Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mercredi 27 mars 2013

Le monde magique de 1855.com



Avec ce merveilleux angélisme attribué le plus souvent aux enfants, la gouvernance de 1855 (.com, oui) annonce une deuxième année consécutive bénéficiaire. Bref, ça marche très bien pour ces jeunes gens qui ont complètement dévalué la célèbre expression américaine « take the money and run ».
Eux, ils ne courent pas, ils restent. Avec un bon sourire, absents de la réalité qui les entoure, de la somme de mauvaises ondes qu’ils cristallisent sur leurs noms, des procès qu’ils perdent en rafale, des dégâts collatéraux infligés au e-commerce du vin, de l’image désastreuse qu’ils imposent aux châteaux bordelais.
Un côté pas concerné qui est proprement ahurissant. Pour commenter leurs résultats, ils se félicitent de constater une « baisse de l'activité Bordeaux Primeurs ». Sans blague ?
Difficile de dire qu’ils forcent l’admiration, non, ce n’est pas ça. En revanche, on se demande vraiment comment il se fait qu’ils puissent encore avoir une activité de commerce. Dans quel recoin juridique s’inscrivent-ils ?
Si un spécialiste du droit des affaires pouvait éclairer d’un commentaire avisé la lanterne effarée de mes lecteurs et de moi-même, on serait presque dans l’utilité publique. D’avance, merci. Je reproduis ci-dessous le mail reçu hier en fin d’après-midi et que doivent recevoir tous ceux qui, un jour, ont adressé une commande assortie d’un chèque à ces gens.

Le communiqué de presse, c’est ici 

26 commentaires:

  1. Marco Bertossi27 mars 2013 à 10:24

    Ah mais c'est très simple, le réseau de la haute finance à ses règles dont la règle suivante, "peu importe comment arriver à ses fins, si tu en as les moyens, tout t'est permis .... et le tapis rouge avec ...."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marco, n'exagérons pas. Ce n'est pas de la haute finance ! Pas du tout !

      Supprimer
  2. Cette société a floué un nombre certain de clients dont je fais parti. L'art de manier le non sens des affaires et du non respect des engagements... ou l'art de flouter (les comptes ?)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous souhaitez raconter votre mauvaise expérience avec ce site de "vente", il sera publié ici. C'est important pour tous les lecteurs.

      Supprimer
  3. Le plus étonnant c'est de constater que, malgré tout le raffut fait par ces commandes pas honorées, des gens continuent à commander leur vin chez eux. Faudra pas venir pleurer après… Il faut dire que 1855 sortent systématiquement premier quand on fait une recherche Google sur un vin, ceci expliquant peut-être cela.

    Comme le groupe se développe (miracle), ils ont aussi réussi à plomber Caveprivée qui, malgré la bonne volonté de l'équipe, a connu de sérieux problèmes de livraisons l'année dernière. Quand on habite Paris, on peut leur rendre visite, ça se règle plus facilement, mais je plains les clients de province qui ont du s'énerver à essayer de joindre quelqu'un.

    Enfin bref, il est rassurant de voir qu'il y a quand même des journalistes qui gueulent, mais j'ai bien peur que les consommateurs soient souvent des veaux. Il faut dire que l'impossibilité en France de recourir a des actions communes face à des fraudes de grande ampleur sert bien les intérêts des entreprises peu scrupuleuses… Combien de clients floués iront au bout de leur action en justice ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont déjà très nombreux à y aller

      Supprimer
  4. Merci de souligner les dégats causés à l'e-commerce du vin. Travaillant pour un caviste en ligne, j'ai prospecté en octobre/novembre nombre de domaines en languedoc comme en vallée du rhone et lorsque je présentais notre site, ma première phrase était : "Je vous rassure, nous n'avons strictement rien à voir avec 1855, nous nous payons nos fournisseurs..." tellement la plupart des vignerons sont échaudés par 1855 et cave-privée ou carrément écœurés. La réputation des cavistes en ligne a été méchamment impactée à cause d'une verrue de ponzi...

    Étant spécialisé aussi dans les primeurs, je ne vous explique pas comment il faut également rassurer tous les anciens clients de 1855 que l'on récupère. Eux on les repère tout de suite...

