Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



mardi 8 mars 2016

Mes magnums (2)


Beaune-grèves, Vigne de l’Enfant-Jésus 2013, Bouchard Père et Fils



Ce qu’il fait là
Parmi les quelques 130 étiquettes bourguignonnes de la maison Bouchard Père & Fils, c’est le plus émouvant. Je n’ai pas dit le meilleur ou le plus rare. Et ce rappel bienvenu aux racines de notre histoire et à celles de la viticulture de Bourgogne semble très opportun.

Pourquoi je l’aime
Pas seulement à cause de l’étiquette, mais aussi pour sa constance, sa délicatesse, son raffinement, sa race qui en font l’un des best-buys des coteaux. Même à ce prix, on est encore loin des altitudes de certains grands crus à qui il pourrait en remontrer sans effort. Oui, même dans un millésime plus souple comme 2013.

Avec qui et avec quoi
Avec le meilleur monde, les chouchous de votre vie, les plus chics de vos amis.

La bonne heure du bonheur
Réglez votre iPhone sur 2020. Rien avant.

Combien et combien
1 200 magnums, 160 euros le magnum

Il ressemble à quoi ?
La subtilité, vous avez une photo ? Moi non plus. La subtilité est un souffle, presque une buée. La subtilité, c’est tout ce qu’il faut comprendre sans qu’on vous l’explique. Un challenge.

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Robe délicate, beaucoup de tendresse en attaque, finesse du fruit, tannin fin et précis, allonge souple et longue, finale pure. 17/20

Le bug
Je n'en ai pas trouvé.


Ce texte a été publié sous une forme différente dans EN MAGNUM numéro 2 (en vente chez votre marchand de journaux). Il fait partie d'une série de dix "interviews de magnums".


 

15 commentaires:

  1. Dans chaque grande Maison, il y a un "benchmark", un "flagship" bref une étiquette qui est une fierté supplémentaire. Chez Bouchard, sans discussion aucune, c'est l'Enfant Jésus qui a ce rôle et, sagesse de la Maison, son RQP reste correct.
    Silence, l'anonyme : vous allez encore aggraver votre cas déjà passablement désastreux !
    Venez en nom propre et on pourra causer :-)

    RépondreSupprimer
  2. "c'est n'importe quoi et puis d'abord 2013..."
    Ah ?
    Déjà vu ?
    Ok.
    En tout cas, pour moi, pas de "déjà bu".
    A votre santé, les amis.
    Savourez bien.
    Un bordelais qui sait les raffinements dont vous parlez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage dans ma rue

      Supprimer
    2. Nicolas, notre Doc Gynéco du vin ;o)

      Supprimer
  3. Oui... c'est vraiment trop facile de tirer sur les anonymes. Meme lache!

    RépondreSupprimer
  4. On tire d'abord sur la bêtise de leur commentaires et l'excès de dogmatisme qui les accompagne.
    Ensuite sur l'anonyme qui n'ose affirmer sa personnalité… ce qui peut se comprendre vu le style de ses commentaires.
    Et quand, en sus, à un moment où il ne faut pas, il oublie les circonflexes…
    Bon, restons zen : il y a des choses plus importantes dans la vie :-)
    DirPauillac : coucou ! Histoire de te réconforter en Bordeaux : trouve un Pape-Clément 86 et automatiquement, tu prendras quelques centimètres supplémentaires dans ta propre estime des crus bordelais. Si, si : je te l'assure : un monument !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne nous crispons pas sur un anonyme qui n'est pas là

      Supprimer
    2. Bien, Président !

      Supprimer
  5. Rendons hommage a` tous ces anonymes qui deblaterent sur le blog du polemiste Nicolas! Sans eux son blog serait moins marrant et Nicolas serait tout seul a` raconter des betises. En fait pas tout a` fait car Mauss est la` pour lui donner une pale replique qui n'est generalement qu'un faible echo. (je laisse Mauss mettre les circonflexes manquants - il aime ca - cedille!). Bonne continuation et bon courage pour le millesime 13.

    RépondreSupprimer
  6. … à tout le moins un jugement sensé, écrit à de multiples reprises sur mon blog (copieur !) , à savoir que j'ai toujours rêvé de savoir écrire comme Nicolas.

    Pâle réplique est déjà un compliment : merci !

    RépondreSupprimer
  7. Merci Maître : on ne vas pas se laisser teckeliser par n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  8. :-)

    PS: Et en + on n'est pas paye's!

    RépondreSupprimer