils pouvaient laver leur linge sale en aparté (ou s'embrasser, peu importe) cela servirait les échanges ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous dirons donc que la libre expression semble être ici à géométrie variable et dans ce cas, mieux vaut encore ne pas laisser la possibilité aux lecteurs de commenter vos articles. Avec un peu plus de courage, vous auriez également pu éviter de publier le dernier commentaire de Michel Bettane, qui a une fâcheuse tendance à devenir insultant dès qu'on ne le caresse pas dans le sens du poil, aveu de faiblesse étonnant de sa part, même si on commence à le connaître, depuis le temps...
      Finalement, ces échanges sont assez révélateurs du fait que dans le milieu du vin, comme dans celui de ceux censés en établir la critique, on ne déteste rien de plus que la remise en cause de ses prérogatives.
      Les forums d'amateurs comme LPV, avec tous leurs défauts, ont au moins la qualité principale d'être totalement détachés de ces petits jeux de pouvoir.

      Supprimer
    2. Mon cher Luc, je n'ai pas eu la chance de te rencontrer comme je l'ai fait avec Jérôme et le grand Oliv.
      Alors, on ne se connait pas. Je t'explique.
      Sur mon blog, sorte de chez-moi virtuel, de Sam-Suffit numérique, la liberté d'expression s'arrête au moment où les propos tenus commencent à me fatiguer. C'était le cas dans le débat Michel-Jérôme. J'y ai donc mis un terme puisqu'en plus, je ne suis pas d'accord avec Jérôme. Tu peux comprendre aussi que lire éternellement les mêmes sauces, ça devient très emmerdant.
      Si tu remontes les fils de commentaires des posts de ce blog, tu t'apercevras que toutes sortes de gens ont écrit d'épouvantables commentaires que j'ai publié au nom, justement, de la liberté d'expression, un fondamental de l'internet. Depuis un petit moment, je ne publie plus, non plus, les insultes.
      Voilà.
      Cela dit, je suis très content de voir que tu as trouvé le chemin de ma rue pour nous faire un petit coucou. Surtout avec tout le travail que tu as sur LPV avec la fatwa de Jérôme contre B+D.
      Allez, du courage.
      Nicolas


      Supprimer
    3. Inutile de m'expliquer le fonctionnement d'un blog, c'est exactement les raisons pour lesquelles je n'y mets jamais les pieds, sauf quand un ami me donne l'adresse, ce qui me permet de constater qu'ils ne sont le plus souvent que le reflet de l'égo de leur propriétaire.
      La liberté d'expression est effectivement un fondamental d'internet, vous faites bien de le rappeler, mais vous feriez bien également de l'appliquer, sans la restreindre aux propos qui ne vous fatiguent pas et avec lesquels vous êtes en accord.
      Il y a bien un mot qui désigne cette forme de "liberté", mais j'éviterai pour ma part ce genre d'excès de langage, contrairement à vous qui utilisez le terme de fatwa dont vous ne saisissez manifestement pas la signification.
      Cela étant dit, vous avez raison, je m'en retourne sur LPV, œuvre collective s'il en est, qui me donne certes un peu de travail, mais qui n'a besoin ni de moi, ni de Jérôme Pérez, ni d'Oliv pour exister, ce qui lui donne un avantage supplémentaire sur votre petite production nombriliste.

      Supprimer
    4. D'avantages, LPV ne manque pas, très bien.
      Juste te demander si tu n'aurais pas quelque chose d'amusant à nous dire en lieu et place de ce discours d'inquisiteur pré-hollandite. Si tu peux nous faire marrer, je t'en prie, vas-y.

      Supprimer
  13. Fatwa, inquisition, vous avez décidément un problème avec la religion... Si vous le souhaitez, on peut en parler et tenter de régler par la même occasion votre dévotion envers le Dieu vivant de la critique vinicole hexagonale.
    Mais je dois bien avouer, même si ça peut sembler quelque peu prétentieux, que tout cela vole un peu trop bas pour moi et qu'après à peine trois messages, ce lieu inhospitalier au débat d'idées commence déjà à me fatiguer. Permettez-moi donc de vous souhaiter une excellente nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'oubliez pas de vous recoiffer avant d'aller dormir.

      Supprimer
  14. Quel autre produit existant sur cette planète et dont le but est avant tout de créer une convivialité entre les individus suscite t'il autant d'acrimonie ?
    Il y a là matière à de sérieuses études sur le comportement humain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vin n'est qu'un prétexte, un outil pour faire valoir un système de valeurs ou un autre. Ce qui n'enlève rien à ses qualités sociales, par ailleurs (quand on passe à table, quoi)

      Supprimer
  15. Vrai Mauss, c'est fascinant, on s'approche dangereusement du Foot ( que j'aime tout autant que le vin ), ça fera l'objet d'un billet sur mon futur site/blog.

