Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 16 juin 2015

One night in Vosne-Romanée





À l’heure où chacun rejoignait Bordeaux, j’ai pris le train pour Dijon. J’allais en Bourgogne assister au dîner qui célèbre les deux siècles d’existence du domaine du comte Liger-Belair au château de Vosne-Romanée.
De vieux amis, des nouveaux, une réunion cosmopolite sous le joug des plaisirs bourguignons, mais en anglais. D’entrée, croiser Louis-Michel et Constance Liger-Belair, bien sûr et François Mauss (clic) et Jacques Perrin (clic), rencontrer Georges dos Santos, le caviste lyonnais de renommée inter-sidérale, Laurent Gotti,  journaliste et fin connaisseur des climats. Faites un tour sur son blog (clic), il a assisté à une dégustation verticale de la-romanée le matin même et nous raconte ça très bien.
D’autres encore, ce plaisir renouvelé qui est aussi la marque de ce métier. Mon voisin de table, par exemple, est un banquier new-yorkais, francophile et francophone, dégustateur émérite, ce qu’on appelle un « grand amateur » pour le distinguer des professionnels. Il s’appelle Jim, je vous raconterai son histoire une autre fois.
Les choses se passent dans l’orangerie. Cent convives rieurs et bruyants font grand cas des vins de la maison, servis en jéroboams et en magnums. Et, pour faire bonne mesure, Louis-Michel Liger-Belair, le propriétaire du domaine (voir EN MAGNUM, page 48), a fait venir de Paris Pascal Barbot et toute l’équipe de l’Astrance. Un dîner splendide dans une harmonie parfaite avec les vins.

Quels vins ?
Nuits-saint-georges premier-cru Clos des Grandes vignes monopole blanc 2012
Vosne-romanée Clos du Château monopole
Vosne-romanée premier-cru Aux Reignots 2007
Échezeaux grand-cru 2006
La-romanée grand-cru monopole 2006
et
Scharzhofberger Riesling Auslese 1997 Egon Muller

Faut-il les commenter ? Laisser paraître des préférences ? Non, ce serait idiot. Chacun de ces vins est un champion du monde dans sa catégorie. L’ordre de service permettait à chacun d’être le tremplin du suivant. L’heure n’est plus à la dégustation et à ses commentaires, c’est le moment des grandes sensations et, par moments, surtout vers le trio échezeaux-romanée-riesling, des grandes émotions. C’est l’instant où tout fusionne, de l’assiette au verre et retour. C'est le moment de se resservir.
 
Sur ces vins, tout a été écrit par les plus éminentes sommités. J'ajoute juste le plaisir de constater que ces très grands vins se boivent avec une aisance remarquable. Qu’à l’instant, le rapprochement s’opère, la familiarité s’installe. Avec ces grands vins-là, on se connaît. C’était la deuxième fois de ma vie que je buvais de la-romanée. J’en ai toujours bu.



6 commentaires:

  1. Je sais. J’y étais

    RépondreSupprimer
  2. Merci Nicolas ! Tu me permets puisque la familiarité s'installe... Laurent Gotti

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;-)
      En fait, je parlais surtout de la familiarité avec le vin, mais bon.

      Supprimer
    2. Grands vins, magnifique famille, site exceptionnel.

      Supprimer