Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 2 mars 2015

Pas de Robert Parker aux primeurs 2014

Au bout d'un moment, on se lasse.
 
Voilà, c’est l’info du dimanche, Robert Parker ne notera pas les primeurs 2014. Il passe la main à son collaborateur britannique, le très sympathique Neal Martin. Ce que chacun peut comprendre. Parker, lui, se contentera, si l’on peut dire, de revoir le 2012 en bouteille et de faire une vaste dégustation des 2005 qu’il estime avoir légèrement sous-estimés à l’époque. Très bien. D’avance, le commerce lui dit merci.

So what ?
Partant de cette info légèrement banale, deux attitudes se font face.
- Les terrorisés du vignoble. Eux, ils nourrissent leur dépit en disant que personne ne connaît Neal Martin, ce qui est relativement faux, mais complètement stupide. Les notes de Neal seront bien entendu avalisées par Parker et publiées comme chaque année dans The Wine Advocate, le magazine qu’il a créé et qui porte encore sa trace et son nom. Ce qui, in fine, ne changera pas grand chose sur les ventes de bordeaux aux USA et en Asie.
- Les éternels bordeaux-bashers. Ces oiseaux de malheur se frottent déjà les mains à l’idée que le vignoble le plus emblématique du monde va se prendre un revers affreux. Ces amoureux du millésime moche, bien embêtés par l’annonce d’un bon millésime à Bordeaux, se rattrapent tant qu’ils peuvent sur Magrez et Robuchon, mais ça non plus, ça ne marche pas. Bref.

Ça va changer quoi ?
Si l’on considère les trois dernières années de récoltes suffisamment difficiles pour avoir sérieusement écorné l’image de ces millésimes, il est sûr que les USA, l’Asie et l’Europe vont se positionner rapidement sur les primeurs 2014. Cavistes, restaurants, importateurs, ils ont tous besoin de beaux millésimes pour assurer la pérennité de leurs affaires. L’arrivée de Neal Martin aux commandes du gros avion va sans doute rafraîchir l’ambiance et c’est bien comme ça. Et il y a les autres qui devraient vraiment profiter de l’absence relative de Big Bob pour faire valoir leur travail. Et même si tous ne sont pas légitimes dans le rôle, certains ont à la fois la machine de guerre et le talent pour le faire. #jdcjdr
Tu penses à qui, Nicolas ?

À propos
Ce n’est pas la première fois que Parker ne vient pas goûter les primeurs. La dernière fois, l’affaire avait fait grand bruit. C’était en 2012 pour le millésime 2011. On s’en souvient ici


La photo : trouvée sur le site californien StarkInsider, .


10 commentaires:

  1. Un gros bémol à ce commentaire, Nicolas.
    D'abord, il y a des différences sensibles entre les notes de Bob et celles de Neal comme le soulignent bien des commentateurs sur le site Parker. Et cela en chagrine plus d'un aux USA.
    Ensuite, il y a eu une hémorragie certaine d'abonnés au site Parker qui sont d'abord partis construire le site Wineberserkers puis qui sont passés au nouveau site-blog d'Antonio Galloni qui sera là aux primeurs.
    Bref : on passe d'une situation monopolistique à un beau duopole où on n'hésitera pas à faire des comparaisons… comme on les fait sur la Bourgogne où Neal Martin et Antonio Galloni sont acteurs.
    En fait, l'important de ton message est ailleurs : c'est la conjonction d'un millésime mieux que bon - 2014 - et d'une reprise économique, fondamentale pour une relance du marché américain, surtout à un moment où en Chine, les choses se calment. Confer la RVF qui réduit ses parutions de sa revue en chinois vu le marché qui s'est sérieusement "étroitisé".
    Maintenant, peut-on espérer une meilleure intelligence bordelaise quant à une politique non seulement de prix, mais de retour d'affection et de respect pour l'amateur américain, pas mal chahuté ces dernières années par des comportements qu'il a eu du mal à digérer.
    Rien n'est moins sûr ! On verre bien :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain, François, que la baisse de l'euro face au dollar va grandement faciliter les choses.
      Cela posé, je ne suis pas certain que le gros des troupes qui suivaient TWA va arrêter de le faire pour passer chez Galloni. Il n'y a pas que des passionnés de vin, il y a aussi l'immense majorité silencieuse qui se fout pas mal des querelles de chapelle et qui cherche juste des indications, des infos, des recommandations.
      C'est comme si tu disais que LPV fait la pluie et le beau temps. Tu dirais pas ça, hein ?

      Supprimer
    2. -))
      http://lapassionduvin.com/phorum/read.php?38,552063,919294#msg-919294

      Jérôme

      Supprimer
    3. Désolé Jérôme, je ne peux pas publier en commentaire un lien direct, mystère de cette plate-forme. Le lecteur intéressé (passionné) doit donc copier cette adresse dans la barre de son navigateur. Comme moi.

      Supprimer
    4. J'ajoute que tu aurais pu te fendre d'un lien vers ce blog puisque j'en fais autant pour toi. Mais bon, je ne suis même pas surpris.

      Supprimer
    5. mais le lien existe : si tu cliques sur "un papier", tu arrives ici.
      j'ai même dû te faire exploser les stats.
      donc, tu vois, ton "mais bon, je ne suis même pas surpris" est un peu .... comment dirais-je ?
      Dis-toi bien, Nicolas, qu'au delà des petites chinoiseries entre BD et LPV ou plutôt entre Bettane et moi, mon avis sur toi n'a pas changé : je t'aime bien malgré tout ce qui nous oppose !

      Supprimer
    6. D'accord.
      Pour les stats, euh… non, pas du tout. Dans la journée, huit visiteurs en provenance de LPV, dont quatre de la revue de presse d'Oliv.

      Supprimer
  2. Gamin !
    Non, ce que je veux dire c'est qu'in fine, et avec la multiplicité monstrueuse des sites-forums-blogs "vins" en anglais, il va y avoir - c'est commencé - une dilution importante de l'influence de noms spécifiques pour faire bouger les stocks comme a pu le faire Parker pendant tant d'années.
    Un test sera de voir, toujours aux USA, dans quelle mesure les wineshops vont citer l'un ou l'autre pour "vanter" tel ou tel cru.
    Un exemple de ce changement d'influence : alors que par le passé, parler sur le site de Parker de Figeac, c'était s'assurer de quolibets en pagaille, maintenant c'est un vin respecté.
    Bref : à quand une traduction des notes de Michel ? Il y a là une "fenêtre de tir" qu'il serait dommage de manquer.
    Va savoir, Charles ! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je rejoins François sur la nécessité de passer à l'anglais pour BD! Vu qu'on a la version chinoise maintenant. But soon I guess ;-)

    RépondreSupprimer