    Et je ne parlerai pas de chateauonline qui a perdu son plus gros fournisseur/négociant l'année dernière, Meneret, à cause d'impayés. Les clients vont attendre longtemps leurs 2009. Très longtemps...

    RépondreSupprimer
  5. Depuis mon article datant de novembre 2011, y a eu du mouvement dans l'immobilisme. Malheureusement..
    http://blog.boottle.fr/2011/11/24/1855-club-actionnaires/

    RépondreSupprimer
  6. Ajoutons au profil de l'équipe dirigeante, outre une méconnaissance totale des affaires mal compensée par une fourberie qui ne se cache même plus, un orgueil surdimensionné et une arrogance de gosses pourris.
    1855.com a réussi à polluer les sociétés/sites d'e-commerce en vin qu'il a rachetés en y injectant, tel un poison, ses pratiques de commerce qui relèvent de l'escoquerie. Certes, il y a Cave Privée.com, mais aussi Chateauonline.com. Méfiez-vous. En tant que client belge, j'ai dû ferailler dur contre la maison-mère et la dernière citée et les menacer de citation devant le tribunal de proximité pour entrer en possession de mes vins primeurs. Les dégâts sont là et laissent des traces indélébiles. Les nouvelles vont vite sur les forums, le client est volatile et il n'est pas bon pour les domaines, courtiers, négociants et distributeurs renommés, que certains distributeurs/escrocs détruisent en aval toute la qualité et la valeur ajoutée construite en amont, le tout dans un contexte où de surcroît, les Bordeaux et Bourgogne ont atteint des prix stratosphériques ridicules qui en font reculer plus d'un . Il est grand temps de réguler et sécuriser tout ce marché de vins primeurs en France par une législation appropriée et coercitive en ce compris sur la traçabilité des vins mis sur le marché (cfr les bouteilles qui font un long voyage avant de revenir par enchantement sur la terre qui les a vu naître). On régule bien les marchés financiers. N'oublions pas que le client belge est un (très) gros consommateur de vins français. Ne tuez pas la poule aux oeufs d'or.

    RépondreSupprimer
  7. bla bla bla, bla bla bla. Désolé ce sont effectivement des gens douteux, je crois que personne ne le dispute. Mais qu'attend la justice française pour mettre terme à cette "entreprise"???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la question que je pose ? Vous avez une idée ?

      Supprimer
  8. Ah ce pseudo site "spécialisé" 1855.com(me)"nuls et arnaqueurs"....juste une anecdote,dès leurs débuts -et qui m'a refroidi sine die - Ils se vantaient d'avoir en "stock" du (sublime) Volnay Santenots-du-Milieu de chez Dominique LAFON...je voulais une "garantie" sur la disponibilité certaine.. j'avais réussi à les avoir au tél. pour m'entendre répondre: "quand vous nous aurez réglé, nous commanderons, et si ce n'est pas disponible, nous vous proposerons un "équivalent" et je répondis - pour pousser le bouchon- "et quoi par exemple?" Réponse de 1855...:"un Côte du Rhône" (sic)....
    J'ai arrêté immédiatement tout contact.
    Il est vrai que des entreprises comme celles-ci ne méritent pas d'exister...mais, au vu des précédents commentaires, il y a toujours une frange de population prête à tout ..

    RépondreSupprimer
  9. J'ai dû "ferrailler" dur pour obtenir la livraison de plusieurs commandes de vin, depuis 2 ans y compris le remboursement d'une commande non livrée et digne d'une belle escroquerie, bien que le montant ( quoique) n' est pas très élevé :
    Commande de 220€ et débité sur ma carte bancaire : 395€!, somme remboursée après de multiples mails, appels téléphoniques et lettres en recommandé avec A.R : c'est fatiguant et usant !
    Je comprends donc la peine de ceux qui ont avancé plusieurs milliers d'euros ( dont mon frère pourtant avocat)et qui ne voient toujours rien venir...

    RépondreSupprimer
  10. comme beaucoup je suis victime de ces voyous malheusement peu de moyens de pression ! j envisage le rembourssement pour eviter de tout perdre .

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    Les moyens de 1855.com sont considérables, énormes, via des augmentations de capital à tout va, poussées par des contribuables souhaitant défiscaliser à tout prix. Sachez que je connais ces contribuables prêts à dépenser (et perdre parfois) 1 million d'euros plutôt que de payer 50.000 euros d’impôts supplémentaires.
    Une entreprise fonctionne grâce à des capitaux (vive Lapalisse), qui dans notre modèle économique et politique donnent une puissance (publicitaire) hors du commun. La publicité c'est du conditionnement à l'état pur (re-vive Lapalisse).
    De là à imaginer que le consommateur (de vins) lambda n'est autre qu'un être humain normal, naïf au sens propre et donc influençable, nous n'en sommes pas loin. Alors, chez amateur et passionné de vin, réveil !!!! On n’achète pas du vin comme des patates, donc on peut se permettre de faire un effort en achetant chez des VRAIS professionnels et des VRAIS passionnés (vignerons, cavistes, etc.). Et n'oublions pas que certains moyens publicitaires utilisés par des sociétés comme 1855 peuvent se retourner contre eux. Le web est aussi un espace anti-publicitaire redoutable.
    Santé !

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    Pour information UFC-Que Choisir vient de déposer une plainte contre 1855.com pour "pratiques commerciales trompeuses" - Revue "Que Choisir" Nr 513 de Avril 2013
    Cordiales Salutations

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      La DIRRECTE de Paris, auprès de laquelle je me suis adressé pour une commande payée et partiellement livrée, fait son travail et bien : 1855 fait l'objet d'une (nouvelle) plainte déposée auprès du TGI de Paris. Je ne boirais sans doute jamais mes "La Nine" 2011 mais une condamnation de ces marchands de tapis et de Sauton leur (ir)responsable, me consolera.
      Je me suis rabattu depuis sur WineandCo (Millesima) qui, eux, respectent leurs engagements et les clients.

      Supprimer
    2. Wineandco est un bon choix. Ce site appartient en association à Millesima et à LVMH, c'est une garantie de commerce responsable. J'ajoute que Millesima ne commercialise que des vins qu'ils ont en stock. Un stock de plusieurs millions de bouteilles.

      Supprimer
  13. Bonjour. Je subis également la malhonnêteté de 1855.com, en tant que fournisseur cette fois. Le domaine pour lequel je travaille avait mis une palette en dépôt vente chez eux. Ils ont tout vendu (me l'ont confirmé) et ne nous paient pas malgré un nombre considérable d'emails, appels téléphoniques, etc... C'est une somme important a l'echelle du domaine (6000 euros). Le domaine est Sud-Africain, les actions sont d'autant plus difficiles à mener..

    RépondreSupprimer
  14. Tel un fournisseur, Je me souviens il y a déjà plusieurs années, ils m'avaient demandé d'animer un dîner oenologique pour un de leurs clients "premium". J'ai dû attendre 8 mois pour être payée après de nombreuses relances...

    RépondreSupprimer
  15. Cela fait des années, et au moins depuis 2005, que les mauvaises façons de cette société ont été dénoncés sur les forums. Ou étiez vous donc messieurs les spécialistes de la presse en ces années là ????.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur AA (agressif anonyme), deux choses.
      D'abord, le modèle 1855 a commencé à voler en éclat a moment de la livraison des primeurs 05, soit en 2007. Les gros problème se sont fait jour vraiment vers la fin 2008. À l'époque, tout le monde avait d'autre chats à fouetter. Souvenez-vous.
      Ensuite, et puisque vous me posez la question, j'ai été avec d'autres (Jim Budd le blogueur, Jérôme Baudoin à la RVF) parmi les rares à m'émouvoir de cet état de fait. En témoignent les très nombreux articles que je vous engage à consulter sur ce blog en tapant 1855 dans la case "retrouvez ce que vous voulez", colonne de droite en haut sur cette page. J'ai publié une itv à charge du patron de 1855 dans un grand hebdo.
      Donc, vous êtes bien mignon, mais allez porter votre sac d'humeurs ailleurs.

      Supprimer