Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération". Nicolas de Rouyn



dimanche 1 avril 2012

Le Gay en primeurs


Chaque année, le dîner donné par Catherine Péré-Vergé en son château Le Gay à Pomerol est une sorte de dîner d’ouverture de la Semaine des primeurs sur la Rive droite. On passe à table après la dégustation des primeurs de ses vignobles. La Violette, Le Gay, Montviel à Pomerol, La Gravière (Lalande-de-Pomerol) et ses vins argentins du Clos de los Siete (La Violetta, Lindaflor, Monteviejo, etc.). Sans surprise, plus de finesse dans ses grands pomerols que dans ses malbecs argentins. Mention spéciale, comme souvent, à La Violette, proprement diabolique. Un vin d’une étonnante suavité pour un primeur.
Le format
Quarante personnes en cinq tables. J’étais à la table de la patronne.
Le décor
La grande réception du petit château. Tellement grande que c’est la seule pièce de ce tout petit château. Les chambres, deux seulement, sont en-dessous, en rez-de-vignes.
On a bu
Cinq millésimes de le-gay. Mentions spéciales aux 2008 et 2001.
L’ambiance
J’étais à la meilleure table et tout le monde était de bonne humeur, même Bernard Burtschy avec qui on s’est bien marré. En face de moi, Neal Martin, jeune Anglais et nouveau wonder-boy du mondovino. Après dix années à faire le blogueur, le voilà dans le team Robert Parker, c’est du sérieux. Comme quoi, il y a une vie après un blog. Aussi, j’étais presque à côté de Michel Rolland, un type sympa qui n’a pas sa langue dans sa poche. Où l’on a appris qu’il sortait son bouquin mercredi, genre ma vie-mon œuvre, et que ça cogne léger. Je pense que Nossiter se fait recoiffer, bonne nouvelle. On se souvient du piège manichéiste dans lequel Nossiter avait enfermé Rolland dans le film tremblé, Mondovino.
Le hic
J’ai un peu manqué d’un vrai vieux pomerol, voire d’un montviel 05, dont chacun garde un souvenir ému.
Le plus
On a été dans le resto de François des Ligneris vider une bouteille de champagne de chez Selosse avec les copains avant d’aller dormir.
Ce soir
Même programme à l’invitation, cette fois, de Gérard Perse (Pavie, Monbousquet, etc.) en son Hostellerie de Plaisance à Saint-Émilion. On peut penser que le chef Etchebest va encore faire fort. Et, d’ici là, je déjeune au château Lassègue avec mon cher Pierre Seillan. Encore une grosse journée ;-)

2 commentaires:

  1. Vous êtes donc déjà dans le libournais... j'espère que j'aurai le plaisir de vous croiser au Grand Barrail demain après midi pour les vins du Cercle de la Rive Droite et que je pourrai avoir votre avis sur nos vins et vous justifier mon avis sur ce 2011 si particulier.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas très gai tout ça...

    RépondreSupprimer