Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mercredi 15 janvier 2020

Mes magnums (113)
un pessac-léognan classé et de légende

Château Smith Haut Laffite 2016, pessac-léognan 




Pourquoi lui 
Un habitué des très bonnes notes dans le Guide Bettane+Desseauve a toute sa place ici, bien sûr. L’endroit est magnifique, il y a des idées et du travail, les vins sont toujours bien. Un côté zéro faute qui vaut le détour. Quoi d’autre ?

On l’aime parce que 
On aime les grands pessacs, en rouge et en blanc. Et celui-là en est un, un vrai.

Combien et combien 
2 500 magnums.
220 euros.

Avec qui, avec quoi 
Avec tout ce qu’on aime à table. Évidemment pas en apéritif, ce n’est pas un vin d’happy hour new-yorkaise.

Il ressemble à quoi 
À l’idée qu’on se fait des grands bordeaux modernes. La puissance, le raffinement, la folle complexité, la fraîcheur, ce n’est pas un vin de copain, ouf.

La bonne heure du bonheur 
2016, c’est déjà bon, mais vraiment, vous avez dix ans devant vous ? Alors, attendez. La patience est la mère de tous les plaisirs.

Le hashtag 
#grandbordeaux

Le bug 
On entre dans la cour des grands et là, le ticket d’entrée n’est pas donné. En même temps, 220 euros le magnum, pas de quoi s’affoler, on voit bien pire tous les jours

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve 
Exceptionnellement raffiné et élégant dans ce millésime, avec les avantages d’un raisin issu d’une viticulture irréprochable. On suivra le match Smith-Malartic avec délectation dans les prochaines années.


Cette chronique a été publiée dans EnMagnum #17 sous une forme différente.
Le numéro 18 est en vente chez votre marchand de journaux
jusqu'en mars.
Voilà la couverture de ce numéro 18, une vision
inattendue de Noël et de ses fêtes.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire