Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 9 décembre 2013

Le Grand Tasting, à quoi ça sert ?




Le Grand T s’est très bien passé. On y a vu des nouveaux producteurs, des nouveaux vins, des nouvelles têtes. Et tous les habitués qu’on a eu plaisir à retrouver. L’organisation est tellement bien huilée qu’on ne la sent pas. Il y a toujours un problème à régler ici ou là, mais rien de majeur. Donc, on a pu se concentrer sur le sujet.
Moi, bien sûr, je ne bois à peu près rien. Si je le faisais, je n’arriverais pas au bout du truc. En revanche, j’ai assisté à une Masterclass de folie, Le Génie des grands vins. Le seul vin que j’ai fini a été le tertre-rotebœuf 97. Au début tu vois arriver le petit millésime, mais à la fin tu te dis que ça dépend où. L’autre immense était un barolo 01 de Bruno Giacosa. Les autres vins étaient simplement très grands. J’ai déjà tout raconté sur Twitter-Facebook en direct de l’endroit et j’ai bien ri en voyant les réactions à propos du sublime chablis de William Fèvre, ce côté vieux radoteurs qui rentrent chez eux en première sans jamais passer la seconde, forcément le moteur chauffe.

J’ai beaucoup traîné dans les allées, écouté le public, tenté de comprendre l’ambiance. Comme tout le monde, j’ai été assez bluffé par l’âge moyen du visiteur de Grand T, une tendance qui se confirme. L’amateur est jeune, propre sur lui, passionné et affiche une compétence certaine ou, au moins, une belle absence de préjugés, ce qui nous change des aigreurs visibles ici ou là. Ce qui change aussi des discours officiels. Au Grand T, pas de binge-drinking, pas de saouleries, pas d’agressivité vacharde. Le Grand T, s’il sert à une seule chose importante, c’est ça, cette démonstration imparable des qualités du vin et du monde qui l’accompagne. Le vin est un agent de civilisation, on sait depuis des siècles qu’il fait plus et mieux contre la barbarie que toutes les armées du monde. Tiens, on aurait du inviter l’inénarrable monsieur Élineau, vous savez, le sous-directeur de l’ANPAA. Se serait-il évanoui au son de tous ces bouchons qui sautent ? Ce n’est pas exclu.

J’ai aussi vu beaucoup de blogueurs, pas tous, mais on sent bien le caractère incontournable de l’événement, ils sont plus nombreux qu’avant. Les irréductibles le resteront et alors ? Même les journalistes de la RVF étaient là. Pas tous, certes, mais beaucoup plus nombreux qu’avant. Il n’y en avait qu’un seul, cette fois deux de plus. Les autres viendront, comment faire autrement ? Là encore, ce n’est pas bien grave s’ils restent dans le camp des tronchi-troncha.
De l’avis général, le Grand Tasting number 8 a été un grand succès, plus encore que les années précédentes dont nous étions si contents. Comme quoi, on peut toujours faire mieux.



La photo : nouvelle cuvée chez les Bizeul, elle s’appelle Modeste et c’est l’excellent Fabrice VinsurVin qui a fait la photo.

5 commentaires:

  1. Premier retour entendu sur le GT 2013 : "Top moumoute". Ca résume bien.

    Entièrement d'accord sur Tertre Roteboeuf 1997. Il nous a bluffés l'an dernier lors d'un dîner chez le GRAND sommelier Nicolas GEOFFROY.

    Antonin n'a pas pu venir finalement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Antonin viendra un jour. Ou pas. Aucune importance.

      Supprimer
  2. 1 commentaire cependant: que de monde... preuve que ça fonctionne bien! Mais par rapport aux premières éditions, les conditions de dégustation se sont beaucoup dégradées... c'est la rançon du succès. Bruit, chaleur, cohue devant les stands: il faut réagir, faites nous quelque chose d'encore mieux, en trouvant de nouveaux locaux à la mesure de votre réussite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas si simple. Les grands lieux du centre de Paris sont réservés des années à l'avance. Ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes pas sur le coup. Il faudra juste attendre (un peu).

      Supprimer
    2. délocalise : à la campagne, il y a de grands espaces bon marché où les réservations ne se bousculent pas :) #jeplaisaaaante

      Supprimer