    Vous me faites bien rire les zozos quand même. De vrais enfants qui se taclent pour savoir si leur bille vaut 2X plus que celle du camarade de récréation. Avec Nico d. R à l'insulte osée et non dosée à l'égard d'une Saporta, la murène hargneuse de l'écoute et de l'info, en passant pas Jéjé P. le directeur de pensée aussi rigolo qu'un malabar scotché à une pompe , Quelu Jav. l'adjoint fidèle de la mauvaise foi censurante en passant par Michel, le coquin qui se met anonyme, ça nous fait un beau panier de crabes du secteur vini-web pour la Noel. Continuez, j'adore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fier anonyme nous a lâché une belle bouse, mais au moins, ça m'a fait rire. Pour "l'insulte osée et non dosée", on voit bien que l'anonyme a pas lu tous les blogs de mes confrères ou les papiers dans les magazines. La honteuse, on l'attend avec son "futur site/blog".

      Supprimer
    2. Hey Nico, tu emploies les mots " idiotes", "Nunuche", " tu la tutoies Nico!!!!!", " venin", "le gros mot de 6 lettres bordel Nico!!!" :)
      Tu t'es bien lâché, bien plus que les autres médias que j'ai bien lu. Mais dans tes insultes ya presque de la tendresse, quand le Jéjé lui il est ridé comme un vieux stylo plume sans encre, ses mots grattent le paplard, on sent le côté rigueur, le mec qui fait des marathons en s'entrainant 7/7, le pas cool, le chauve à 26 ans qui a des convulsions quand on lui fait remarquer que son site ne sera jamais rentable, pas le sprinter façon Bettane qui bectent du Rayas après son 34 sec à l'arrache et qui lâche sa bouse bien mérité. Allez cette bouse elle est pour moi. Tchin!!

      Supprimer
  16. Et bien bon, ça surprend quelqu'un que Nico ( toi oui ) déglingue Saporta qui elle-même déglingue des domaines ou une filière dans laquelle bosse de près ou de loin Michel qui lui-même aime bien Nico pour d'évidentes raisons. Qui peut tout dire, dans l'exercice de ses fonctions, sans risquer de dire ce qu'il ne faut pas dire. Mais non, le Jéjé P. et le Quelu Jav. eux, qui sont en train petit à petit de "monétiser" leur Lpv ( voir espace commercial approprié ) font des leçons de morale. Mais les pires, restent leurs quelques fayots de membres Lpviens instrumentalisés par les complaintes victimistes de leurs seigneurs, pleurnicheurs semi professionnels, venant verser leurs larmes outrées dans l'attente impatiente d'une valorisation suffisante de leur outil mégalo, là où les agressions sont monnaie courante. A la bonne votre!

    RépondreSupprimer
  17. Vous exagérez Nico, une bouse mon message :)?!! Il est où mon deuxième message? Déjà interdit alors que je mettais en exergue l'illégitimité de Jéjé et Quelu, tenanciers d'Elle PQ dont les bouses constipatoires viennent moraliser un peu partout des odeurs sulfureuses qui n'avaient jusqu'alors rien de puantes. Car, Jéjé, oui toi, tu parles censure mais modélise la pensée de tes contributeurs sous peine de leur ôter leur jouet et soupape quotidienne, tu parles de "juge et parti" mais ton site tend à se monétiser avec un espace "commercial". Alors mon petit coco ( apolitique le coco, plus noix qui me les casse qu'extrême gentil la main sur le coeur social ), qui essaye de valoriser son site, ici ou là, en expliquant avec le poil sur le bras viril ( quand tu veux Jéjé, j'ai du poil au doigt de pieds ) que son site est l'avenir de la prescription impartial et pure, je te demande d'arrêter de prendre tes contributeurs pour des pommes oxydatives alors que tu oxydes leur jugement et libre arbitre à dire ce qu'ils pensent...

    RépondreSupprimer
  18. Ils sont tous là, vos messages ou quoi ? On ne rate rien, vous êtes sûr ? Cool. N'étant hélas pas un exégète de LPV, je ne comprends presque rien à ce que vous dites. Peut-être devriez-vous en parler entre vous autour d'un verre ou deux ? Nan ?

    RépondreSupprimer
  19. Pour être simple, vous défendez Michel, Mich te défend, Maus aime Mich donc t'aime aussi forcément mais le blème c'est qu"il aime le grand Oliv aussi et un peu Jéjé même si Jéjé, il s'est vexé sur le Gje. Alors Mauss il intervient avec une bonne phrase modérée en toute intelligence qu'il est. Le soucis c'est que Mich a trop énervé Jéjé. Donc sentant que Jéjé commençait à être gniaké, Quelu intervient pour défendre Jéjé, peu importe s'il a raison, pour sauver le soldat Lpv. Mais le soucis, c'est que si toi et Mich déglinguent Saporta, c'est un peu normal, c'est le jeu des chapelles professionnelles, vous ne pouvez pas trop trop critiquer le vieux Bordeaux. On est d'accord et c'est normal, ou alors faut changer de métier et rendre le tablier. En off, en très off, je ne dis pas, Mich et toi doivent avoir la langue bien plus corrosive. Donc je récapitule, toi, Mich et Saporta vous êtes dans vos rôles. Mais Jéjé et Quelu, ils défendent officiellement, la veuve, l'orphelin et le lecteur-buveur-critique-non pro, officiellement sans chapelle, officiellement libre mais officieusement contributeurs, pigistes sans statut qui produit, produit comme une petite abeille pleins de CR pour le compte de Lpv. Oui mais, entre censures et représailles bons enfants, les contributeurs de ce forum d'utilité public, construisent leur propre tombeau, quand celui-ci sera devenu un site "pro", où le "juge et parti" aura gagné la méglaomanie de certains de ses administrateurs dans l'attente cachée ( contrairement à toi, Mich et Sapopo ) d'une valorisation boursière pour se dorer la pilule sur un Yacht amarré dans l'Tarn grâce aux gentils Biocon qui auront oeuvré pendant tant d'années pour une oeuvre collective indépendante qui officiellement ne devait pas être à but lucratif. Voilà pourquoi Jéjé il abuse un peu de critiquer Mich quand Mich il ne veut pas froisser des collègues de travail Bordelais. Jéjé, tu commences à le faire toi aussi!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la bande dessinée ? Vous n'êtes pas tenté par la bande dessinée ?

      Supprimer
    2. Pour être juste à propos des rapports que nous entretenons avec "Bordeaux", il me souvient une chronique co-signée avec Thierry Desseauve que nous avons publié il y a trois ou quatre ans et qui s'appelait finement "Le bordel à Bordeaux". Comme quoi, encore une idée toute faite qui part en fumée.

      Supprimer
  20. Nico!! Non non non! Il ne suffit pas de publier "Un bordel" pour que celui-ci soit expliqué et vu dans sa forme la plus exact. Parce que, quand des potes, pas trop trop potes viennent à la maison, je leur lontre le bordel dans ma chambre " ppfff t'as vu l'bordel, j'ai honte!" mais ce qu'il ne sait pas mon mi-pote, c'est que balancé, par manque de temps, sous le lit ou dans l'armoire, il y a un bordel non montrable et non explicable, et MON DIEU HEUREUSEMENT non vu. Tu vois ce que je veux dire....culotte cloutée, chaussettes trouées.

    La BD est un grand art, un des rares médias où la liberté de tout dire et caricaturer existe...

    RépondreSupprimer
  21. Assez drôle et bien informé et assez juste, anonyme, mais le plus drôle est que toute cette violence découle de l'aveu public de quelques erreurs ou approximations de jugement qu'il m'est arrivé d'avoir (en fait une par jour au moins et cela pourrait faire un feuilleton de plusieurs mois), ce qui a renforcé bizarrement ma réputation de suffisance. En fait je pense que plus ils se réjouissent que nous avons peur d'eux, plus ils traduisent la peur qu'ils ont de nous puisque nous pouvons jouer avec leurs mêmes armes et dans l'intérêt du public, pour faire contrepoids à leurs manipulations intellectuelles dignes des plus habiles Trotskistes des années 1970. Nos lecteurs s'amusent et s'agacent aussi de ces querelles de cour d'école mais rassurons les, nous allons continuer sur le site à informer aussi bien que nous pouvons et traiter de sujets plus sérieux! Michel Bettane

    RépondreSupprimer
  22. Je crois que c'est le moment Anonyme Bettane, vraiment ta dernière phrase ( je te tutoie entre Ano, faut se serrer les Mich ) m'oblige publiquement à te féliciter. Là tu transpire, tu doutes, non faut pas. J'ai suivi tes conseils, j?aI acheté un domaine de chateauneuf. "coup de coeur B+D " avec des 17/18 à tout va, p'tin, avec des commentaires élogieux qu'on entend même pas dans la chambre des deux zigotos qd ils se massent après une journée de triolisme. Là Michel, tu m'as obligé à acheter un cargo de ses cuvées en aveugle. P'tin de risque, je pourrais autodapher ton bouquin!!! Et bah non, les vins sont splendides. Merci pour cette prescription. Quasi aucune trace récente de ce domaine sur Elle Pet...pour un site collectif d'amateurs avertis passionnés qui se veut référent, ca tâche sévère Michel!!

