Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mercredi 24 août 2011

Mon vin contient du poisson


Et si la fraîcheur était québecoise ? En matière de vin, de discours sur le vin, d’infos sur le vin, veux-je dire, je ne parle pas de poisson. Chaque fois que je m’ennuie sur la blogosphère franco-française, je vais faire un tour au Québec. Un petit tour chez Aurelia Filion, mais je ne m’étends pas sur elle, si j’ose dire, elle est une star mondiale, Augustin-le-blogueur a fait son portrait dans le numéro 2 de Grand Seigneur, vous savez déjà tout. Un petit tour sur Drink Culture Tv, moins déjanté qu’Aurelia, mais pas moins pédago, sympa, tonique. Et pour apprendre des trucs que je ne sais pas, je vais sur VinQuébec, le blog d’un garçon qui n’est pas souvent d’accord. En soi, c’est un bon début. Là, une foule de sujets. Où l’on découvre, par exemple, qu’à compter de 2012, les vins vendus au Québec devront porter la mention « contient du poisson » et/ou « contient du lait » et/ou « contient des œufs », et ça fait très mal, ça. Pourquoi ? Le ministère de la Santé du Québec a décidé que tous les produits pouvant provoquer des allergies devaient être mentionnés sur l’étiquette de tous les produits alimentaires, vin compris. Tous ? Non, une poche de résistance a eu gain de cause, la bière. Formidable, non ? Ils sont forts, ces brasseurs. Et puissants avec ça. Bravo, les gars, belle leçon de lobbying. Pfff.
Alors, pourquoi le poisson, les œufs et le lait ? Un certain nombre de producteurs de vin utilisent des produits dérivés du poisson, du lait et du blanc d’œuf au moment du collage, pour clarifier le vin et le stabiliser. Ces produits ne restent pas dans le vin qu’on met en bouteilles, mais des traces peuvent (éventuellement, peut-être, pas sûr) subsister dans le vin.
Évidemment, comme mon lecteur est un malin, il se dit qu’on s’en fout, on n’est pas au Québec. Mais enfin, triple buse, tu vois pas que ça va nous tomber
dessus ? Les prohibitionnistes vont se brancher sur la question pour faire un nouveau croche-pied aux vignerons français, ça fait pas un pli.
Vous voyez que nous avons bien raison de faire un tour sur VinQuébec. Vous voulez d’autres exemples de beaux sujets à lire sur ce blog-là ? En voilà un : la hausse du taux d’alcool dans le vin n’est pas due au réchauffement climatique. Bon, allez voir vous-même, je ne vais pas vous nourrir à la petite cuillère toute la journée.

Vous trouverez tous ces blogs québecois dans la colonne de droite de cette page, rubrique « Tous ceux que j’aime »
La photo : trouvée sur la Toile, D.R.

7 commentaires:

  1. Tout ce que j'aime tue. Ça me tue !

    RépondreSupprimer
  2. Sauf que le poisson ne tue pas et qu'on a jamais relevé de traces de poisson dans le vin. C'est le sacro-saint principe de précaution qui fait des ravages, comme d'hab.

    RépondreSupprimer
  3. Et pour ceux qui boostent leur vigne au fumier de cheval, quelle sera la mention?

    RépondreSupprimer
  4. Désolé de vous contredire mais je suis allergique au poisson (qui me provoque un œdème de Quincke, potentiellement mortel) et je suis régulièrement gêné lors de dégustations de vins blancs et champagnes. Je ne sais pas si les concentrations sont importantes, si la combinaison avec les sulfites ou autres produits a une incidence mais le fait est là, je dois assez souvent renoncer, à regret, à de bonnes bouteilles.
    Il y a quelques années lors d'une dégustation à Meursault, la première gorgée provoqua le phénomène. Le vigneron me confirma alors que le vin était collé au poisson...
    Ce n'est pas pour réclamer un étiquetage précis concernant les allergènes, je suis plutôt contre et on y comprendra bientôt plus rien.
    Mais attention le poisson peut tuer et je retrouve sa trace dans le vin (je sais j'suis balèze)...
    Et bravo pour votre blog, j’adore !

    Sébastien Andres
    Barcelona

    RépondreSupprimer
  5. @Stéphane : vin de merde, bien sûr
    @Sébastien : merci de ce commentaire avisé et… concerné.

    RépondreSupprimer
  6. Faut se dire que les vignerons vont s'adapter, colleront moins, ou avec des produits de substitution (tanins, bentonite...)... Avant une prochaine salve de réglementation.

    RépondreSupprimer
  7. En ce qui concerne les oeufs et le lait,c'est également obligatoire en Europe depuis le 1er juillet 2012. Z'ont oublié le poisson, par contre...

    RépondreSupprimer