Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 23 septembre 2013

La gastronomie, non merci

La gastronomie comme elle est arrangée par la pauvre ministre Pinel et ses acolytes est une cuisine immangeable, une vieille sauce à base d’hypocrisie et d’idéologie. Une fois encore, la « Fête » de la gastronomie s’est avancée sans qu’à aucun moment les trois petites lettres qui composent le mot vin n’aient été imprimées. Dans son édito, Pinel surfe sur les bons sentiments et le politiquement correct, elle se tortille pour surtout ne pas écrire « vin ». Et ce n’est pas Thierry Marx, cuisinier et parrain de l’opération, qui allait faire quelque chose, il n’est pas concerné, il ne boit pas de vin.
Comme si les banquets prônés par la dame Pinel se passaient à l'eau. Pfff.



Ces gens sont fous. On ne peut plus continuer à gloser sur l’hallucinante propension française à se tirer dans le pied en poussant des petits soupirs fatalistes comme si ce n'était pas de notre faute. Ça suffit. Ce n’est pas une déviance psychologique, c’est une action sciemment organisée et concertée. Nous, les amateurs des beaux vins de France et les vignerons qui les font, sommes pris entre plusieurs feux qui convergent. Voilà tous les projets cinglés qui commencent à s’empiler dangereusement : interdire le vin sur internet, mettre un message sanitaire sur les étiquettes des bouteilles comme sur les paquets de cigarettes, surtaxer le vin, harceler le vigneron via l’administration, etc. Bref, traiter le vin comme un poison, ceux qui le font et le vendent comme des dealers et ceux qui en parlent comme des dissidents nord-coréens.




Et tous les tenants de cette conspiration qui détourne le regard et le discours et qui enfilent les mensonges bien épais, on ne va pas dire qu’ils ne savent pas ce qu’ils font et on ne va pas croire qu’ils s’intéressent à la santé publique.
Nous assistons à un massacre en règle.
Mais à qui profite le crime puisque ce n’est pas à la France et aux Français et pas plus aux finances de l’État ? Qui a intérêt à voir la filière Vin aller au tapis ? Les marchands de bière et de vodka ? Les producteurs d’anxiolytiques qui ont fait des Français les champions du monde de la consommation de cette pharmacopée ?



Et les pots de vin, qui les ramasse ?
Est-il normal que les lois françaises sur l’alcool (donc le vin) soient calquées sur celles des pires dictatures islamiques ?
Est-il normal ensuite que la droite et la gauche se donnent la main sur ce sujet ?
Est-il normal enfin que pas un homme politique de poids ne se lève pour prendre la défense du vin au pays du vin ? Ceux auxquels je pense se reconnaîtront.

12 commentaires:

  1. C'est assez incroyable de voir que dans l'Histoire ce sont souvent les Français les plus grands ennemis de la France

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des moments où on aimerait partir vivre en Italie !

    RépondreSupprimer
  3. Pour info, il y a une rubrique "autour du vin" sur le site internet qui recense les opérations, dans lequel on retrouve entre autre le Vinocamp :
    http://www.fete-gastronomie.fr/fr/evenements/1/
    Ce n'est donc pas l'omerta, même s'il est vrai que le vin n'est pas particulièrement mis en avant dans l'opération.

    RépondreSupprimer
  4. Gouverner c'est savoir faire des arbitrages entre l'intérêt général et les intérêts particuliers. Hélas laisser le lobby particulier de la santé légiférer sans arbitrage du politique sur un sujet intéressant l'ensemble de la nation comme l'univers du vin (son économie, sa culture, son rayonnement pouvant être dangereusement remis en cause), c'est ce qui est en train de se produire, signe d'une démission Ponce Pilatienne du politique. Et si on demandait aux alcooliques de légiférer sur l'alcoolisme ce ne serait pas moralement moins répugnant! Michel Bettane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais voilà. Le pédalo n'a pas de capitaine

      Supprimer
  5. Une ministre de circonstance, un chef dévoyé et rien à boire. Ça coupe un peu l'appétit, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement, ce n'est pas le sujet de cette mascarade

      Supprimer
  6. Ne jamais oublier qu'au début il y a eu la décision insensée et stupide de Chirac de mettre le principe de précaution dans la constitution. Et qui a bougé à l'époque contre cette déviance monumentale ?
    Le jour où le monde du vin - qui devrait quand même être conscient de sa force exportatrice - s'unifiera pour agir de concert, alors oui, on aura une réponse un peu plus conséquente à ces errements permanents de zèbres qui veulent nous faire mourir très vieux et malheureux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, avec nos réserves, nous mourrons très vieux et bienheureux.

      Supprimer
  7. On s'en fout, un truc sponsorisé par Metro, Mc Do, Allo pizza et les "cavistes" Nicolas...comment elle dit la ministre : "C’est une fenêtre sur l’autre", ahahaha, bientôt Lapeyre et KparK dans la liste des bienfaiteurs du patrimoine immatériel. té, un bon verre de you fuck my wine de Fabien Jouves et c'est déjà mieux.

    RépondreSupprimer