    RépondreSupprimer
  23. Les gars, vous aurez corrigé de vs meme. Autodafé et trollisme. Satané mobile. Encore un coup de jeje!!!

    RépondreSupprimer
  24. Voir Luc Javaux en chevalier blanc de la liberté d'expression me fascine ! Lui qui modère au gré de son humeur et qui ne conserve dans les rangs d'LPV (avec son fidèle compagnon JP) que ceux qui leur lèchent les bottes et adoptent la ligne du Parti vient critiquer la tenue d'un blog ...
    En voyant cela, je trouve que le spectacle est grotesque et parfaitement résumé par l'anonyme du dessus. Bettane défend son métier et son honneur, même s'il ne pourra jamais démontrer son impartialité parce que c'est impossible. Saporta vend ses bouquins à coups de buzz (le capital c'est pas beau, mais un peu de sous dans ma popoche à moi, pourquoi pas), quant au JP, lui, dans son rôle de pourfendeur de Bettane, il ne le fait que pour se glorifier et se mettre dans la lumière (il commence à parler de lui à la 3e personne sur LPV, je m'inquiète ...). Il l'avait d'ailleurs déjà avoué sur LPV, le fait qu'il aimait bien jouer les trolls pour faire sortir le loup du bois. Il suffit d'ailleurs de lire sa prose (plocher et autres) pour se rendre compte que son seul objectif ici bas est de faire de l'audience sur son forum, quelqu'en soit le moyen. De là à penser que cela sera plus tard monétisé, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas :-). On peut dès lors comprendre pourquoi tout le monde se crêpe le chignon pour savoir ce qu'il y a de mieux entre les forums internet et la presse classique, ce n'est ni plus, ni moins que la défense de son bifteck ...
    Greg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Greg,
      Luc n'est pas à blâmer à ce point. Nul n'est vraiment responsable des boursouflures de nombril que la vie occasionne. Et lui, il tient un forum qui, comme son nom l'indique, appartient à ceux qui s'y expriment. Moi, je tiens un blog qui rassemble trois ou quatre lecteurs par mois et encore, rien de grave, un espace privé, quasi une chambre à coucher.
      Pour le reste, je ne connais pas assez LPV pour en parler au-delà de ce que je vois et que, je dois le dire ici, j'aime bien.
      Maintenant que je sais qui vous êtes, bravo pour vos combats passés et que l'actualité remet au premier rang ces jours-ci.

      Supprimer
  25. et c'est moi que tu censures, nicolas ?

    je te laisse en tête à tête avec ça, comme tu sais si bien l'écrire.

    Jéjé

    PS : Anonyme, il m'arrive de m'entraîner deux fois par jour en période de compétition, et je me flagelle juste après si j'esquisse le moindre sourire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jérôme, cet anonyme est très drôle. Moi, je suis comme elss filles, quand on me fait rire, c'est gagné.
      Sans rancune, man.
      N

      Supprimer
    2. les filles, pas elss filles ! ! ! Rhôôô

      Supprimer
  26. Je crois effectivement que la pauvre dame délire pas mal en écrivant «Dans le monde du vin, critiquer c’est risquer de perdre son job».
    Sérieusement, et cela a été maintes fois rappelé par différents intervenants, il existe tellement de viticulteurs sachant bien travailler qu'il est toujours possible de s'intéresser à d'autres que ceux que l'on incrimine. Même dans un pays passablement aseptisé, faute de consensus mou, je n'ai encore jamais rencontré de viticulteurs nous menaçant sous prétexte que nous ne jugerions pas ses vins à bon escient. Dire à un viticulteur que son travail n'est pas compris, ne serait-ce que par le journaliste en parlant, ou lui dire une grossièreté, je crois que là réside la différence. Il m'est aussi arrivé de dire à un certain employé de chez Croiset-.... que son vin n'est même pas bon à offrir à son pire ennemi, mon "jugement" à l'emporte pièce a été accepté.
    Prions pour la pauvre dame afin qu'elle recouvre la vue....
    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer